Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 11:04

Réinventer le Métier d’Apprendre

Hélène Trocmé-Fabre

Illustrations de Thierry Huort

Editions d’organisation 1999



La première page absente (sous-titre choisi par MJC)


Le livre commence par une page introductive essentielle, située avant les fract’ualités. Il s’agit d’un petit texte de Thierry Huort intitulé « Au fil des pages » qui définit pour nous l’image fractale reliée à chaque partie du livre comme une structure mathématique très fine quand le tout est identique à une des parties, quand on perçoit alors une autosimilarité qui écrit un motif universel et, qui, dans le livre symbolise on ne peut mieux, le métier d’apprendre.

 

Dans ma catégorie Pour une lecture diasporique, je présentais, il y a quelques temps, Le livre de Ouaknine  Lire aux éclats (2).  Je commençais ainsi mon commentaire :

Première ouverture : Les mots voyageurs

 

« En exergue, une citation de  Martin Buber qui nous raconte comment un jour, on demanda à Rabbi Lévi Yitzak, pourquoi dans le Talmud de Babylone, à chaque traité manquait le premier feuillet.  Tous les feuillets commençaient à la page 2.

 

Le rabbi répondit que quelques soient les pages lues et méditées par un lecteur studieux, il ne doit jamais oublier qu’il n’est toujours pas arrivé à la première page. »

 

Ainsi, en va-t-il de l’ouvrage d’Hélène Trocmé-Fabre « Réinventer le métier d’apprendre. » Au début, fut le chaos dompté par les Fract’ualités de Thierry Huort, qui par des images fractales, illustre chaque grande partie du livre.

 

Nous partons du coeur du cercle : le lecteur, puis petit à petit, dans un mouvement toujours circulaire, nous construisons le savoir révélé par le livre, avec Thierry Huort pour les images inaugurales et Hélène Trocmé-Fabre pour le texte.

 

Nous commençons donc par une curieuse presque table des matières dans le tracé d’un cercle ouvert qui s’élargit (cercle ouvert parce que le savoir jamais ne se boucle.

 

 

Cette page est intitulée : Réinventer le métier d’apprendre

 

     I. L’innommé : je m’engage dans les fract’ualités  de Thierry Huort puis dans une page blanche que, nous précise l’auteure, n’est pas une page manquante mais elle représente une « réserve de blanc », celle nécessaire à toute intériorisation autorisant du sens, comme dans la musique, quand le silence précède la note, la résonnance du blanc, précède le sens.  Ainsi donc, ce livre est un alphabet d’un savoir à épeler dans sa première lettre manquante : sa page blanche inaugurale.

 

  -   II. .Au lecteur  (que j’étudierai dans le commentaire d’aujourd’hui

 

  -   III. J’existe, donc j’apprends

 

  -  IV.  Fondements, archéologies des ressources

 

   -  V. Architecture et matériaux

 

    -  VI. Habiter en apprenante

 

    -  VII. Mise en perspective

 

    -  VII. Annexe I

 

   -    IX .Annexe II

 

Et enfin le cercle ouvert, important de le préciser encore, termine sa course en se déroulant  sur

 

     - X. Bibliographie.

 

Oui, la bibliographie, est pour le lecteur, l’ouverture finale de sa lecture. Je suis allée, consulter cette bibliographie. L’auteure nous met l’eau à la bouche, par six pages allèchantes pour les amoureux du savoir et de recherches sur le savoir !

 

Et donc ...

 

A suivre dans le fil des jours et des chapitres de ce nouveau livre.

 

Je lis, tu lis, il ou elle lit, nous lisons, vous lisez, ils ou elles lisent Le métier d’apprendre  d’Hélène Trocmé-Fabre.

 

Ainsi,

 

Je progresse, tu progresses, il ou elle progresse, nous progressons, vous progressez, ils ou elles progressent dans la recherche si passionnante sur le Métier D’Apprendre ! MJC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche