Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 21:58

Longtemps, je me suis couchée de bonne heure et,  encore maintenant, je me couche de bonne heure.

 

Je me couche, le bonheur au cœur, au cœur de l’été, bien rempli d’études et de livres, rempli de mon écriture de recherche sur les petiots et les livres et leur maman.

Chaque jour, je ne fais que le quart du prévu.

Je suis en retard. Sur tout !

Ma vie est pleine de graines et de pollen heureux.

 Je sais la tendresse et le rire, je sais l’amitié, je sais ma famille, mes enfants, mes petits-enfants, je sais ma colombe en résine, je sais mes livres fétiches et les autres, je sais mon nouveau coin bureau en devenir, je sais mon anniversaire si proche, un an de passé, un an à venir. Je sais mes cheveux courts et blancs que j’aime tant.

 

Je sais ma vie qui coule.

Je roule comme une boule !

Je me sais heureuse

Je m’en vais me coucher.

De bonne heure !

Mais demain

Le matin, à 6 heures

Je sentirai la fraîcheur

D’un nouveau jour

Si plein de mes Toujours

Regardant avec ferveur

Le ciel si vaste

Je penserai

Alors

 

Je suis heureuse !

MJA

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 16:46

Eté en fleurs

Eté douceur

Eté études

Eté recherche

 

Je t’attends !

 

Déroule ton chemin de mousse tendre.  Je marcherai,  ta saison durant,  le regard perdu dans tes doux nuages,  caressée par la douceur câline du zéphyr.  

J’écrirai de nouvelles pages de ma vie, inconnues à moi, encore.

 

Un nouvel été, dans le mystère des jours et des nuits, dans le secret de  la persévérante lune et dans la blondeur des dunes. 

 

Et donc…

 

Je continue,  tu continues,  il ou elle continue,  nous continuons,  vous continuez,  ils ou elles continuent,

 

dans l’été souvenu

dans l’été advenu

dans l’été retrouvé

dans l’espoir revenu

 

Cœur battant, cœur tremblant, cœur frissonnant de toi, nouvel  été !

 

A tous les Inventeurs,  je souhaite une heureuse Fête de la musique et un bon été !

La tête à l'ombre, les jambes au soleil, bonne lecture à tous ! MJA

 
Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 10:52

Parfois, j’épèle les années  passées

Ces années qui s’en sont allées

Dans le creux de mon lit

Dans les nuits répétées

 

Par la répétition des jours

J’ai glané ma vie

J’ai inventé mes soleils

Mes lourds orages

 

Dans le présent de tes  regards

Je sais mes nouvelles gares

Mes  éclats de rire retrouvés

Sur l’immensité de ta page

 

Je sais mes coquillages d’été

Je sais ma gaité moissonnée

Je sais mon cœur qui bat

Je sais  l’espoir du soir

 

Je sais mes possibles déployés

Dans le ciel de nos Toujours

Je sais l’hiver enfin  vaincu  

Je sais l’été enfin revenu

 

Je me sais moi, foulant à grands pas,  le chemin de ma vie, conjuguant,  tendrement,  les verbes  espérer, créer, construire et peut-être enfin chanter doucement. MJA

     
Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 08:59

 

 Dans le silence de l’été

Plane l’inquiétude

Pour elle autrefois si vivante

La mère

Autrefois si souvent colère

 

Dans le silence de l’été

Elle ferme les yeux

Son corps épuisé

Ne bouge plus

Et comme nous elle attend

 

Dans le silence de l’été

Je sais sa vie presque écoulée

Dans le temps qui fuit

Le cœur oppressé

Je sais le temps qui s’enfuit

 

Dans le silence de l’été

Je sais sa fatigue

D’une longue vie de femme

Qui a tant été

Qui a tant donné

 

Dans le silence de l’été

Je sais la béance

De son silence

Et je me tais

Sachant combien elle est

 

Femme

 

Dans le silence de l’été

Je sais le temps immobile

Un silence noué

De nos vies trouées

Par le sablier trop certain

 

  Dans le silence de l’été

Je sais toutes ces années

Depuis que je suis née

Je sais ma vie

Je sais ma famille

 

Dans le silence de l’été

Je me sais femme

Près de cette femme

Je me sais comme elle

Depuis si longtemps

 

Epouse et Mère

 

Dans le silence de l’été

Je sais le temps en suspens

Sur ses yeux clos

Sur ce qui en elle

Ne veut plus bouger

 

Elle a tant marché

Le cœur toujours battant

Ses courses à faire

Tant de repas à préparer

Pour nous toujours pour nous

 

Dans le silence de l’été

J’entends l’autrefois de ses mots

Toujours en marche vers la vie

Qui en elle s’écoulait

Hiver comme été

 

Dans le silence de l’été

Je sais mes remords

Devant sa presque mort

Je sais de toujours nos malentendus

Je sais cette peur qui me mord

 

Dans le silence de l’été

Nuit et jour j’écrirai

Un poème long comme sa vie

Pour dire le temps de tout recommencer

De tout réinventer

Dans le silence de l’été

Je frôle ce qu’elle était

Du temps où elle bougeait

Femme mère épouse amie

Comme moi femme multiple

 

Dans le silence de l’été

Je sais l’impossible mouvement

D’une femme autrefois

Qui n’était que mouvement

Et long frémissement

 

Dans le silence de l’été

Je sais ma seule vérité

Aimer aimer aimer

A perte de mouvements

Sans jamais perdre de temps

 

Dans le silence de l’été

J’écris un long poème

Pour dire à cette femme

L’honneur  d’avoir partagé

Dans le bruit de tant de saisons

 

Nos vies.

 

MJA Recueil inédit 2009 : Le Temps rompu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 21:33

Le poète a toujours raison, je déclare avec Aragon et Jean Ferrat « La femme est l’avenir de l’homme ».  Oui,  Il faudrait redécouvrir, à perte de possibles, tous  nos possibles,  mais comme elle est malmenée la femme !  Toujours, toujours et toujours. Le 1er mai et tous les jours ! Alors, mon cœur de femme, malgré l’Internationale, s’insurge. Je ne suis qu’un cri, chante Jean Ferrat, quand il chante sa détresse infinie. Avec lui, aujourd'hui, avec lui, je chante mon cri de femme, celui de toutes les femmes. Et pourtant mes yeux, nos yeux sont si profonds. Des yeux de biche. Des yeux de femme. Comme ceux d’Elsa. MJA

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 18:16

Amour secret, amour présent, amour ténu, amour tu, amour têtu, amour  toujours, amour silence, amour ridé, amour passionné, amour impossible, amour mystère, amour parole, amour fou, amour d'un tout, amour fleuve, amour papier amour cristal, amour chrysalide, amour transparent, amour caché, amour discret, amour soie, amour glissant, amour sensuel, amour onctueux, amour glamour, amour      rose, amour bleu, amour rare, amour oiseau, amour fleur, amour caresse, amour   union,  amour communion, amour fusion, amour volcan, amour regard, amour ta  main, amour ta peau, amour ton corps, amour, tu dors, amour, tu sors, amour, tu ris, tu souris, amour bleuet,  amour tout grand, amour tout franc, amour tout rond, amour malice, amour tout lisse, amour gagné, amour rêvé, amour éternel, amour ta main, amour timide, amour pudique, amour poème, amour attente, amour ma vie, amour ta  vie. Impossible possible. Amour pluie. Amour lit. Amour luit. Amour huit heures, amour minuit, amour midi. Amour brasier. Amour ta flamme, amour ma flamme  amour fleur amour douceur amour des heures, amour chaleur, amour pourpre,  amour sombre, amour mélancolie, amour ombre, amour soupir, amour rayonnant amour tendresse amour unique amour sorcier, amour de neige, amour magique,  amour ondoyant, , amour jaillissant, amour charmant, amour grisant, amour enivrant,  amour vivant, amour pur, amour sûr, amour d'azur, amour nu, amour ivre, amour bienfaisant, amour s'élançant, amour étincelant, amour prodigieux, amour  merveilleux, amour plaisir,  amour désir, amour comme un ciel plein d'étoiles, comme un champ plein de fleurs, comme une page pleine de mots, comme la terre  pleine de toi, comme l'eau qui coule limpide, amour éclatant, amour chatoyant  triomphant, amour sucré, amour vanille, amour cannelle, amour de miel, amour oisif, amour tardif, amour lascif, amour perlé, amour nacré, amour précieux, amour brumeux, amour bijoux, , amour arc-en-ciel, amour lumière, amour fier, amour  radeau, amour dans tes bras, amour nénuphar, amour murmure, amour feuilles, amour saisons, amour bruissement, amour chuchotement.

 

  Amour tout doux

 

MJA. Montauban le 9 décembre 2000

 

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 18:04

 

            Un immense fleuve bleu

            les méandres blancs de son lit blême

            s'étirent et mordent la mer

            Tu dis ta plainte et tes craintes

            tu pleures et tu t'éreintes

            ta vie d'argile si fragile

            abrite tes pauvres feintes

            dans les noirs corridors de ton âme éteinte.

            En bleu et en blanc

            tu écris des lettres blêmes

            la solitude te traverse

            tout te fait mal et te blesse

            tes blessures s'écaillent

            tu as mal, tu as peur.

            Dans son impossible rime

            en bleu et en blanc

            la vie blême

            te laisse sur la rive

            plus morte que vive

            désespérément seule.

            Une histoire de lune

            une histoire de dune

            de bleu et de blanc

            au creux de la lagune

            dans une solitude bleue

            dans un désert blême de fleurs bleues.

            Secrète, tu te tais

            rien ne se sait

            ni tes craintes

            ni tes bleus à l'âme

            ni le blanc ni le blême

            ni le désert

            ni les fleurs bleues

            Tu es seule

            tu en meurs

            en bleu, en blanc

            Tout est blême.

            Ici finit la rime

            Ainsi s'achève le poème

            bleu blanc blême.

                                                                  MJA

 
Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 17:57

            Faire fondre en elle

            cette boule de silence

             dure et  pure

            qui vers le ciel blanc s'élance

            Cette boule de silence

             roule en elle

            depuis tant d'années

            amassant les fleurs fanées

            sur les rives de la mélancolie

            Une boule de silence

             coule en elle

            avec l'habitude de la solitude

             du temps emporte l'éternité,

            des heures épelle la multitude

            et brise l'infini

            Une boule de silence

             vers les autres s'écoule

            au coeur de la houle et de la foule

            recevant de chacun

            les vagues embruns de l'âme

            Une boule de silence

             dans un terrain vague échoue.

            De son enfance elle se souvient

            de ce terrain vague là

            C'était en face de son immeuble

            toute seule elle y jouait

            déplaçait les cailloux

            cherchait des secrets

            créait sa solitude et la cachait

            Une boule de silence

             vers son enfance roule

            dans un vague terrain vague

            Un vague sentiment de vague à l'âme

            Soudain ça hurle  ça l'enroule

            La vague l'emporte loin et elle coule

            Au loin, dans la lumière

            sur la vague roule

             comme une pierre

            une boule de silence 

                                                                           MJA 25.02.2001

           
Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 11:13

Mon amie Miyuki, dont je vous ai déjà parlée est une artiste. Elle crée des bijoux et autour de ses bijoux invente une histoire. Miyuki est une conteuse de bijoux.

Dans le texte qui suit, elle nous présente sa dernière création : une broche étonnante : un coffret en bois, qui s’ouvre et se ferme selon le désir de la personne qui la porte. J’en ai la photo, elle est unique.

 « Présentation du concept de ma broche

 A l’intérieur de la broche, il y a une balance avec sur le plateau de gauche un rubis et sur le plateau de droite un galet. Les pierres comme le rubis sont des pierres précieuses. Généralement, elles coûtent cher. Elles ont une forte valeur marchande. En revanche, le galet que j’ai trouvé par hasard dans la rue, lui, ne coûte rien. D’un point de vue marchand, le rubis à plus de valeur que le galet. Mais, à l’origine, ces deux pierres existent sur notre planète. L’une comme l’autre sont issues de la nature et ont été créées par elle. Se sont deux minéraux. Seuls les Hommes leur donnent une valeur. Se sont toujours les Hommes qui donnent une valeur aux choses. Cependant, il peut arriver que le galet soit plus important qu’un rubis. Si ce galet évoque pour quelqu’un des souvenirs particuliers, des émotions, des sentiments alors il revêt une importance bien supérieure au rubis. Ainsi, par ce qu’il évoque émotionnellement, ce galet est devenu unique et sa valeur est bien plus inestimable que celle du rubis.

 La balance dans la boite représente notre jugement de valeurs mais aussi nos sentiments et nos émotions. On ne les dévoile pas à tout le monde et on ne les expose pas facilement. La boite qui renferme la balance a pour fonction de protéger notre pensée et nos sentiments. Pour en dévoiler le contenu, on est obligé de détacher la broche du vêtement. Ainsi, c’est le porteur et lui seul qui décide ou non de montrer l’intérieur de la broche en ouvrant la boite. C’est une broche qui reflète les valeurs personnelles et émotionnelles de la personne qui la porte. » (Miyuki)

 Avec ce texte précieux, je vais suspendre mon blog quelque temps pour me consacrer à polir mon galet et à écrire une nouvelle autofiction constituée de mes poèmes de vie. Je l’appellerai La Multiple. Je vous l’offrirai comme un rubis d’écriture. Je vais travailler vite ; mes poèmes sont écrits, reste à les structurer en chapitres, à les colorer, à les caresser. Reste à constituer, avec le multiple, de l’entier, avec des fragments de galets, une pierre précieuse qui tentera l’aventure de la publication et de la reconnaissance par votre lecture, de mon galet de femme, La Multiple.

 A très bientôt donc.

Prenez soin de vous !

Marie José

 

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 17:11

     C’est quoi l’amour ?

David Cali Anna Laura Cantone

Sarbacane

2011

 Je m'échappe !
Je fugue !
Je prends la tangente !
Je me tire !
je m'évade !
Je me carapate
Je m'enfuis

           Mais à Bruner, je reviendrais, c'est promis, parce qu’il nous raconte l’enfance qui s’éveille au langage et à la pensée ! C’est une belle histoire, mais avant je veux vous raconter l’histoire de la petite Emma. Parce que le point de départ de l’enfant, c’est l’amour.  Je le sais. C’est mon plus beau Toujours.

            Il était une fois, une jolie petite fille  qui s’appelait Emma et qui habitait dans un joli livre tout rose dont au centre de la couverture était tracé un joli petit cœur tout rouge et dans le petit cœur dansait la question d’Emma : « C’est quoi l’amour ? »

        La question d’Emma se promenait dans toutes les pages du livres sur lesquelles étaient dessinées des illustrations splendides, originales et surtout pleines d’humour ! Un vrai bonheur pour la petite Emma qui n’en finissait pas de poser sa question, à toute sa famille :  « C’est quoi l’amour ? » 

       Sa maman, longue et courbée sur ses fleurs, qui ressemblait à un point d’interrogation ; comme tous les tendres mamans, elle portait en son sein, la question de son enfant. Sa maman, qui ce jour là, plantait des pivoines, lui répondit que l’amour c’était une fleur qui s’ouvrait doucement.

      Son papa, lui, planté devant la télé, dans son gros fauteuil crapaud, regardant un match, lui répondit que l’amour c’était, l’explosion du Paf ! de joie, lors du but ultime de la partie.

   Sa mamie, toute ronde et fleurie, qui faisait un gâteau lui dit que l’amour c’était tout rond et tout moelleux.

  Son papi qui ressemblait à une cloche métallique, tout occupé à ranger sa collection de petites voitures, lui répondit que l’amour, c’était comme un moteur qui démarrait.

   Alors, Emma qui était une petite fille très intelligente, et qui avait le sens de la synthèse, récapitula : l’amour c’est comme une fleur, comme un but final, comme un gâteau tout rond, comme un moteur. L’amour c’est en couleur.

 Si Emma, m’avait posé la question, je lui aurais dit : l’amour c’est comme un livre qu’on raconte, comme un livre feuilleté, comme un livre lu, comme un livre caressé, comme un livre pensé, comme un livre inventé, comme un livre imaginé, comme un livre dont on se souvient, l’amour c’est comme un livre deviné, comme un livre partagé.

 L’amour, c’est comme un livre qu’on écrit.

L’amour, c’est comme un livre de poésie.

L’amour, c’est comme un roman d’amour

Je lui aurais dit à Emma, l’amour, c’est le plus beau des livres !

      Dans ce si beau livre de Davidé Cali  et Anna Laura Cantona, on apprend, en même temps que la petite Emma, (qui à la fin de l’histoire, après un épisode fiévreux, découvre l’amour avec Mathis, qui ne le sait pas encore, car l’amour c’est un pressentiment avant tout)  que :

      L’amour est de toutes les couleurs

      L’amour est tout rond

      L’amour est tout chaud

      L’amour est tout bon

       L’amour est tout sucré

       L’amour est immense

       L’amour ce n’est que du bonheur

      Qui remplit les douces heures

      De la petite Emma qui aime.

     Quand on  arrive à la fin de ce livre si plein d’amour et de tendresse, si plein de poésie et d’humour, nous sommes si heureux, qu’à peine le livre refermé, nous l’ouvrons  à nouveau.

      L’amour, c’est un livre qui  n’en finit pas de recommencer... MJA

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche