Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 11:51

 

Réinventer le Métier d’Apprendre

Hélène Trocmé-Fabre

Illustrations de Thierry Huort

Editions d’organisation 1999

 

 

Je vous propose à l’arraché, mes notes de lectures, mais surtout que cela ne vous économise pas le livre, si dense, si complexe et cohérent. Mes notes brisent un peu cette cohérence. Je m’en excuse auprès de l’auteure.

 

V. Architecture et matériaux pour une apprenance durable

   

5. Organiser les temps d’apprendre

 

         Trois raisons de placer la durée au centre...

         Sept durées à aménager, sur le chemin de l’autonomie

 

6. Un métier, un référentiel

 

         Pourquoi rapprocher « apprendre » et « métier » ?

         Petite histoire de l’arbre du savoir-apprendre

         Pourquoi dix actes cognitifs de base ?

 

7. Ingénierie du métier d’apprendre

 

         Nature et statut du métier d’apprendre

         Favoriser l’acte d’apprendre, éviter les violences et la désertification

         Lieu de naissance de l’ingénierie : à l’interface...

         Entrer dans une démarche de reliance

         Elargir encore

         Charte cognitive : préambule et charte

         Un exemple de déontologie cognitive

 

Aujourd'hui, j'étudierai les sous-chapitres 5 et 6


5.

Organiser les temps d’apprendre

 

« Dans les pages qui suivent, la mise en structure de l’accompagnement de l’acte d’apprendre est placée sous l’angle de la durabilité, concept plus réaliste que celui d’efficacité, car il évite de se lancer dans la course au rendement, à la performance et dans l’emballement quantitatif. »

 

Durabilité  et donc aménagement non du chronos mais des différentes étapes du cognitif.

 

Verbe du temps dans le chronos : avoir, perdre, gagner, rattraper, prendre, mesurer, trouver, employer, occuper, consacrer, donner... Expressions qui traduisent des scénarios qui disent des cortèges d’illusions : efficacité du moderne. Mais nous avons des cerveaux qui gèrent plusieurs temporalités : celle de la survie, celle de la relation affective, celle du corps, celle de la quête du sens. Nous ignorons, surtout, que notre vie cognitive se construit grâce à des intervalles et à des transitions (nous l’avons vu pour le langage), et que le vivant décide dans et par les transitions.

 

Trois raisons de placer la durée au centre (de la réflexion pédagogique)

 

1) La durée est une composante de la cellule et préside à sa structuration : à l’origine de son processus, de sa dynamique, de sa transformation, de ses connexions. Elle fait partie de la pensée, de l’acte d’échange, de la mémoire, de l’imaginaire, de toute création. Elle est avenir et construit la biographie.

Pensée occidentale : circularité du temps : passé /Présent/avenir

Conception moins occidentale : le présent est le point de jonction entre le passé et l’avenir.

 

2) L’acte d’apprendre modifie notre rapport à nous-même, aux autres et à l’environnement

Schémas qui étudient les flux des trois temps dans trois logiques : court terme (CT), moyen terme (MT) ; long terme (LT)

 

Un premier outil d’ancrage a été proposé, j’apprends donc je suis, sous la forme d’un catalogue répertoires sous la forme d’un répertoire des concepts-sous-jacents à l’acte d’apprendre.

 

 

 

3) Les différentes durées demandent à être aménagées dans la diversité et spécificité de différentes étapes cognitives qui construisent le processus d’apprendre sinon on omet de créer un espace de potentialité dans lequel peut s’inscrire l’inconnu, l’aléatoire et l’incertitude, ces trois générateurs d’innovation et de libération par rapport à un passé souvent vécu pesamment.

 

Sept durées à aménager

 

durée de parcours : rendre possible et viable l’apprenance

durée de maturation et de gestation : nracinement, repérage, contextualisation

durée de la durée : mise en relations, incertitude, incomplètude

durée de l’organisation : placer, relier, mailler

durée de l’émergence du sens : accueillir, ancrer, se consolider

duré de la décision : Le cerveau s’organise pour réussite.(ou échec)

durée d’innovation

 

Mais enfin reste la durée opératoire :  non du fonctionnel mais la reconnaissance de l’Autre et de sa différence

 

Ce qui est jeu dans ces durées de l’acte d’apprendre c’et l’autonomie et toutes ces durées permettront à l’apprenant, de comprendre, d’intégrer et de communiquer et ce sous la responsabilité de l’apprenant. L’erreur du système scolaire ou parentale est de s’en mêler !


6

Un métier, un référentiel

 

Le travail aujourd’hui est-il désacralisé ou désenchanté ?

 

Quand peut-on dire, qu’il devient « métier » ?

 

-    lorsqu’il y a présence d’un maitre dans la durée

-   apprentissage progressif, maintenance à la maîtrise des gestes, outils et techniques appropriées

-    règles que l’on respecte

l-   lorsqu’un référentiel existe précisant compétences et savoir-faire

-   appartenance à une corporation

-   lorsqu’on aime ce qu’on fait

-   lorsqu’on a le sentiment d’apprendre ce qu’on fait

-  lorsqu’on a le sentiment d’apprendre chaque jour

-  lorsqu’on grandit grâce à ce qu’on fait

 

Pourquoi rapprocher « apprendre » et « métier »

 

« apprendre » et « métier » sont tous deux associés à  aptitudes, autonomie, capacité, compétence, comprendre, connaissance, enseigner, évaluer, juger, il s’agit d’une dynamique, d’un processus dans lequel l’être entier est impliqué.

- Auto-organisation,croissance, développement, élargissement de l’intelligence

-    Finalité commune : un but à atteindre, relation non linéaire au temps, obéissance à des règles biologiques, sociales, déontologiques

-    Exigences d’aptitudes, d’un contexte, d’une maintenance de savoir-faire, d’un lieu de pratique.

 

Autres caractéristiques communes :

-    personne ne peut être à notre place

-   des réajustements à la réalité sont parfois nécessaires

-   investissement à long terme

-   confrontation à l’imperfection ou au dépassement

-   découverte d’un potentiel et d’une relation au monde.

 

Parler de métier permet de sortir de la relation de type transmissif pour une relation en boucle dans laquelle celui qui apprend et acteur et auteur de son processus d’apprenance. Les travaux des neurobiologistes témoignent de notre capacité d’apprendre tout au long de notre vie si on est reconnue.

 

Pour apprendre, il faut être relié  à un

 

-   contexte physique

-   social

-  affectif

-  cognitif

 

Hélène Trocmé-Fabre, propose un référentiel cognitif qui concerne tout apprenant, quels que soit

 

-   sa culture

-   son parcours

-   l’image qu’il ou elle a de soi

-   le poids du passé ou la peur de l’avenir

 

Le référentiel vise à répondre au manque d’intérêt cognitif. Pour expliciter ce concept Hélène Trocmé-Fabre préfère le terme de « savoir-apprendre ».  à celui de  « apprendre ».

 

Pour la personne en situation d’illettrisme, l’enjeu n’est pas « d’apprendre à lire » mais de « savoir apprendre à lire »

 

L’essentiel aussi est une alphabétisation qui permet à l’autre, de savoir lire le livre de la vie et donc, pour cette raison, la symbolique de l’arbre est retenue : symbolique de l’arbre de vie et de l’arbre du savoir-apprendre. (Dans mes ateliers de lectures, je reliais obstinément les deux, même, si me rappelait-on tout aussi obstinément que les subventions étaient données pour « apprendre à lire aux stagiaires », financement qui faisaient chuter des deux arbres les apprenants et qui sectionnaient d’une puissance hache économique, l’apprenance... Oui, je me suis battue, oui, j’ai résisté et mon petit livre Madame, je veux apprendre à lire est la timide métaphore de ce combat pour l’apprenance)

 

Petite histoire de l’arbre du savoir apprendre

 

L’arbre du savoir-apprendre : essai de modélisation de l’apprenance.

Aller et retour constant entre théorie et pratique.

« La graine de l’arbre a été placé dans le « terreau cognitif de l’apprenant » (j’adore cette expression qui dit la vie de l’apprenant et non sa presque mort de « faible lecteur ». Oui, c’est cela qu’il faut faire : situer l’apprenant dans la trajectoire fulgurante ou non de sa vie, dans sa durabilité vivante... et ce qui permet de faire cela bien sûr c’est conscientiser le langage qui est le capital de tous à faire fructifier dans le processus du « savoir-apprendre et j’ajouterai du savoir-enseigner)

 

Pourquoi dix actes cognitifs de base ?

 

Nombre 10 : représentent dans différentes cultures et tradition, l’organisation de l’énergie vitale et celle de l’Univers (c’est bon, je suis née un 10 août !)

 

On trouve 

 

-    dix divinités dans la vieille Egypte

-    dans le cycle des Ases de la tradition scandinave

-    Aristote établit sa métaphysique avec 10 concepts

-    Alphabet touareg comporte 10 signes.

-   La tradition hébraïque dispose de dix « sephirot » sur l’arbre des Nombres.

 

Et donc... Structurer autour de dix données de la neurobiologie, « les moments  forts » de notre vie cognitive qui nous permettent de vivre en équilibre dans l’ordre logique du vivant : contextualiser, reconnaître, organiser, ancrer, choisir, innover, échanger, comprendre, intégrer, communique.

 

Hélène développe à merveille ces dix points et c’est grand bonheur de la suivre jusqu’au sommet de l’arbre qui nous amène à savoir recommencer, renouveler et enfin renaître  !

 

Quant à moi, soudain, je songe à la merveilleuse forêt de mon livre peut-être préféré, celui d’Italo Calvino « Le baron perché », qui sa vie durant vivra sur les arbres de la connaissance, en bonne intelligence avec tous mais aussi en résistance à une sévérité parentale inouïe de bêtise et de cruauté. Alors advint le temps des arbres, de le temps de la connaissance, le temps du savoir-lire et de la renaissance.

 

Je m’arrêterai là, pour aujourd’hui .

 

Ô désir ! Ô plaisir ! suspendez votre temps d’apprendre, et sur une branche d’arbre, arbre planté par l’étonnante Hélène Trocmé Fabre, dans la douceur de l’été, comme moi, reposez vous ! ( Par exemple, lisez ou relisez le Baron Perché, Italo vous racontera ce chapitre avec infiniment plus de talent que moi.)  MJC

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche