Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 12:51

Fragments de Charles Gardou


J’invite le lecteur à lire dans la catégorie Force et vulnérabilité, Fragments 1, 2, 3 (10,11,12 mai 2010 ) et 4 et 5 (samedi 19 juin) et Césure (dimanche 20 juin 2010), Fragments 6 (le 22 juin 2019), Fragment 7 (22 juin 2010), Fragment 8 (23 juin 2010) et suivants : juin 2010


Un livre de Charles Gardou

Fragments sur le handicap et la vulnérabilité

Pour une révolution de la pensée et de l’action

érès 2005 261 pages

Collection  «Connaissances de la diversité.»



Cher Charles Gardou,


J’ai lu avec beaucoup d’intérêt vos Fragments sur le handicap et la vulnérabilité, j’ai cherché avec vous ce qui pouvait faire « Révolution de la pensée et de l’action ». Je me suis appliquée à vous suivre pas à pas dans votre titre ; le titre dit toujours l’essentiel d’un écrit. J’en suis certaine. Le titre, c’est le fil rouge.


Tout d’abord, votre recherche fragmentée, votre désir de ne pas aborder le handicap dans une globalité qui ferait abstraction détachée de toute réalité. Le handicap est un espace de rencontres et de savoir entre humains, entre les lieux où vivent ces humains, entre les espaces de connaissances où travaillent ces humains là et donc vos fragments se révèlent, dans le pas à pas de votre expérience, de vos lectures et de votre vécu.


Vos fragments, tels que je les ai perçus sont :


-  Ce qui fait rencontre du handicap avec tous,  par tous


- Ce qui constitue le moment où des parents, une fratrie, apprennent l’arrivée d’un enfant pas tout à fait comme les autres


- Ce qui met en place un accompagnement humain et confère à tous l’égalité existentielle malgré le handicap


- Ce qui doit structurer l’accueil de tous par une école de la République


- Ce qui doit redonner à tous, porteur de handicap ou non le droit de cité à l’universel inséparable d’une éthique qui fait de chacun, un sujet du verbe conjuguer : Je, Tu, Il, (Il : lui, l’autre, la loi des hommes.) Cette éthique, vous la développez dans une patiente et érudite comparaison avec d’autres éthiques.


Charles Gardou, dans vos fragments, vous nous enseignez que le verbe savoir s’accompagne toujours des verbes connaître et enseigner, du verbe comparer et du nom commun Histoire. Vous nous apprenez la pluralité des sujet du verbe savoir : vous travaillez avec d’autres, vos nombreux collaborateurs, vous travaillez du lieux des autres, votre riche bibliographie, dans vos nombreux pas de pages. Vous n’êtes pas seul dans votre savoir. C’est ce qui fait la richesse de vos fragments, c’est ce qui autorise le rêve d’une révolution de la pensée et de l’action. Vous le dîtes si bien : aucune lutte seul et sans rêve.


Votre rêve de citoyen, Charles Gardou, est de désinsulariser le handicap de sa solitude et de sa souffrance en mettant tout en place, moyens financiers mais aussi par le changement obstiné des mentalités dans le fil des jours de l’humain.


Votre rêve d’anthropologue est d’inventer une culture où le handicap a le droit de cité, votre rêve d’humain, parfois si seul et si douloureux est de rompre avec les silences, les préjugés, les déterminismes qui enferment vos prochains porteurs de handicap dans la détresse, la solitude, l’injustice. Vous rêvez alors de créer une toile symbolique où chacun puisse être sujet da sa parole dans une société d’égalité et de fraternité, et non objet de réparation.


Votre rêve de philosophe érudit est de développer une éthique de la responsabilité où chacun puisse conjuguer sa vie entre sa singularité et l’altérité qui écrit les lois, les principes, les limites de la liberté pour qu’elle ne soit pas destructrice.


Votre rêve de poète est d’inventer une césure au chagrin. Par vos mots qui savent être si chargés de poésie, de transparence et de lumière, par votre don inoui d’écrivain, vous rendez le handicap humain. Le handicap n’est pas que souffrance parce que il peut-être aussi,  terre de dépassement de l’humain. Voilà ce que vous nous apprenez dans le temps de la césure.


Votre rêve, si bien énoncé est alors source de luttes concrètes. Avec tous vous luttez, et ce que vous appelez si modestement vos « Annexe » est le splendide travail que vous menez avec tous, dans le fil de vos toujours et de vos rêves.


Votre travail : mettre en place un médiateur des personnes en situation de handicap, créer un institut national de formation, développer la revue Reliance.


Votre révolution Charles, c’est d’inventer une reliance entre les êtres qui parfois présentent des vulnérabilités que la société a repéré dans un souci sincère de réparer mais faisant à son insu payer un prix trop cher à ce soutien : le prix de la dignité et une invalidation citoyenne et de sa parole. Certes, vous luttez pour l’accessibilité de tous  dans tous les lieux, certes vous luttez pour une recherche scientifique qui permette d’apprivoiser la douleur du handicap mais surtout vous luttez pour la reconnaissance de tous par tous.


Oui, Charles Gardou, j’aime cette façon là que avez de fragmenter sans jamais le morceler l’espace du handicap, oui, j’aime cette révolution qui est la vôtre et de vos collaborateurs de nimber de savoir, d’érudition, de générosité, de lumière et d’humanité cette difficile mais essentielle approche du handicap.


Merci Charles Gardou, pour tant de travail sur le terrain comme en bibliothèque, merci pour ce splendide livre qui fait trremplin à tous vos autres si nombreux, mais surtout merci pour « la mise au travail » de vous. MJC

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Force et vulnérabilité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche