Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 17:47

Réinventer le Métier d’Apprendre

Hélène Trocmé-Fabre

Illustrations de Thierry Huort

Editions d’organisation 1999

 

8 et fin

 

VIII. Né pour apprendre.

 

Annexe I.

 

(Je recopie quasiment)

 

Co-production ENS Fontenay Saint Cloud et Université de la Rochelle (1994-1996). Textes extraits et adaptés des livrets d’accompagnement des films

 

 

Objectifs et spécificité des 7 vidéogrammes

 

Né pour apprendre est un document composé de 7 vidéos de 25 à 40 minutes chacun avec un livret d’accompagnement. Les objectifs sont :

 

-   stimuler le questionnement de nos savoirs

-   explorer les potentiels et notre capacité d’apprendre

-   faciliter l’adaptation des données scientifiques aux situations éducatives 

-  permettre à l’utilisateur de se relier au domaine scientifique en respectant sa complexité

-   offrir à l’utilisateur un espace pour construire ses propres réponses  et surtout formuler son propre questionnement

rechercher une nouvelle lecture du rôle éducatif en orientant le projecteur sur l’acte d’apprendre

 

L’ordre des films respecte l’ordre de la logique du vivant, des étapes du savoir-apprendre, pôles stratégiques et repères des moments d’actualisation de notre potentiel d’apprenance. (Cf chapitre 6, « un métier, un référentiel ».

 

(...) Pour chaque film, l’objectif et la spécificité sont accompagnés des idées -forces exprimées par la personnalité interviewée dans le film.

 

Les films

 

Né pour découvrir,  avec Boris Cyrulnik

Né pour reconnaître, les lois de la vie avec Basarab Nicolescu

Né pour organiser,  avec Francesco Varela

Né pour créer du sens, avec Francisco Varela

Né pour choisir, avec Albert Jacquart et André Peretti

Né pour innover, avec J.-D. Vincent, G.Brunon, S.Desplats, C.Maestri, J.-.Augier

Né pour échanger

 

Pour chaque film on retrouve le même plan, objectifs, spécificité, idées-forces. Je laisse le lecteur en découvrir les contenus

 

IX.

 

Annexe II.

 

1

Paroles en partage

 

Très beau : des citations pour des mots choisis. Quand les mots, comme des fleurs, inventent des bouquets... Bravo !

 

2

Lire, une longue histoire d’interface et un acte neuroculturel

 

L’écriture est un acte de civilisation. L’alphabétisation prend son sens dans un contexte culturel donné.

 

S’interroger en amont : pour enseigner, nous dit l’auteur il faut

-   bien connaître la matière à enseigner

-   bien connaître l’apprenant

-   bien connaître le contexte  dans lequel l’apprenant apprend la matière.

 

Elle ajoute donc que pour bien approcher l’illettrisme, il est important de connaître ce qu’est l’écriture, de bien connaître le cerveau qui l’a crée, de bien connaître le contexte dans lequel l’humain se sert de l’écriture

 

J’ajouterai bien « définir » le mot contexte.

 

Quant à Hélène Trocmé-Fabre, elle approfondit l’apport des neuro-sciences et cherche aussi du côté de la pathologie du langage et de l’alexie (pathologie de la lecture).

 

Un sous-chapitre se nomme

 

Tenir compte des divers éclairages scientifiques

 

savoir-parler

savoir-identifier

savoir-organiser

savoir-choisir

savoir adapter

savoir-échanger

 

Pour conclure, elle attire notre attention sur une remarque très intéressante d’Avin Toffler : l’illettré serait avant tout, bien plus que quelqu’un qui ne sait pas lire, quelqu’un qui ne sait pas apprendre.

 

Et donc ...Apprendre à apprendre, apprendre à savoir-apprendre

 

3.

Apprendre aujourd’hui, dans une Université apprenante

 

Intégrer l’acte d’apprendre dans un parcours de vie.

 

L’auteure, comme dans une conclusion de son livre, se penche sur ce qu’est l’acte d’apprendre pour elle et nous renvoie à ses films Né pour apprendre et à l’ingénierie de l’apprentissage qui inclut une théorie du fonctionnement mental, qui ne résulte pas de ce qu’elle appelle « un diktat autoritaire » mais surtout qui consiste à rendre à l’apprenant son potentiel d’apprentissage.

L’ingénierie permet une matrice d’apprenance.

 

Enfin, combien j’ai aimé le dernier sous-chapitre du livre :

 

Quand l’université s’éveillera...

 

L’université doit entrer dans la logique du vivant, à l’heure du « tiers cherché » dans le temps de l’apprenance avec un regard grand ouvert sur l’extérieur, sachant abandonner des certitudes parfois sclérosées au profit d’un questionnement du savoir de tous et par tous. Faire de l’université le lieu de questions génératrices de savoir, avec de nouvelles perceptions « nettoyées »/

 

Enfin, elle termine son livre par une question, par cette question. Qu’elle me pardonne de la citer, mais je trouve cette question si efficace...

 

« Si l’Université ne remplit pas son rôle qui le fera ? ».

 

J’aime ce livre, qui de bout en bout, écrit, une courageuse et innovante éthique du savoir, qui nous donne l’espoir de rejoindre ceux qui en sont les plus démunis :

 

Les personnes en situation d’illettrisme.

 

Infiniment merci, Hélène Trocmé-Fabre pour ce livre qui m’a tant enrichit et qui pour moi, fera boussole, dans mes années à venir. Soyez en certaine...

 

Point d’orgue :

 

Mon respect pour l’Université, quand elle s’éveille... 

Sonnons le clairon de la résistance ! 

Nettoyons nos perception du savoir !

Avançons... Tissons...

 

Ensemble, dans la fraternité, apprenons à apprendre, tous contextes confondus !

 

Fin du livre, mais en projet, comme une timide synthèse, écriture d’une lettre ouverte à Hélène Trocmé-Fabre et donc...

 

A suivre !

 

MJC

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche