Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 21:17

Le président  de l’ONU a éclaté en sanglots devant toute la planète. Je l'ai vu à la télé.

C’est cela, il n’y a que cela à faire


Eclater en sanglots.


Je sanglote, tu sanglotes, il ou elle sanglote, nous sanglotons, vous sanglotez, ils ou elles sanglotent.

 

Je propose La marche du sanglot


Ce soir, les livres sont fermés


MJA ou Jeanne-qui-marche

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 11:26

Les mots tuent

Par leur absolu

Par leur définitif

Ils coupent le temps

Sûrs d’avoir raison

Jusqu’à la déraison

 

Ils versent le sang

Brisent le temps

Ecrasent les silences

Trois petits tours

Et puis  s’en vont

Tout au tour de la terre

 

Reste l’autre blessé

La fumée  noire

des bombardements

les civils assassinés

L’impuissance de tous

à arrêter le massacre

 

Reste mon impuissance

A penser la paix

La guerre de cent ans

est en route

cela ne fait pas de doute

la toupie rouge de la guerre roule

 

Une boule de mots

Si pleins de sens

Si insensés

Des mots qui tuent

Des mots assassins

Je ne crois pas aux mots

 

Paradoxe fécond

Je crois aux mots des livres

Je ne sais  pourquoi

Je cherche

Croire aux livres.

Pourquoi ?

 

En  aveugle,

je tâtonne

Avant de mourir

Tant de pages

Encore je tournerai

Et enfin je trouverai

 

Alors, je vous le dirai

Alors, je l’écrirai

En paix, pour la paix

Poussière d’étoile

Ce monde de mots

Je quitterai doucement


MJA ou Jeanne-des-mots-refusés

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 14:19

J’élabore un acte de paix, du côté de ma thèse. Je ne sais pas lequel encore, mais je trouverai.  Je sais que rien ne sert à rien, ça je le sais depuis longtemps, malgré tout, j'avance et j'agis, de jour en jour, d’acte en acte. Je veux situer ma thèse dans un contexte symbolique : un engagement dans la paix. Il me semble qu'il est bon d'inscrire mon travail dans une chaîne symbolique. Le seul minuscule espoir de l'humanité réside dans des actes collectifs et dans de pauvres actes individuels, comme « une poussière d'étoiles » dirait Reeves. Nous -mêmes, nous se sommes que poussière d'étoiles, mais tentons l'impossible : penser au jour le jour.

Penser avec nos créations intellectuelles et quotidiennes, penser avec nos livres.  Penser la paix, les larmes aux yeux, le cœur brisé, mais déterminé, l’intelligence déployée. Gaza aujourd’hui, mais hélas où demain ? Vous souvenez-vous de celles d’hier ?  

 

Je me souviens de tant de guerres 

Cette nuit dernière

Celles d’hier, celles de demain.

 

Penser la paix.

Poussière d’étoile

Clameur d’amour

 

 Je pense la paix, tu penses la paix, il ou elle pense la paix, nous pensons la paix,  vous pensez la paix, ils ou elles pensent la paix.


MJA ou Jeanne-du-Temps-en-Larmes

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 14:49

 

Ce matin, j’ai relu, la longue liste des Prix Nobel de la paix. Leur travail à tous. Je vous invite à faire comme moi, à les découvrir, à vous attarder sur ce qui fut leur vie, leur travail. Taper dans la barre Google : Prix Nobel de la paix.

Vous en aurez la liste et un lien de travail avec eux. Un lien pour la recherche.

Oui, oubli de Gandhi, ou reconnaissance trop tardive, oui, critiques ouvertes pour certains ou d’autres. Oui, le débat reste ouvert de toujours faire mieux pour la paix : créer des hôpitaux, soigner, alerter, négocier, créer, lire, écrire, informer, aller sur le terrain ou écrire du lieu de soi et des autres, chercher le meilleur pour les femmes, pour les hommes.


Mettre en deuil son blog,  continuer de chercher, d’écrire, de lire, d’inciter à lire, par exemple la vie de ces prix Nobel, parfois contestés, parfois unanimement reconnus. Ne nous y trompons pas, pas ces Prix Nobel, sont certes des hommes et des femmes exceptionnels, mais ils ont été portés par une pensée symbolique collective. Ils n’ont jamais été seuls dans leur action, même s’ils ont avancés avec beaucoup de solitude.


Lire, écrire, créer, progresser, penser, c’est l’affaire de tous.

Lire, écrire, créer, progresser, penser, contre la mort, nous y sommes tous engagés dans le mouvement du temps des hommes.

Lire, écrire, créer, progresser, penser, contre la mort, c’est mon choix, ma confiance, mon espoir.


A tous ces prix Nobel de la paix, à ceux qui les ont soutenus, à ceux qui les ont reconnus, je dis

Merci.


Inventons notre marche du sel.

Je propose, la marche des livres.


J'oeuvre pour la paix, tu oeuvres pour la paix, il ou elle oeuvre pour la paix, nous oeuvrons pour la paix, vous oeuvrez pour la paix, ils ou elles oeuvrent pour la paix... Tous livres confondus ! Tous livres partagés !


MJA, Jeanne du chant retrouvé.

 

 

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 07:48

Ouvrez ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez-les s'envoler c'est beau
Les enfants si vous voyez
Des p'tits oiseaux prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté

Un p'tit dé à coudre
Et trois goutt' d'eau dedans
Au d'ssus du perchoir
Un os de seiche tout blanc
Et un petit piaf triste de vivre en prison
Ça met du soleil dans la maison
C'est c' que vous diront
Quelques rentiers vicelards
Des vieux schnocks
Qui n'ont qu' des trous d'air
Dans l' cigare
Une fois dans vot' vie,
Vous qui êtes pas comme eux
Faites un truc qui vous rendra heureux

Si vot' concierge fait cui-cui sur son balcon
Avec ses perruches importées du Japon
Ses canaris jaunes et ses bengalis
A vot' tour faites leur guili-guili
Sournoisement exclamez -vous
" Dieu ! quel plumage ! "
Mais chère Madame
On vous demande au 3ème étage
Et dès que la bignole aura l' dos tourné
Même si on doit pas vous l' pardonner

Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez les s'envoler, c'est beau
les enfants si vous voyez
Des petits oiseaux prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté


Pierre Perret

 

A écouter cette chanson, mes larmes coulent doucement. Je sais pourquoi. MJA

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 18:00

Mon millième article ou le sens de ma vie

 

Ma famille (au sens très large) et mes amis


L’enfance et les livres

Les livres de tous

Nos livres partagés


Les miens

Les tiens

Les nôtres

Les vôtres

Les leurs

 

A perte de pages

Sur nos plages

Et au large...

 

Ceux du monde entier !


MJA ou Jeanne du chant retrouvé

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 20:11

"Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles." Sénèque 

Par exemple : une thèse. MJA

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 08:37

Albert Einstein et de Sigmund Freud
Pourquoi la guerre ?
Rivages Poches/Petites bibliothèque
2005


Albert Memmi

La dépendance

Gallimard 1979

Folio essais


Film de Youssef Chahine

Le Destin

Prix du 50ème anniversaire

Cannes 97

Ce petit livre de 65 pages de Freud et D’Einstein est à lui seul une bibliothèque de livres pour la paix. Ce livre ouvre sous nos regards attentifs des chemins de connaissance : le droit, la politique, l’histoire, la philosophie, la mythologie. Nous pensons tour à tour à Marx, à Jean-Pierre Vernant, à Hannah Arendt, aux auteurs qui nous ont conté l’histoire de Rome ou de la Grèce, nous pensons aux guerres de religions ou au conquistadors. Et soudain s’ouvre sous nos pieds le gouffre de la seconde guerre mondiale.

Un livre qui a une histoire, celle de la rencontre de deux hommes juifs de génie en Europe, dans une période violente : les années 30.

Un livre, une correspondance poignante d’intelligence. Une correspondance dans le cadre de la Société des Nations dont Einstein a souhaité démissionné à plusieurs reprises pour plusieurs raisons, la principale étant qu’en tant que juif il ne pouvait représenter l’Allemagne. Une correspondance dans le cadre de l’Histoire. 27 février 1933 : incendie du Rechstag, une correspondance qui deviendra un cadeau de Freud à Mussolini, une correspondance qui deviendra dans l’histoire des hommes un lieu d’interrogations sur la guerre, sur la paix.

Plus, je relis ce livre plus j’ai envie de le relire, il est d’une telle richesse, d’une telle intelligence, d’une telle simplicité ! Mais il est aussi un livre complexe, parce que l’humanité est complexe ; à chaque fois que vient le temps de le fermer et de reprendre mon chemin, je reste un long moment,  pensive comme si ce livre à lui seul pouvait m’aider dans mon interrogation immobile et désespérée de toujours : pourquoi la guerre ?

Pourquoi la guerre ? Pourquoi la violence ? Pourquoi le droit ? Pourquoi la force ? Pourquoi les communautés ? Pourquoi des intérêts pour les pays ? Pourquoi l’histoire ? Pourquoi la paix si difficile, partout et de tous temps? Me voici l’enfant égrainant devant mes parents perplexes mes Pourquoi ? Et point par point, Einstein puis Freud déclinent ces pourquoi et moi, à chaque fois le sens m’échappe mais j’y reviens fascinée mon crayon en main. Je trouve ce livre terriblement dur à lire dans son apparente simplicité peut-être parce que tout simplement il me renvoie à ma propre violence, à ma propre pulsion de mort moi la pacifique, moi la vivante. Il y a là quelque chose que je ne peux nouer dans l’intelligence du livre. Qu’est que j’oublie là chaque fois dans ma nouvelle lecture de « Pourquoi la guerre ? » Qu’est que j’échoue à vous transmettre de ce livre que j’aime tant ? Je ne sais pas. J’échoue à le transmettre mais comme j’aimerai le partager, comme j’aimerai ne pas être désespérée en lisant la conclusion de Freud ayant trait à la force de la culture pour canaliser la pulsion de mort, comme j’aimerai ne pas être désespérée et être convaincue par l’assertion de Freud que la culture travaille pour la Paix ! Mais je ne sais pas. L’Allemagne, l’Autriche n’étaient-elles pas des nations cultivées ? Combien de fois me suis-je heurtée à cette question -là, les larmes aux yeux ? Alors à ma façon de femme, à ma façon de lectrice, à ma façon, autrefois,  d’animatrice d’ateliers de lectures, une fois de plus je réponds que: l’essentiel n’est pas la culture, (trop souvent la culture d’une élite sociale) mais la culture parlée par tous, humbles et grands, la culture sans l’exclusion des mots et des affects qu’elle emporte, la culture à l’écoute de la tendresse de celui qui la porte, de ceux qui l’inventent. Les ateliers de lectures ne peuvent-ils pas être des lieux de culture mais aussi des espaces-temps pour tous, parlant ensemble les mots des livres, tous au travail du meilleur de l’humain : les livres.

Pourquoi la guerre ? Parce que les hommes inscrits dans la relativité du temps et de l’espace ne savent ni lire ni parler pour cause d’inconscient et de solitude,  pour cause du langage qui toujours nous trahit, pour cause d’un temps non partagé, pour cause de haine toujours à l’œuvre, pour cause d’argent,  pour cause de sang, pour cause du firmament non regardé,  d’étoiles évincées, de lune piétinée.


Mais aussi, il faut lire Albert Memmi et son essai sur la dépendance et la domination.  Le désir de guerre c’est aussi le désir de dominer ou de rompre les liens avec une cruelle dépendance. Memmi nous fait souvenir combien l’homme ne veut jamais dépendre d’un autre homme ou d’autres hommes. Serait-ce là  une définition de la liberté ?  Memmi, citons-le écrit, comme dernière phrase de son livre, « Décidément comme dirait le philosophe, l’homme est un être-avec, un être-en-relation… » Un point de suspension termine le livre de Memmi.


Mais avant determiner cette note, je veux me souvenir de Youssef Chahine et de son son merveilleux film Le Destin. Les livres et la paix. Combien la musique de ce film est belle tant par ses mots que par ses images que par ses notes !Un film qui dit non à l'intégrisme. comme l'ensemble de son oeuvre. Un film qui dit les livres.


Un point de suspension terminera donc cette note de lecture et mon espérance utopique  en la paix, mon refus de la guerre…


Marie-José Annenkov

 

 

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 21:48

1er mai 2014

Moins de monde

Muguet précoce

Monde féroce

Toujours la Blonde

Bien droite sur son extrême

Dans mon cœur de femme

L’inquiétude

 

Du pire avenir

 

Alors, je conjugue

 

Je lis, tu lis, il ou elle lit, nous lisons, vous lisez, ils ou elles lisent les discours de Jean Jaurès, la vie de Jean Jaurès, les livres sur Jean Jaurès


Alors je conjugue


J’espère, tu espères, il ou elle espère, nous espérons, vous espérez, ils ou elles espèrent. MJA

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:01

Heureux printemps

 

Des fleurs

C’est le temps

 

De l’espoir

C’est le temps

 

De rire

C’est le temps

 

De nous aimer

C’est le temps

 

De chanter

C’est le temps

 

Et de lire, c’est toujours et toujours le temps. Celui de notre Toujours !!!

 

Marie-José :-)

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche