Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 19:45

L’ingénieux chevalier

Don Quichotte de la Manche

Par Michel Cervantes

Traduction nouvelle

Par Charles Furne

Paris Furne, librairie Editeur

M DCCC LV III

(PP 1et2)

 

Première Partie

Livre 1.- Chapitre 1

Qui traite de la qualité et des habitudes de l’ingénieux don Quichotte

 

« Dans un petit bourg de la Manche, dont je ne peux me rappeler le nom, vivait naguère un de ces hidalgos qui ont lance au râtelier, rondache antique, vieux cheval et lévrier de chasse ; - Une  Olla, bien plus souvent du bœuf que du mouton, un saupiquet le soir, le vendredi des lentilles, des abatis de bétail le samedi, et le dimanche quelques pigeonneaux outre l’ordinaire, emportaient les trois quarts de son revenu : le reste payait son justaucorps de panne de soie, avec chausses et mules de velours pour les jours de fêtes, car d’habitude notre hidalgo se contentait d’un surtout de la bonne laine du pays. Une gouvernante qui avait passé quarante ans, une nièce qui n’en avait pas vingt, et un valet qui savait travailler aux champs, étriller un cheval et manier la serpette, composaient toute sa maison. Son âge frisait la cinquantaine ; il était de complexion robuste, maigre de visage, sec de corps, fort matinal et grand chasseur. Parmi les historiens, quelques-uns ont dit qu’il s’appelait Quisada ou Quesada, d’autres le nomment Quixana. Au reste cela importe peu, pourvu que notre récit ne s’écarte en aucun point de l’exacte vérité.

         Or, il faut savoir que dans ses moments de loisir, c’est-à-dire à peu près toute l’année, notre hidalgo se livrait à la lecture des livres de chevaleries avec tant d’assiduité et de plaisir, qu’il avait fini par oublier l’exercice de la chasse et l’administration de son bien. Son engouement en vint même à ce point, qu’il vendit plusieurs pièces de bonne terre pour acquérir ces sortes d’ouvrages ; aussi en amassa-t-il un si grand nombre qu’il en emplit sa maison. »

Dans sa préface Cervantès écrit :

«       En te présentant ce livre enfant de mon esprit, ai-je besoin de te jurer, ami lecteur, que je voudrais qu’il fut le plus beau, le plus ingénieux, le plus parfait de tous les livres ? »


C’est fait Michel ! Tu as écrit le plus beau, le plus ingénieux, le plus parfait de tous les livres. J’ajouterai le plus drôle mais aussi le plus triste. J’ai lu, dans ma vie, plusieurs fois ce merveilleux livre Don Quichotte,  entre éclats de rires et tristesse, mais à chaque fois, je le jure, j’ai touché du doigt et par mes regards la perfection faite écriture !

Alors, chers Inventeurs, oubliez  vos soucis, vos espoirs et vos désespérances. Oubliez votre ciel et retrouvez ce que Brel nommait « l’inaccessible étoile ! », la quête : Les livres traversés de la passion.  

 

Les livres sont passions ou ne sont pas !

 

Don Quichotte de la Manche ! MJA

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Ethique du blog
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche