Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 19:27

Des livres d’images,

 pour tous les âges

Dominique Rateau

Editions érès, 2001

Mille et un bébés

 

J’ai lu ce livre avec érudition mais soudain, n’y tenant plus, je suis allée à la bibliothèque de mon quartier, j’ai emprunté quelques livres de la passionnante bibliographie de Dominique Rateau qui nous raconte une multitude de livres pour enfants, mais soyons sérieux,  elle le fait de sa place d’adulte ! Peut-être et c’est dans ce peut-être que s’engouffre sa rencontre et son partage avec les enfants, petits ou moins petits.

 

J’ai emprunté,

 

 J’ai lu, sagement ou non :

 

Yakouba Thierry Dedieu, Editions du Seuil, 1994 : Seuil jeunesse

J’ai été étreinte par le choix de Yakouba pour devenir guerrier, homme reconnu par ses pairs : choisir de tuer un lion épuisé, revenir au village glorieux, ou ne pas tuer le lion épuisé ou revenir sans gloire au village. Je ne vous raconterai pas la fin. Je vous laisserai faire votre choix. J’ai fait mon choix avant de tourner les pages. La fin est douce. Apprendre aux enfants la douceur dans un choix difficile.

 

Grandir c’est choisir. Illustrations en noir et blanc. Choisir le noir ou le blanc, en noir et blanc.

 

J’ai lu sagement ou non :

 

Les enfants de la lune : Thierry Dedieu

Editions 2007 Seuil Jeunesse

 

Un croissant de lune à la Magritte, vert bleu contenant de doux nuages, un croissant de lune dédié à Etienne. Dédié un croissant de lune à quelqu’un qu’on aime, moi, je trouve ça beau.

 

A vous inventeurs de lectures, je dédie un croissant de lune d’automne, à vous mes amis, je vous dis dès qu’il fera nuit, découvrez les enfants de la lune si poétiques, nimbés de mots et de ciel étoilé, nimbés de nous tous, somnambules ou insomniaques, ils ont tous la permission de minuit et s’en donnent à cœur joie dans leur lit ou non. Les pages colorées abritent leur étranges petits corps lunaires, leurs bâillements et leurs songes, sans compter hiboux, chauves-souris et chats, tous gris !

 

Et puis c’est le matin. Un nouveau jour, les oiseaux, l’aurore. Plus personne ne dort. Demain sera un autre jour pour les enfants de la lune. Je les ai tous tant aimés !!!

 

J’ai lu, sagement ou non

 

Le doudou méchant

Claude Ponti

L’école des loisirs, décembre 2003

 

Alors là, ça chauffe ! Que de bêtises avec des drôles de mots ! Que du mouvement et de la rastifaille ! Il est sacrément mignon Oups avec ses cheveux raides en brosse mais son doudou est un vrai démon et quand les parents s’en vont au supermarché, je ne vous raconte pas le travail.

 

Ainsi donc, dans les livres tout est possible : surtout désobéir !! Enfin la nuit arrive, efface toutes les bêtises si créatives de la journée et Oups peut s’endormir tandis que le doudou se reproduit avec sa Doudoue ! ça promet !!!

 

Dans ce livre, j’ai aimé les images colorées, pleine de vie, d’étagères de livres, de montagnes qui se bousculent, de traces de pas qui s’envolent d’une boîte et puis le grenier rigolo et mystérieux, la nature, le chemin dans la forêt, les brisures d’arbres et les bing et les bang. Que du mouvement et des splash !


Qu’est ce que c’est bien d’être un enfant avec un doudou si méchant, allez moi je dirai : il est pas méchant le doudou, il est insupportable mais on lui pardonne : il est si créatif !

 

J’ai lu sagement ou non 

 

Au revoir !

Jeanne Asbé

Pastel : l’école des loisirs Janvier 2001

 

J’ai aimé les jolis dessins de lune, de papi et de mamie, de nounous, de papa et de maman

.

La vie est ponctuée de petits au revoir, de petites séparations, de larmes mais de retrouvailles.

 

Oui, petit, petite, il te faut apprendre à se séparer dans la douceur du temps d’exister.

 

Grandir, c’est savoir se séparer, c’est savoir se dire « au revoir ».  Tchao ! Tchao ! Puis vient le bonjour ! Nous grandissons entre bonjour et au revoir. Salut ! et A+.

 

C’est la vie....Même les girafes sont d’accord !

 

J’ai lu sagement ou non

 

Le monde à l’envers

Ruth Brown

Gallimard Jeunesse 1998

 

Un cauchemar terrible ! Mais le matin arrive et tout revient dans l’ordre.

Oui, grandir, c’est faire la différence entre les songes de la nuit et le matin. Oui, lire, c’est pouvoir dire ses peurs dans le mouvement des pages et des couleurs à travers le cauchemar d’une petite fille !

 

Combien, j’ai aimé les illustrations talentueuses de ce livre d’enfant ! : le mouvement du rideau, le chant matinal de l’oiseau, le mur de la nuit qui s’effondre dans le tintamarre du cauchemar...

 

Petite beauté

Anthony Browne

Editions Kaléidoscope 2008

 

C’est la belle histoire d’une amitié entre un gorille et un chat ! Mais un jour, une colère du gorille faillit tout compromettre... Grandir, c’est faire attention à ses colères !!! Enfin, ce petit chat sur la tête du gorille, c’est du rassurant !

 

Du rassurant, voilà ce que mes lectures d’aujourd’hui m’ont procuré.

 

J’ai aimé aussi le style de Dominique Rateau qui à partir de ses splendides connaissances des albums enfantin, nous fait découvrir le lire, ses lois, ses partages, ses rencontres. Au début de ses pages, elle raconte la guerre. Oui, c’est cela, le livre ne permet pas « à la guerre de parler ». Je crois que c’est cela qui m’engage dans l’amour des livres mais à condition qu’un livre vienne toujours répondre à un autre livre. Pas de livre unique. Que des livres pluriels, des livres au service de tous les âges et de toutes les cultures. Chercher des livres qui nous surprennent, nous interrogent, permettent de dire nos malaises mais aussi nos multiples. C’est tout cela que nous confie Dominique Rateau et j’aime  la suivre dans ses différents chapitres, dans sa pensée ponctuée, certes de son intelligence au travail de la littérature enfantine mais surtout aiguisée, par son enfance si présente encore dans sa pensée d’adulte. A chaque lecture, elle invente un sens mais à chaque lecture, elle retrouve son enfance et nous fait retrouver la nôtre, dans la limite du langage et des images mais dans l’illimité du vivant. Je pense là au livre d’Hélène Trocmé Fabre, Le Langage du vivant dont je vous ai déjà parlé. Les enfants lisent avec le langage du vivant. C’est cela leur force et leur supériorité sur nous, pauvres adultes toujours aux prises des mots et de leurs malentendus. Les enfants eux plongent de toutes leurs forces dans les question fondamentales de la vie et de la mort, de la nuit et des ténèbres, du monde et de son inconnu, du bien et du mal. Plus tard, on se protège, on fait attention où on marche où on pense. C’est pour cela que l’enfance est le temps privilégié de la lecture, est le temps sublime de la sublimation, est le temps étonnant dans lequel nous occupons pleinement notre poste de lecteur.

 

C’est pour cela que Dominique Rateau, à l’écoute des enfants qui lisent, nous encouragent à les accompagner. Certes ils ont besoin de nous pour accueillir leur peur et leur inconnu, mais combien nous avons besoin d’eux pour découvrir et réapprendre le langage du vivant, qu’un jour nous avons su mais qu’à force de grandir, nous avons pris le risque de perdre.

 

Oui, l’enfant donne la main à l’adulte que nous sommes, mais l’adulte que nous sommes donne la main à l’enfant. Et dans nos mains à tous, grands et petits, fasse qu'à tout âge, nos livres d’images viennent éclairer notre raison parfois si défaillante, qu’elle engendre les guerres !

 

Et si nos albums jeunesse étaient nos plus beaux livres pour la paix ?

 

Je vous laisse sur cette interrogation. Quant à moi, je vais rejoindre Les enfants de la lune non sans oublier Mon doudou si méchant et Yakouba sans gloire mais si bon. Allez Au Revoir et... Bonnes lectures.. Ne laissez pas parler la guerre ! MJA .

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Les tout-petits
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche