Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 17:45

La saison retournée

 

Si j’allais sur une île déserte

et je vais sur une île presque déserte,

là-bas sous les tropiques

au bout du monde

mes livres font la ronde...

 

J’emporte, les plus petits, les plus menus

chaque jour dans mon sac à dos, léger, léger

j’en glisserai un et dans la chaleur de l’été réunionnais je lirai

sans lire, c’est dit,  je ne peux vivre

 

-         Lambeaux : Charles Juliet POL parce que je l’aime

-       Sonietcka, : Ludmila Oulitskaïa Gallimard Folio 3071 parce que j’ai  la nostalgie du temps où je me croyais russe et ça a l’air bien. Ce livre était à Cathy

-   Journal : Eugène Delacroix Collection mille et une nuit. J’aime ce qui fait journal et j’ai acheté ce livre dans un musée de Lille. Nous étions tous les six. Il pleuvait. J’étais heureuse

-  Le Jardinier de L’Eden de Clarissa Pinkola Estès Livre de poche N°15114.  Elle dit que tout revit, tout recommence...

-         L’élégance des veuves d’Alice Ferney Actes Sud. J’ai lu 5740 J’ai aimé ce roman court et délicat. Une histoire de femmes et de vie. Je l’ai suffisamment oublié pour le relire

-         Comment je suis devenu écrivain de V.S Nairpaul  10.18 N°3467  J’aurai tellement voulu devenir écrivain ! C’est Garth qui me l’a offert. De Garth à Béatrice, il n’y a que l’espace d’un baiser...:

-         Madame Della Seta aussi est juive de Rosetta Loy Rivage Poche Bibliothèque étrangère. Je lisais ce livre quand je te soignais à Paris. Comme je lisais près de toi, à ce moment là ! Je te disais  « Vis ! », « Lis » « découvre ! ». Mais, j’ai échoué, terriblement échoué. Je me souviens de ton appartement, de toi couchée, de Paris et de ta maladie. Je relirais ce livre sœurette... Un livre qui dira mon amour infini...

-         Léopold Sédar Senghor. Classiques du monde. Fernand Nathan. Parce que à la lumière de l’écriture d’un article pour Empan, je l’ai redécouvert. Lire le monde entier. Lire les hommes de bonnes volonté. Insister et continuer... La lutte... Lire la poésie. Lire... Lire... Lire.  A Saint Denis, j’irais en librairie. Je découvrirai  d’autres frères et sœurs réunionnais, je découvrirai encore une autre littérature. Toujours découvrir... Passionnément découvrir...

-   Et puis voyager. Magellan. Stéfan Zweig. Les Cahiers rouges Grasset. L’emporter pour le finir. J’en suis à la page 153. Il est têtu comme un âne, Magellan. Il se tue à dire que la terre est ronde. Il a des ennuis avec le roi, avec le pouvoir. Je m’identifie. Moi, je dis que la lecture ce n’est pas qu’une histoire de sens. C’est aussi une histoire de jouissance. Nous sommes tous égaux devant le désir de lire. Momentanément, j’arrête. Je pars en vacances... J’aime Stefan Zweig, le pacifiste...

-  Puis un petit carnet que j’avais acheté à Prague qui attendait son tour. En couverture, Marcel Proust que j’aime tant dans son histoire temps perdu, puis retrouvé. Il aurait tant écrit sur cet hiver retourné en été, cet hiver que je vais vivre là-bas en été. Inversion de la saison, gagner du temps sur cette tristesse qui me dévore en noir et marron. Retrouver les couleurs, les saveurs, les fleurs. Ne pas vous oublier ma sœur, mon amie, mes douceurs, ne pas vous oublier mais rendre supportable l’intolérable de vos disparitions.

 

Mardi 10 décembre je pars à La Réunion. Je lirai,. Je marcherai beaucoup. Je me baignerai. Beaucoup. Je découvrirai de nouvelles saveurs. Beaucoup. Une île m’attend. J’attends une île. Une île qui dira La Réunion. Soir et matin, entre deux instants de vie, sur mon carnet, avec en couverture Marcel Proust, j’écrirai l’étonnante aventure du temps qu’il m’est donné de vivre, entre hiver et été, dans la mince épaisseur d’une nuit.  J’écrirai « la saison retournée », je penserai à vous tous et à mon retour je vous en ferai cadeau... Ce sera 2003.

Intensément vôtre, puisque l’île de La Réunion est ainsi qualifiée « L’île intense ».

 

La saison retournée. Texte inédit (Montauban décembre 2002)

 

 

          Toussaint 2011

 

Dans le temps des chrysanthèmes, je me souviens, tu te souviens, il ou elle se souvient, nous nous souvenons, vous vous souvenez, ils ou elles se souviennent. MJA                                                          

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Mon noyau de nuit et de lumière
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche