Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 10:28


 

Pensée et langage

Lev Vygotski

Traduction de Françoise Sève

Suivi de

Commentaire sur les remarques de Vygotski

Par Jean Piaget

Editons la Dispute 1997

537 pages

 

Chapitre 1

Problème et Méthode

                  de recherche

 

Etudier le rapport entre pensée et langage, nous dit Vygotski, à la toute fin du chapitre, c’est étudier les différentes théories psychologiques, c’est analyser avec soin les différentes conceptions des chercheurs qui ont cherché dans ce domaine : rapport entre pensée et langage.

Je résume maintenant, avec plus ou moins, de fidélité le travail de Vygotski, que je découvre, à 62 ans avec timidité et j’espère malgré tout avec une efficacité de transmission.

Vygotski pose le problème du rapport possible existant entre pensée et langage, dans le domaine de la conscience  et de ses différentes fonctions psychiques, de ses différentes activités, dont l’élément central serait ce rapport entre pensée et langage.

         Si rapport il y a, Vygotski nous fait souvenir, que de la psychologie, ce point a été vraiment peu étudié.

 

Méthode de pensée simple et efficace :

Soit pensée et langage ont été étudiés séparément, « isolément » : le problème est alors,  certes étudié mais non résolu

Soit pensée et langage ont été étudiés dans leur « liaison » mutuelle : le problème reste à étudier, non comme affirmation qui « trancherait » le nœud entre pensée et langage au lieu de « délier » ce nœud. Vigotski emploie ces deux verbes très imagés page 50

 

Quand les chercheurs parlaient de liaison c’était plus un « postulat » qu’un objet d’étude, de recherche. Le postulat était le suivant : « il y aurait invariance entre les liaisons de la conscience » (P.48) : mémoire, perception, attention. Ce postulat, selon Vygotski est faux, non démontré

 

Quand les chercheurs parlent de la déliaison du rapport existant entre pensée et langage, ils doivent s’attacher à élaborer une méthode pour analyser ce rapport entre pensée et langage. C’est sur cette méthode que Vygotski s’arrête dans ce chapitre. Il ne s’agit pas d’affirmer que Pensée et Langage sont disjoints, il faut analyser le ressort de cette disjonction psychique.

 

La première méthode serait d’analyser la décomposition en éléments. Par exemple selon le modèle de l’eau qui serait décomposée et hydrogène et en oxygène mais une telle décomposition ne permet pas de saisir pourquoi l’eau dans son entièreté chimique éteint le feu : en effet, l’hydrogène brûle et l’oxygène entretient le feu donc notre démonstration ne tient pas la route : si on analyse les éléments constituant de l’eau on ne comprend pas pourquoi l’eau éteint le feu. De même, nous dit Vygotski, si on décompose la pensée verbale, on ne comprendra pas plus les rapports entre pensée et langage. Ce qui est important, nous dit-il, c’est non pas une décomposition mais au contraire, « d’élever à la généralisation », au concept. Il ne servirait donc de rien, d’analyser le son (pur langage) tout seul ou la signification (pure pensée) toute seule pour étudier le rapport entre langage et pensée mais ce qu’il faut nous dit Vygotski avec fermeté, c’est repérer l’unité minimale qui établit le rapport minimal Langage/pensée et ce rapport minimal c’est le MOT qui établit une liaison entre langage (le son) et la pensée (la signification). Il ne s’agit donc pas d’une méthode de DECOMPOSITION (H2, O) (Langage, Signification) mais d’analyse (H2/0, Langage/Signification : ce rapport minimal étant nommé « MOT »). La signification du mot n’est pas une décomposition mais une généralisation et c’est en cela qu’il est « un acte verbal de la pensée » (p ;55). L’expression « acte verbal de la pensée » pose bien le rapport entre langage et pensée. Le mot, porteur, à la fois, de son et de signification,  unité de base trouvée par le chercheur Vygotski, articule clairement le rapport langage/pensée, son/signification

 

Ce rapport Langage /pensée est essentiel à repérer car il a une double fonction :

Une fonction de communication

Une fonction de pensée

Le rapport entre ces deux fonctions, n’a jamais fait objet de recherche, nous dit Vygotski, P.56 et portant ce rapport est essentiel car il n’y a pas de communication avec le mot seul ou avec la signification seule. Il faut les deux pour communiquer : le son du mot et sa signification

 

Vygotski cite le grand Tolstoï « quand la signification est prête, le mot est prêt » (Tolstoï, surtout lisez-le !)

 

Enfin, à la fin de ce chapitre qui a étudié de façon passionnante, une possible méthode d’étude du rapport Langage/Pensée, Son/Signification par la conceptualisation de l’unité minimale que constitue le Mot, Vygotski aborde un point d’étude qui lui est cher et que nous avons déjà rencontré dans l’avant-propos et la présentation du livre, c’est le rapport, cette fois-ci entre  Intellect et affect (Page 61) et en cela il s’inscrit en faux avec la psychologie traditionnelle qui affirme que la pensée se développerait indépendamment de la conscience. Selon Vygotsky, nous ne pouvons différencier pensée et affect, pensée et mobile de la pensée –mobile - . La pensée dit-il n’est pas « un appendice » du comportement, le comportement et la pensée sont en rapport l’un avec l’autre et j’ajouterai ce rapport, c’est l’humain.

 

Bien évidemment, Vygotsky ne peut conclure ce chapitre que sur la notion de développement qui intègre la double mise en relation

langage/pensée

pensée / affect

dans sa double fonction

fonction de communication

fonction de pensée

 

sachant que l’unité conceptuelle de base de tout ce fonctionnement de l’humain est le mot, sachant donc, je ne peux m’empêcher de l’ajouter que le livre est l’objet humain dont la fonction unique est d’engranger des mots à perte de pages, produisant de ce fait langage et pensées, pensées et affects, pensées et communication pour encore penser  et encore vivre nos affects et encore inventer nos pensées… à parler… à partager… Dans le seul temps possible de l’humain et de sa transmission.

 

Le livre, porteur de mots, objet nécessaire à l’humain ? Non, absolument nécessaire !

 

A suivre… MJA

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Le devoir de pensée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche