Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 17:53

1921.

 

« Le Nouvel an

Le dernier jour de l’ancienne année était morne et froid. Toute la journée la lumière avait paru faible, pâle et fumeuse comme celle d’une lampe, lorsque le pétrole est presque épuisé et que la mèche commence à se consumer. Tout prenait un aspect misérable, les arbres eux mêmes – et le ciel avec ses larges plaques grises. Les cloches semblaient ne jamais se taire. Les tramways gémissaient, se traînaient, comme si chaque trajet devait être le dernier, et quand il n’y eut pas d’autre bruit, un petit chien attaché quelque part, se mit à japper à la façon des petits chiens qui ont peur.

Le Nouvel an. Lorsqu’elle entra chez elle, le Nouvel An s’y trouvait déjà, pâle et mystérieux, plein de douceur et de timidité. Il se tenait dans les plis des rideaux, les ombres de l’escalier... Il attendait sur le palier. Elle se déshabilla à la hâte avec le moins de bruit possible, et bien vite tressa ses cheveux. Mais lorsqu’elle ouvrit ses draps, il lui sembla qu’une main – la main du Nouvel An – les ouvrait aussi et lorsqu’elle fut couchée, cette douce main aida à la recouvrir. »

 

Katherine Mansfield Cahier de Notes. Bibliothèque Cosmopolite Stock p.161

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Katherine Mansfield
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche