Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 18:26

La concierge est à Cythère

Le boucher "a fait" Capoue

Mais Cécile est à Scylla.

 

Le Chêne est en plastique

Le plastique est massif

Et l’radis artificiel

 

La concierge est à Capoue

Le boucher « a fait » Cythère

Mais Cécile est à Scylla.

 

L’piqué de coton

Est en nylon

L’miroir est tout piqué

Comme la cervelle

Et la saignée

D’Cécile qu’est à l’asile

 

La concierge « a fait »Cythère

Le boucher « va faire Corfou »

Mais Cécile est à Scylla

Au retour de Katmandou

 

Catherine Lion-Méric

 

tiré d'un recueil inédit :  

"La concierge est à Cythère"

 

Soeurette quel chagrin que ta mort ! MJA


 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 18:58

La grande fraternité

 

Compagnon,

Jadis tu rêvais le monde

Et tu le bâtissais

Tandis que j’étais à la cuisine

Et que je rêvais à toi.

 

Demain, compagnon

Ensemble nous jouirons du monde

Comme il est

Ensemble nous changerons le monde

Comme il va.

Et nous respecterons,

Compagnon,

De chacun les milles silences.

 

Catherine Lion-Méric

La Concièrge est à Cythère

(Recueil inédit non daté)

 

  Soeurette,

Merci pour ton si beau poème Fraternité

Qui du couple dit le seul avenir possible

Le seul avenir d’amour dans la fraternité

 

Merci Cathy d'avoir écrit  le seul possible « je t’aime » ...

 

MJA

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 20:36


 Lire le livre sous la direction de Ginette Francequin :

« Tu me faire peur quand tu cries ! ».

Editions érès 2010.

Collection Sociologie clinique.

 

Lire et pleurer devant tant d’intelligence. Lire et pleurer devant la vie brisée de tant de femmes. Lire. Pleurer. Chercher. Agir. Continuer.

 

Bravo et merci pour ce livre qui s’obstine à donner du sens à l’insensé. MJA

 

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 11:54

Co-Auteurs : Ana maria ARAUJO - Maria BARBIER - Isabelle BERREBI-HOFFMANN - Maryvonne BIN HENG - Nicole BLAISE - Brigitte BOUQUET - Catherine BOURGEOIS - Philippe BRENOT - Francoise BRIE - Normand BRODEUR - Elodie BROUAZIN - Tania mara CAMPOS DE ALMEIDA - Marie-dominique DE SUREMAIN - Maite DEBATS - Didier DUBASQUE - L' ESCALE - Jan marie FRITZ - Brigitte GRESY - Francoise GUYOT - Elisa HERMAN - Marie-france HIRIGOYEN - Maryse JASPARD - Yoshimi KAKIMOTO - Pierre LENEL - Michele LOUP - Helene NETTER - Patrick NIVOLLE - Dominique POGGI - Jacques RHEAUME - SOS FEMMES 93 - Isabelle STEYER - Irene THERY

 

éditions érès

 

La violence faite aux femmes continue de détruire psychologiquement et de tuer chaque année des milliers de femmes partout dans le monde. La lutte contre ce fait de société longtemps occulté est désormais reconnue grande cause nationale par les pouvoirs publics. Cet ouvrage s'inscrit dans le droit fil des conquêtes des femmes pour le respect de leur image, de leur corps, et de leur équilibre psychologique.

Dans la diversité de leur approche, les auteurs, chercheurs ou professionnels (justice, gendarmerie, services sociaux, associations), donnent à comprendre les sources de la violence et questionnent, sous différents angles (historique, culturel, juridique, social), les problématiques qui traversent la question des violences conjugales. Tout en se mobilisant pour agir aujourd'hui, ils insistent sur la nécessité de construire pour demain une société plus solidaire basée sur le respect de l'autre en commençant par les institutions existantes ‒ modes d'accueil de la petite enfance, école, espaces publics et lieux de travail.


Ginette Francequin est maître de conférences en psychologie clinique et sociale, à la Chaire de psychologie du travail du Conservatoire national des arts et métiers, membre du Laboratoire de recherches LISE-UMR-CNRS, membre associé au Laboratoire de changement social, Paris VII.

Mise en vente le 04 novembre 2010


Hier, je me faisais la réflexion suivante : j’alimentais insuffisamment ma catégorie « Femmes » , mais pardonnez-moi, mes si chères  amies, il y a tant à faire dans ce blog ! Il y a tant à faire pour inventer un humanisme aux couleurs de l’humain. Je sais, nous y sommes tous avec ardeur et c’est mon espoir quotidien de femme, celui qui chaque matin m’attelle à ma tâche et à ma vie.

 

Pour me faire pardonner, je vais lire au plus vite ce livre et je vous parlerai de l’invention de ma lecture au travail de la lutte des femmes. Mais vous, sans  plus attendre, achetez donc ce bouquin et inventez votre propre lecture ! MJA

 

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 13:59

Une amie, femme, m'a transmis la longue et nécessaire information suivante.

 

Mes pensées sororales accompagnent toutes ces femmes au travail ... DES FEMMES TELLEMENT EN DETRESSE...

 

Voici donc l'information. Inventeurs de lectures, prenez le temps de la lire et à votre tour de la faire connaître. A mon tour, je vous la transmets. Que le canal internet véhicule cette info. Il y a tant et tant à faire...

 

"L’association Regain, dès sa création en 1933, est entrée dans la préoccupation exclusive des femmes seules ou avec enfants en situation d’urgence, en rupture sociale et victimes de violences conjugales. Depuis plusieurs années, face à l’évolution du phénomène des violences conjugales et intrafamiliales, la nécessité de nous inscrire dans une prise en charge globale et plurielle nous paraît ncontournable. Aussi, il nous semble indispensable de traiter la violence et ses conséquences sur l’ensemble des personnes concernées, les victimes, les auteurs de violences et les enfants dits témoins ou exposés. Chaque individu est inscrit de manière différente dans cette problématique.Il ne s’agit pas de réduire la situation à la dualité (victime-agresseur), mais de prendre en compte la dynamique d’une situation triadique, dans laquelle l’enfant, ce spectateur ignoré est impliqué de manière spécifique dans cette violence intrafamiliale.


Cela suppose des pratiques et des prises en charges globales et plurielles.
Nous devons comprendre les mécanismes psychologiques et sociologiques qui se mettent en place dans les comportements violents et, surtout, saisir les impacts de la violence sur les victimes, les enfants témoins et les auteurs
pour mieux agir, tant au niveau de la prise en charge que de la prévention de la récidive.Notre objectif est de confronter les avantages et les limites d’une telle approche dans notre pratique quotidienne avec la nécessité de créer de réelles actions « interservices » et des mises en réseaux, permettant
une continuité et une pertinence dans la prise en charge. Grâce à une meilleure compréhension du phénomèneglobal, nous pourrions alors soutenir de manière plus efficace chaque acteur confronté à ce phénomène de violence. De nouvelles pistes de travail qui relient les types de prise en charge concernant les victimes, les auteurs et les enfants témoins peuvent se concevoir, de même que se poursuit le débat sur les questions de l’égalité des genres, cette quête encore nécessaire tant au niveau de l’évolution et de l’application de la loi que de celle des traditions. C’est à partir de ces objectifs que s’inscrit l’organisation


        du colloque les 22 et 23 novembre 2010.


En effet, un colloque  portant sur ces problématiques nous paraît aujourd’hui
indispensable dans une dimension européenne et internationale.


La thématique abordée sera celle préconisée notamment par la commission parlementaire française sur « le couplage des diffi cultés rencontrées par les trois acteurs de la violence intrafamiliale : la victime, l’auteur de violences et l’enfant témoin »


Notre finalité est de nous inscrire dans un réseau européen afin de poursuivre le travail entrepris avant et pendant ce colloque.


Comité scientifi que : Marc Germain, Anna Gramss,
Elisa Guiraud-Terrier, Claire Metz, Laure Razon, Suzanne
Stanisière, Joa Vogel, René Vogel.


 
COLLOQUE EUROPEEN & INTERNATIONAL
Sous le patronage de Madame Maud de Boer-Buquicchio,
Secrétaire Générale Adjointe du Conseil de l’Europe

COLLOQUE EUROPEEN & INTERNATIONAL
Des violences conjugales aux violences intrafamiliales :
Une affaire à trois : « victimes », « auteurs », « enfants témoins » Conception :Stéphanie Bentz

 
 
  FORMULAIRE D’INSCRIPTION
Nom Prénom
Fonction
Organisme
Adresse professionnelle
Téléphone Télécopie Courriel


Participera aux journées du 22 et 23 novembre 2010 - Colloque européen et international de l’association REGAIN.


Participera à une seule journée du 22 ou du 23 novembre 2010 - Colloque européen et international de l’association REGAIN (Rayez la mention inutile).
Date limite d’envoi de l’inscription au colloque le 1er novembre 2010.

 
Colloque : Des violences conjugales aux violences intrafamiliales - “ Une affaire à trois : « victimes », « auteurs », « enfants témoins » ” du 22 au 23 novembre 2010 au Palais de l’Europe


Organisation en partenariat avec la Direction des Affaires Juridiques et des Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe.

 

Pour connaître le programme complet et vous inscrire :


Contact communication : Lise Benoit-Capel 06 33 66 26 34
Accueil informations : 03 88 45 24 70 // 03 88 75 01 96 • fax : 03 88 32 98 91
Messagerie : regain.communication@orange.fr // ass.regain@orange.fr
Adresse : 13, rue de Rhinau • 67100 Strasbourg • www.regain-association.org


Dans la limite des disponibilités, il est possible de prévoir un hébergement au CIARUS à Strasbourg pour les nuits du 21, 22, 23 novembre 2010. A noter que les frais d’inscription n’incluent pas les coûts d’hébergement.


Je suis intéressé(e) par un hébergement au CIARUS
Réservation : Colloque REGAIN, Amélie@ciarus.com. Date limite de réservation 15 octobre 2010.

  
Pour toute autre réservation, veuillez vous adressez à l’office de tourisme de Strasbourg : www.otstrasbourg.com"

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 18:53

Carole Bitoun

Préface de Beate Klarsfeld

La révolte au féminin

Portraits de femmes exemplaires

Editons Hugo et Cie, 2007


Dans cet été de liberté, j’ai emprunté à la bibliothèque ce si beau livre. Je l’ai lu longuement, à la terrasse d’un café sur la place préférée de ma ville. Après avoir longuement admiré les photos de femmes, après avoir lu passionnément la moitié du livre, après avoir bu mon thé, je me suis dirigée vers une librairie ; j’ai commandé le livre. Ce livre, je sais que je le lirai et le relirai, durant ma vie entière. Il me donnera du courage, pour exister, résister, choisir, combattre aujourd’hui, selon les mots-phares du livre dont la couverture bleu-nuit nous livre une splendide photo : un visage de femme, les yeux grand ouverts dans le mouvement de son cri, saisi par le photographe. Quand l’image saisit le son, quand le livre saisit ces vies de femmes, en plein vol de leur cri, quand le livre impulse la liberté des femmes pensantes, écrivantes, résistantes mais surtout merveilleusement vivantes. Elles ont toutes vécues très âgées, à un ou deux près.


La liberté invente la longévité, certainement parce que la liberté est le diamant de la vie.

 

Tel est le sens de ce livre dont je vous livre, simplement la table des matières, si parlante. Mais avant, je vous présente Carole Bitoun et Beate Klarsfeld telles qu’elles sont présentée en deuxième de couverture que j’ai recopiée..

 

Carole Bitoun est historienne de formation, chercheur à la Comission des recours des réfugiés, a co-écrit, avec le journaliste Pierre-Louis Basse, Aux armes citoyens, barricades et manifestation des rues en France de1871 à nos jours. (Hugo doc, 2005). Elle a également collaboré à la revue Autrement, à l’Encyclopédie Encarta et à la rédaction d’ouvrages d’histoire sous la direction de Pierre Miquel.

 

Beate et Serge Klarsfeld ont toute leur vie durant pourchassé les anciens nazis afin qu’ils soient jugés. En France, ils créent en 1979, l’Association des fils et des filles des déportés juifs de France (FFDJF). Ils n’ont cessé d’œuvrer pour la reconnaissance de leurs droits et la transmission de leur mémoire.

 

Et donc, dans le temps de vous donner le désir de lire ces femmes qui disent si bien, « La révolte au féminin » voici la table des matières de ce livre, qui ne quittera jamais plus ma table de chevet ! Je vous présente, mes amies de vie...

 

  Préface

Beate Klarsfeld, l’Européenne

Avant-propos

Carole nous confie dans la caresse de ses mots, qu’avec ces femmes, elle a trouvé sa propre révolte et qu’elle a fait son propre chemin. Elle nous souhaite pour nous la même chose. Lucidité et générosité de l’écrivaine.

Exister

Olympe de Gouges

Flora Tristan

Louise Michel

Rosa Luxemburg

Simone Weil

Résister

Germaine Tillon

Juliette Tétine

Lucie Aubrac

Geneviève de Gaulle-Anthonioz

Sophie Scholl

Choisir

Alexandra David-Neel

Simone de Beauvoir

Gisèle Halimi

Angela Davis

Simone Veil

Combattre,  aujourd’hui

Arundhati Roy

Leyla Zana

Talisma Nasreen

Ayaan Hirsi Ali

Aung San Suu Kyi


Photos de ces femmes


Point d’orgue:


J’ai tourné les pages du livre, moi, la si craintive, la si chétive, celle qui sursaute au bruit d’une feuille d’automne qui tombe, je sais maintenant, grâce à ces femmes courageuses, militantes et libres, malgré leurs contradictions et leurs faiblesses, que le seul chemin à suivre, est celui qu’elles empruntent quand elles existent, résistent, choisissent, combattent aujourd’hui. Il faut simplement assumer au jour le jour sa vérité de femme.  Un jour après l’autre, un pas devant l’autre, seule et avec tous

 

Ceci me semble difficile ; trop souvent mon cœur bat trop vite et trop fort, mais je vais essayer ; mes livres m’aideront, j’en suis certaine...

 

Merci infiniment à Carole Bitoun pour son livre de femme, pour ce livre, qui comme une boussole,  nous oriente dans nos combats si lourds, toujours à mener, à recommencer, seule et avec tous, entre crainte et courage, dans la tendresse de la liberté. Marie-José Annenkov

 

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans femmes
commenter cet article
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 15:33

« Bonjour les ami-e-s!!!!
 
 Voici re-venu le temps de notre pièce de thèâtre..... " Une bière à la menthe ? "
 
Ca se passe du Mardi 29 juin au samedi 3 juillet inclus à 21h pétante!  
  au Théâtre du Pont Neuf  : 8, place Arzac; Métro Saint-Cyprien
( pour s'y rendre c'est très simple: il faut prendre la rue de la République (celle qui mène au pont Neuf, qui lui-même mène au Filochard par exemple) et c'est la première rue à droite (la rue Arzac qui mène à la place Arzac)).
 
 L' histoire se déroule dans une pizzéria fréquentée par des exilés d'un peu partout, des immigrés et plein d'autres personnes.

 
 Les thématiques concernent l'exil, l'immigration, les femmes et tutti cuanti!

On vous attend nombreux et nombreuses!!!!!
 Bises à vous!!! saliha
 
 PS: en partenariat avec la Fol, ES-MA, Dell'arte.


Programmation : Spectacle proposé par le Fil à Plomb au Théâtre du Pont Neuf dans le cadre d'échanges de pièces entre théâtre .
 

 Pour ceux et celles qui souhaitent en savoir un peu plus, voici quelques précisions et morceaux choisis, histoire d'avoir quelque chose à se mettre sous la dent...:

Thématiques : exil, immigration, femmes…
co-auteur et interprète : Saliha Boussédra

Mis en scène, co-auteur, bande-son : Jean-Paul Jourdaà


Tout public 

 La pièce commence par « où tu vas ? » et se termine par

« d’où tu viens ? »

Cette pièce de théâtre aurait pu s’appeler L’Inconnue comme l’un des textes extrait de la pièce. La question qui traverse cette pièce et les huit personnages,
qu’interprète seule la comédienne, concerne les minorités.


L'assignations identitaire qu’ils subissent les conduit ou bien à intérioriser cette identité négative ou bien à se la réapproprier en vue de la revendiquer.
Les minoritaires entrent alors dans un processus d’auto proclamation ou
d’auto-désignation.


Le paradoxe est qu’à travers cette politisation de leurs catégories identitaires,
qui les conduit à apparaître sur la scène publique, ils souhaitent en même temps être « inconnus » au sens d’être universel ou neutre comme l’est « l’homme Blanc bourgeois d’une quarantaine d’année » qui est l’incarnation de la norme.
Dans la pièce le personnage de la jeune femme dit :


 « je voudrais être une inconnue, je ne veux pas être une étrangère, l’étrangère existe toujours par rapport à la communauté intégrée. Je ne veux pas être n’importe qui, pour ne pas me perdre dans l’anonymat du même.  Je voudrais être une inconnue au singulier.Je voudrais passer entre les gens sans être vue. »

Le décor se passe dans une pizzeria fréquentée par des réfugiés politiques, des
ouvriers, des intellectuels, cette jeune femme, Sabrina, qui quitte la banlieue et une bourgeoise qui entre là par hasard.


Pièce pleine d’émotion avec un regard à la fois lucide et emplit de tendresse et d’humour. »


Je vous transmets ce message enthousiaste, tel qu’il m’a été transmis par une amie de l’APIAF à Toulouse.

 

Hélas, je ne pourrai m'y rendre !


Et donc, à vous, bonne soirée ! MJC

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans femmes
commenter cet article
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 16:54

Je prends quelques vacances bien méritées d’une durée indéterminée. Mais, soyez en certains, je reviendrais auprès de vous, mes chers lecteurs, en pleine forme, avec de nouveaux commentaires dans ma besace d’éternelle écolière.


A vous, quand le temps sera venu, je vous souhaite d’excellentes vacances, et si vous ne savez quels livres emporter pour vos vacances, relisez ma catégorie : « Mon noyau de nuit et de lumière ». Cela vous donnera sans aucun doute des bonnes idées !!!

A bientôt donc ! MJC

PS. Pour que ce joli blog de savoir et de démocratie ne dépérisse pas pendant mon absence, recommandez le à vos amis ! Tchao ! Tchao !

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans femmes
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 17:24

Journal d’Anaïs Nin (Tome 4)

1944-1947

Stock.

Le livre de poche (3134)

Page 371

 

 

« Le lendemain matin, cependant, après m’être baignée dans la mer tropicale, après avoir écouté la guitare et les chanteurs sur la plage, mangé le poisson fraîchement pêché, bu du lait de coco dans une coquille, après avoir admiré les conques apportées par les jeunes garçons sur la plage, allongée au soleil, je me souvins que la définition de « tropique » était « tournant, changement », et je sentis qu’une femme nouvelle allait naître ici. »

 

Est-ce ce printemps si sage qui refuse de s’avancer ?

est-ce le lourd ciel du Nord qui me couvre ?

est-ce le vent léger dans les arbres ?

est-ce mon cœur qui doucement palpite ?

est-ce les étoiles dans un firmament retrouvé ?

est-ce l’espoir que j’abrite ?

 

Mais, je le sais, moi aussi, je le sens, qu’une nouvelle femme va naître ici. MJC

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans femmes
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 11:28

Le  parchemin du désir

Monique Lise Cohen

Orizon 2009

Littératures

 

 

  J'ai lu deux fois ce livre si beau. J’en ai recueilli le secret. Un secret si lourd d’une enfance broyée, d’une vie détournée, d’un malentendu tragique, d’un silence immense. 


Une écriture si belle, une femme tellement femme, une âme toute ronde, toute douce. Une écrivaine qui de ses mots nous couvre doucement, nous enveloppe de beauté, nous fait don du sacré, du parchemin de son désir, malgré l’enfer de son enfance, celle qu'elle n'a jamais eue, celle qui lui a été volée par un acte qui brise la parole. Un silence qui clôt la vie.


Infiniment merci à Monique-Lise d’être en vie, infiniment merci d’être mon amie mais surtout infiniment merci pour son Parchemin du désir. MJC


Aujourd’hui, je vous fais don de mon silence dédié aux enfants broyés. 


Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans femmes
commenter cet article

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche