Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 21:27

Le handicap par ceux qui le vivent

Sous la direction de Charles Gardou

Erès. Reliance 2009


Mon livre est ouvert au chapitre


Un combat pour l’égalité

Ce chapitre est écrit par

Florence Chomarat


Dans ce chapitre Florence nous parle d’elle, de son enfance, de sa surdité, de ses engagements de vie. Le style est limpide, nous avançons dans ses mots avec émotions, épousant ses actes et ses colères. Elle est femme déterminée avançant dans sa vie avec sa langue qui la fait femme : la langue des signes. J’aime beaucoup la façon dont elle parle de la langue : presque comme d’un pays. J’aime quand elle parle de pont entre la langue des signes et la langue française. Son fleuve de vie est bordé de ces deux rives, de ces deux langues, elle a besoin des deux pour vivre. C’est de traverser le pont quand elle le désire qui est sa force et sa richesse, qui constitue sa vitalité de femme et de mère. Elle nous confie cela presque à la fin de l’article mais j’ai envie d’indiquer l’emplacement de ce pont comme entrée en matière parce qu’il trace l’essentiel. Ce pont nomme la différence mais dans un rapport à l’autre rive. C’est ce rapport qui est constitutif du vivant et de l’égalité malgré la différence, avec la différence.


Elle dit aussi que la différence, ici la surdité, ne doit pas toujours être nommée en terme de moins mais parfois aussi on peut la nommer en terme de plus. « Dieu a crée la main afin que l’âme ne soit pas muette », ainsi Florence nous rappelle ce beau proverbe tibétain. C’est la fin de son article que je vous livre là mais comme dans une boucle harmonieuse, je reviens à ses premiers mots : son âme d’enfant, puis d’adolescente et d’adulte, de mère et de professionnelle. Une âme qui sait se « faire entendre »


De son enfance, elle se souvient peu dit-elle parce qu’elle manque de repères. Elle est sourde mais non muette car elle n’est pas née sourde. De son enfance, elle a peu de souvenirs joyeux : trop tôt elle a subi les moqueries de la différence.


Dans sa famille, « les problèmes d’oreilles »  ont toujours eu lieu  mais c’était un sujet tabou. Elle connut les tortures médicales, les appareillages divers qui gravèrent dans son corps  et dans son âme d’enfant la différence. Pour parler de son enfance elle emploie les mots de « brouillard et de « brume rose ». Une enfance qui lui échappe, « qu’elle ne voit pas » parce qu’elle est sourde. Une enfance confisquée et c’est selon moi la plus grande dénonciation de son texte. Arrêtons de confisquer leur enfance  à des êtres sans défenses mais ne tombons pas dans l’excès inverse nous dit-elle : ne jouons pas à tout vent la carte de l’intégration en milieu ordinaire qui confisquerait alors la richesse de la différence ; on en revient à l’histoire des deux rives et du pont. L’intégration n’est pas le fin du fin. Oui, je sais il y a danger à écrire et penser cela mais osons et Florence ose son audace : l’enfant a besoin de la langue des signes même s’il est nécessaire pour lui de côtoyer des enfants de l’autre rive. Aménageons des temps pour traverser le pont mais gardons de schématiser pour se donner la bonne conscience de l’intégration « à tout crin » qui parfois peut donner à l’enfant un douloureux sentiment d’étrangeté, sentiment qu’a connu Florence lors d’une tentative d’intégration juste avant d’être admise à l’école des enfants sourds de Chambéry à 12 ans et demi. Elle devint, nous dit-elle, élève modèle et élève insolente. Au fur et à mesure de l’acquisition de la langue des signes commencèrent aussi ses difficultés avec sa famille. L’adolescence fut doublée de la différence. Puis  vint le temps de l’université et de la fringale de lecture. De l’appartenance aussi à un groupe d’amis. Vint le temps de la jeunesse et des projets pleins la tête mais trop souvent seule pendant les cours. Heureusement, une précieuse amie l’aida pour la prise des notes, un professeur aussi lui permit de recopier ses cours. Espoir et lumière d’humains humains…


Ce que Florence veut dire, ce que Florence veut signifier c’est le poids du regard des autres qui inscrit la différence, qui rompt les amarres et les liens, qui scient les pylônes du pont entre les deux rives. Mais elle nous confie avec persévérance ce que signifie pour elle vivre au quotidien sa surdité, ce que signifie s’affirmer, ce que signifie chaque jour inventer l’égalité. Elle dénonce également, le trop d’informations, le trop de zèle d’une société qui veut tout dépister, ainsi a-t-elle connu, jeune mère le combat à mener contre un corps médical voulant d’emblée déceler l’éventuelle surdité chez son enfant, ainsi a-t-elle connu la culpabilisation pour son refus, ainsi s’est-elle entendu dire qu’elle était « une mauvaise mère. »


Charles Gardou  fait sa présentation professionnelle en ces termes :


« Florence Chomarat est professeure spécialisée pour les sourds depuis 1987. Elle est titulaire  d’un DEA en Sciences de l’éducation et consacre sa recherche à l’éducation bilingue des enfants sourds. Elle a contribué activement à l’association CLES (Créer des liens entre les entendants et des sourds) et participe à  l’ouvrage Naître ou devenir handicapé. Le handicap en visage de Charles Gardou. Elle ne cesse d’œuvrer pour que les sourds ne soient plus réduits à leur surdité mais reconnus dans leur droit à la singularité, à la parole et à la citoyenneté. »


L’intérêt de ce récit c’est qu’il dépasse largement la surdité parce qu’il l’inscrit dans toute une éthique du handicap. J’ai choisi de vous raconter ce témoignage parce qu’il est le récit d’une femme engagée, d’une femme vivante, d’une femme  « cherchante »  d’une rive à l’autre, sa vérité, nos vérités malgré « le brouillard » et les « brumes roses » de son enfance.


Merci Florence Chomarat. Merci ! Merci ! Merci ! MJC


Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans femmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche