Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 14:01

Aragon, toi et moi

J’écoute, cœur battant, Marc Ogeret chantant, de cette voix que j’aime tant, Les mains d'Elsa.

Alors soudain mes doigts pianotent, ma mélodie à moi.
Merci Louis, du fond de ton éternité de poète, de me prêter tes mots


Je te donne mes mains pour l'inquiétude
Je te donne mes mains dont tu as  tant rêvé

Dont tu as tant rêvé dans ta solitude
Je te donne mes mains que tu sois sauvé


Lorsque tu les prends à ton pauvre piège
De paume et de peur de hâte et d'émoi

Lorsque tu les prends comme une eau de neige
Qui fond de partout dans tes mains à toi


Saurai-je jamais ce qui te traverse

Ce qui te bouleverse et qui t'envahit

Saurai-je jamais ce qui te transperce
Ce que j'ai trahi quand tu as tressailli


Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux

Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots


Saurai-je jamais ce que les doigts pensent
D'une proie entre eux un instant tenue

Saurai-je jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d'inconnu


Je te donne mes mains que ton cœur s'y forme
S'y taise le monde au moins un moment

Je te donne mes mains que ton âme y dorme
Que ton âme y dorme éternellement.

Les mains d’Elsa, entre Louis Aragon et Marc Ogeret. Tant et tant de talent, entre poésie et mise en chanson... L’embellie aurait dit Jean Ferrat ! Je n’ai pu résister à lisser mes mots, à glisser entre les leurs, ma mélodie de femme...

Là là là  là là ! MJA

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans chanter
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche