Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 11:42

Les sources de la honte

Vincent de Gaulejac

Desclée de Brower

Points Essais 656

(1996) et (2008)

 

Un livre qui permet de revisiter l’enfance, ses chagrins et ses réparations, qui permet de découvrir Sigmund Freud, Henri Miller, Sartre, Camus, Paul Laurent Hassoun et quelques autres, un livre qui donne du sens au lien social, à la réussite, à l’échec. Un livre qui écrit le paradoxe de l’homme, ni bon ni mauvais, mais toujours bon. Oui, l’humanité existe parce que de ses souffrances elle s’évertue, si elle ne tombe pas en panne, sur le temps de la honte, à créer le meilleur. La honte mortifère, souffrance inextinguible, est moteur du labeur de vivre dans un cycle étonnant qui me rappelle le cycle décrit par l’anti-psychiatre  des années 68, mes années, qui décrivait l’homme aux prises d’un cercle qui sans cesse le situait en bas, puis en haut, puis en bas, et du bas il surgissait pour inventer son cycle positif du haut du cercle, pour mieux replonger puis remonter. Je pense aussi aux travaux de Charles Gardou, dont je vous ai parlé souvent dans cette même catégorie, Force et vulnérabilité. Oui, l’homme est vulnérable jusqu’à sa destruction, atteint qu’il est de sa honte primaire, primordiale même, puis il cherche à dépasser cette honte, à réparer, à se réparer et il sublime splendidement, si splendidement qu’il s’épuise, inventant une nouvelle honte, un nouveau chagrin, une nouvelle défaite, alors il recommence son labeur pour retrouver sa dignité. De honte en recommencement, de défaite en fête, le temps de sa vie passe et le dépasse. Reste la transmission de ses cercles de feu ou lumière, de honte ou de gloire, et ceci qu'il soit, obscur, anonyme ou splendidement célèbre. Nous traversons tous le pont de Camus et nous entendons tous un jour, le rire, jusqu’à la Chute, mais toujours nous nous relevons, atteignons l’autre bout du pont et continuons notre marche dans la cité. Nous somme forts de ce paradoxe non dénié, fort de notre rire intérieur, entendu, perçu, traversant notre mur du son, nous sommes forts de nos hontes assumées, de nos hontes transformées, de nos gloires ridiculisées, de  nos assomptions relativisées, de nos ascensions médiatisées. Nous sommes dans le fil des jours et du temps, ridicules, relatifs, nous étreignons le paradoxal et le sentimental. Il nous reste à vivre courageusement les défaillances parentales qui ont engendré les nôtres, qui engendreront celles de nos enfants. Nous sommes honteux, pris la main dans le sac de notre défaillance ancestrale, voire même génétique. Nous sommes objet de mépris et nous méprisons, nous déraillons et nous raillons. Hommes déchus nous visons gloire et splendeur. C’est notre paradoxe d’homme. Nous ne pouvons nous en sortir autrement que les pieds devant mais c’est cela qui fait le moteur de la vie. Chaque jour, nous essayons, nous commençons, nous recommençons et grâce à notre honte nous sublimons le meilleur de nos erreurs. Nous sommes des êtres ambigus, confus et désorientés. Nos pistes sont brouillées par nos hontes successives, par nos hontes en cascade. Alors nous jouons l’escalade des réparations. Mais le regard des autres, notre regard sur les autres, comme des piquets dans la roche, nous aident ou nous font perdre pied. Chacun ses hontes, chacun sa merde, chacun sa solitude, chacun son paradoxe. Mais dans l’effort désespéré d’en sortir, nous inventons le meilleur, la tendresse, l’art, l’amour, le passage de l’homme à l’homme. Oui, les sources de la honte sont profondes mais à nous avons tout à gagner à les retrouver sans les dénier, malgré la souffrance du processus de retrouvailles, nous avons tout à gagner, ce gain, c’est l’or de l’altérité enfin advenue dans la rencontre avec ceux qui, fort de leur paradoxe assumé, invente un monde presque meilleur. Moi, avec mes douloureuses hontes, j’y suis et vous ???. Allez, on fait la ronde ?  Là, là, là, là...

 

Mais surtout on lit sans plus attendre Vincent Gaulejac : Les sources de la honte.  Bonne lecture ... de vous ! MJA

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Force et vulnérabilité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche