Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 17:46

A.C.C.E.S

Actions Culturelles

Contre les Exclusions

Et les Ségrégations

 (voir site pour l’adresse)

 

Les cahiers d’ACCES,  N°3

Les livres,

C’est toujours bon pour les bébés

                      (2)

 

Aujourd’hui, j’ai choisi de vous parler de l’article de

 

Elisabeth Bergeron

L’album sans textes.

Quand les images parlent

 

Les albums sans textes, représentent le tout premier temps de la lecture. Tout réside dans l’extrême talent des illustrateurs dont les images produisent un plaisir évident tant aux enfants qu’aux adultes qui racontent. C’est une façon original pour l’enfant d’approcher de lui-même, des autres et du monde qui l’entoure. Ces images répondent au désir de tous, bébés comme adultes, d’ordonner et de nommer le monde. L’enfant devient actif et ne subit plus : il peut anticiper, deviner, chercher, interroger, nommer surtout. Les images permettent aux émotions de jaillir, aux affects de se dire. L’auteur note les effets paradoxaux des albums sans textes.

 

Analyse du paradoxe :

La polysémie sans textes peut susciter de nombreux échanges avec les adultes, l’album peut devenir médiateur des rencontres, tant avec les autres enfants qu’avec les adultes. Les bébés comme les enfants peuvent se laisser surprendre par l’insolite dans lequel ils entrent ,de plein pied, par la voix du conteur.

Mais le paradoxe naît de la diversité des attitudes des conteurs adultes dont les comportements varient et il faut le dire, parfois la stabilité d’un texte peut rassurer là où l’album sans textes parfois peut inquiéter.

L’auteure analyse dans son article, trois albums sans textes et la rigueur de ses exposés est vraiment surprenante.

 

Trois livres en question que je vous laisse découvrir, n’ayant pu les consulter en bibliothèque, comme je le désirais

 

-                     Henriette Souricette élève insupportable. John S.Goodall Gallimard « ma collection préférée »1985

-                     Deuxième histoire d’une petite souris ».  Monique Félix, Gallimard Tournesol » Gallimard Tournesol, 1985

-            L’Album d’Adèle. Claude Ponti. Gallimard. 1986.

 

Avec de tels textes, nous dit l’auteure, l’enfant raisonne, comme il le ferait avec des comptines ou des poèmes, il libère ses associations d’idées, entre déjà dans un processus d’apprentissage dans lesquels cognitif et affectif sont liés.

 

En ce sens, on peut affirmer que  albums sans textes sont précurseurs de l’éveil des tout-petits et révèlent déjà leur potentiel de lecture.

 

Merci Elisabeth Bergeron pour cet article sobre et efficace, essentiel pour celui ou celle qui s’intéresse, comme moi, au potentiel de lecture du jeune enfant.

 

En tournant les pages de ce même numéro, nous pouvons lire des interviews de Elzbieta et de Claude Ponti, tous deux au travail  d’une lecture de qualité pour les jeunes enfants.

 

D 'autres articles, sur peurs et tendresse, sur rire pour grandir, sans oublier un long article sur Les Bébés chouettes, livre ont je vous ai déjà parlé (avec beaucoup moins de talent !)

 

J’ai beaucoup aimé ce N°3 d’ACCES, simple dans ces exposés mais approfondi dans ces contenus.

 

A bientôt, avec le N°4 et donc...

 

A suivre ! MJA

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Les tout-petits
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche