Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 10:29

Je veux écrire la soie

Je veux écrire la tendresse des âmes

Quand le ciel s’alourdit dans une fin de vie

Quand la mémoire se brise

dans le ciel qui s’irise

 

Je veux écrire le bleu

de tous deux

leur songe d’une vie

qui dans du  temps blanc

s’éteint et se tait

 

Je veux écrire la tendresse

quand les heures les bercent

quand à tire d’ailes

leur vie se dérobe

dans une cascade de secondes

 

je veux écrire leur mouvance

les retenir par mon désir

un jour ils ont donné la vie

un jour ils ont crée notre famille

A l’origine de nous ils sont

 

je veux les aider

avec les docteurs

je veux les aider

face aux monde qui comme une roue

tourne à  leur rompre le cou.

 

Je veux de leur bateau être la voile

Arrêter le vent

Et les nuages qui les emportent

Dans leur monde

Où le temps n’est plus le nôtre

 

Le docteur a dit

La maison de retraite les tuerait

Alors parce qu’ils ont donné la vie à notre famille

Nous les sauverons du désespoir

Ils ne finiront pas dans un mouroir

 

Nous serons leur miroir

Dans lequel doucement

Ils entreront

à petits pas partiront

Et s’endormiront

 

 MJA Le temps rompu

Texte inédit 2009

 

Le bleu de leur vie

Leur songe s’est éteint

Je n’ai su les aider

Etre leur voile

Retenir leur mouvance

 

Les nuages les ont emportés

Dans un monde qui n’est pas le nôtre

Ils s’en sont allés à petits pas

Dans une grande détresse

Dans une grande souffrance

 

Ils ont connu le mouroir

Je n’ai su les sauver du désespoir

Je n’ai pu arrêter ni le vent ni les nuages

Reste sur mes lourdes pages

Le souvenir de leur triste fin

 

Elle, légère comme une plume

S’est laissée soufflée par la Camargue

Lui, si lourd de son désespoir

Rongé par la solitude et le noir

A franchi le pas fatal

 

En ce jour de Toussaint

Ma pensée  va vers eux 

Quarante ans de ma vie

Se sont éteints avec eux

Et le jardin si fleuri de ma vie

 

Dans le temps rompu,  s’est définitivement éloigné

 

Dans le temps des chrysanthèmes, en cette Toussaint 2011, je me souviens, tu te souviens, il ou elle se souvient, nous nous souvenons, vous souvenez, ils ou elles se souviennent MJA

 

MJA

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans femmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche