Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 21:37

Un livre de Charles Gardou

Et des chercheurs des 5 continents

Le handicap au risque des cultures

Variations anthropologiques

érès. Nov 2010

           (18)

 

En Allemagne,

est-il normal d’être différent ?

 

Sieglind Luise Ellger-Rüttgardt

 

Notre guide, Sieglind Luise Ellger-Rüttgardt est professeure à la faculté des lettres IV de l’université Huboldt à Berlin, où elle consacre ses recherches à l’éducation spécialisée et à son histoire, aux politiques éducatives et sociales en faveur des personnes handicapées, à l’éducation inclusive et à l’impact des traditions religieuses sur les pratiques d’aide ou d’assistance dans le domaine du handicap. Elle a publié de nombreux ouvrages en langue allemande, anglaise et françaises.

 

Nous avons dans ce chapitre, 46 bas de pages , c’est dire la richesse de la pensée  qui se réfère sans cesses à d’autres pensées, mais c’est d’ailleurs aussi ce qui rend difficile la lecture de chapitre !

 

Une pensée qui sans cesse se réfère à des lieux et des temps différents, à des concepts différents du handicap. Une pensée foisonnant que parfois, j’ai du mal à suivre. Pour cette raison, afin de ne pas trahir l’auteure, je vous propose d’avancer lentement dans le chapitre en respectant les sous-chapitres qui nous font découvrir ce que l’auteure désigne comme « construction sociale ».  Le handicap est selon elle, fiction, construction sociale, avec une « signification culturelle ». Approcher la  notion de handicap relève selon ses travaux, d’une « science interprétative »

 

LE HANDICAP QUELQUE CHOSE DE CONSTRUIT

 

Elle nous fait souvenir que comprendre n’est pas un acte intemporel, on ne peut situer le handicap que dans l’histoire et nous retrouvons une idée présente dans les chapitres précédents. Les sciences culturelles comparent  les cultures entre elles et donc des concepts comme le handicap ne prennent sens que dans une étude comparative à d’autres approches culturelles ; (Nous retrouvons, me semble-t-il la démarche globale du livre de Charles Gardou. L'histoire des hommes, au feu de la comparaison, devient alors anthropologie. L’auteure nous présente les travaux de divers chercheurs tous cherchant à situer le handicap dans ses deux dimensions que sont la reconnaissance de chacun par chacun et l’identité individuelle. ( Nancy Fraser) Sont nommés et analysés les travaux de Tom Shakespeare qui s’élève contre la notion anglaise de « Disability » (je crois mais je ne suis pas certaine, que cela renvoie à la notion de handicap défini en termes de besoins et d’invalidité (voir chapitres précédents) ; il parle aussi de l’approche médicale qui elle signifie la notion de déficience. L’auteure se réfère aussi au système norvégien qui insiste sur le contexte du handicap et au modèle social britannique avec son concept de « charité » qui contribue à la redistribution des ressources, qui est liée à des valeurs sociales égalitaires et qui donc semblerait ne pas être négative. L’auteure insiste sur les comparaisons à travers les pays comme la mise en lumière de différences constructives et d’une meilleure élaboration du concept de handicap, qui alors pourra-t-être culturellement transmise.

L’auteure cite également les travaux de Anne Waldschmidt qui s’est appliquée à l’historicisation c’est à dire à traiter le handicap dans le temps de son apparition, dans le temps dans sa conceptualisation dans des époques antérieures.

Puis elle aborde les travaux de Günther Cloerkes qui interroge l’universalité des réactions face à des lésions précises ; le handicap est-il alors sujet ou non de variabilité, selon la culture et l’époque ?

Klaus Miller analyse à partir de la « pensée magique » la fonction sociale du handicap telle qu’elle apparaît chez ceux qui en sont porteurs. Analyse d’une ambivalence avec le groupe en référence à l’ethnologie.

 

« L’Histoire nous en montre la forme » :

 

Klaus Mollenhauer analyse les relations entre éducation et formation. Suivent alors des travaux divers sur la pédagogie, l’ambivalence et ses contradictions dans la prise en compte de la singularité du handicap et de la faculté des personnes handicapées à être instruites. Toute une réflexion est élaborée sur la pérennité des actions culturelles, pédagogiques, sociales auprès des personnes handicapées ; ces actions ne furent acceptées par les allemands que fort tard (XXe siècle) avec la notion d’école de perfectionnement.

Puis vint le terrible temps du Troisième Reich avec la forte influence de l’idéologie nationale-socialiste sur la pédagogie : « tu n’es rien, ton peuple est tout » et par la politique d’exclusion tout ceux qui, différent des autres, devenaient de valeur inférieure.

Après 1945, c’est le temps de la reconstruction d’un système d’éducation spécialisée et d’instruction pour tous. L’auteure insiste à juste titre pour que soit reconnu l’effort allemand de mettre en lumière les tensions entre universalité et singularité, entre égalité et différence dans le contexte culturel d’après guerre.

 

LE DROIT A L’IMPERFECTION

 

Les médias allemands se font  volontiers le porte parole du droit à « être autre ». et d’un but à atteindre : concevoir le handicap comme une simple différence. En décembre 2000, dans cette perspective, il y eut une exposition à Dresde intitulée « L’homme (im) parfait. Du droit à l’imperfection. » Cette exposition remit en question ces idées toutes faîtes autour des idéaux de santé, de beauté, de compétences et pour l’instauration d’un nouveau concept symbolisé par un mouton noir : « l’être différent ». Les participants furent mirent au travail de toutes ces représentations là qui occupaient leur psychisme.

On incita alors, dès 1994, à scolariser les enfants handicapés dans des écoles

ordinaires et à abandonner la scolarisation en milieu spécialisé. Il fut signé également un nouveau code social pour renforcer les droits individuels de tous ainsi qu’une charte des droits fondamentaux en 2000 qui protégeait les personnes handicapées de toute discrimination. Le chapitre s’exprime avec une grande clarté sur le contenu de ces lois ainsi que sur celui de la Charte de 2000. J’invite les inventeurs à s’y rendre crayon en main pour saisir l’ampleur du travail de reconstruction après la guerre, reconstruction du concept de handicap.

Ils avaient tant à faire, que nous leur devons notre lecture attentive.

 

LE REVERS DE LA MEDAILLE

 

L’auteure, comme les auteurs norvégiens, nous disent comment malgré les lois rien n’est simple, comment des disparités régionales et une crise économique viennent poser des obstacles à cette reconstruction.  Elle nous cite également les travaux du bio éthicien qui portent sur l’éthique liée à la médecine : le droit de la reconnaissance de la personne humaine, la notion de personne, la relation aux personnes handicapées. Anne Waldschmidt étudie de la notion de passage de la loi aux pratiques quand à l’auteure, elle, insiste sur la notion de solidarité, qui selon elle, doit être un concept médiateur la liberté et l’égalité. Enfin, elle conclue sur la non résolution des contradictions allemandes sur l’approche du handicap et la nécessité de dénouer toutes ces contradictions pour que les personnes handicapées accèdent à l’égalité des droits. Pour cela, conclue  l’auteure, la vigilance doit être constante.

 

J’ai trouvé ce chapitre difficile mais intéressant par sa difficulté qui traduit bien les contradictions du peuple allemand entre son histoire, passée/ présente, entre son désir d’appliquer des lois justes mais aux prises avec encore des mentalités rétrogrades. J’ai aimé cette façon de relater les travaux de tous, passés et présents pour inventer un futur meilleur pour des personnes fragilisées par une santé défaillantes mais qui méritent cela va de soi, d’être rencontrées dans leur « mieux-être ».

 

Bravo pour tant de travail et tant de recherche dans un espace/temps vraiment difficile.

 

 Bravo et merci, chère Sieglind Luise Ellger-Rüttgardt ! MJA

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Force et vulnérabilité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche