Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 16:18

L’identité au risque de l’être (5)


Mon identité au risque de la Shoah


Drancy, le 22 mars 1943


                        Mes chers tous

Je vous ai déjà écrit et je n’ai rien reçu. Je regrette, j’aurai voulu me rassurer avant de partir, je pense beaucoup à vous et j’espère que vous jouissez d’une parfaite santé. Ne vous faîtes pas de mauvais sang pour moi car je prends tout avec courage.  Je me porte bien et chacun a son destin. Il nous reste que de prier le bon dieu pour qu’il nous réunisse et nous permette de nous revoir au complet. Je vous avertis de ne rien envoyer ni lettre ni colis car nous partons pour une destination inconnue demain. Fortunée. (Lettre de  Fortunée, adressée à sa famille, écrite la veille de son départ pour Sobibor.)

Fortunée était ma grand-mère et dans l'absence de cette grand-mère, jamais revenue se sont engouffrées beaucoup de mes lectures.

La Shoah, c’est tout ce que ma mère ne m’a jamais dit, tout ce dont elle ne voulait rien savoir : elle en serait morte de chagrin et de culpabilité car sa mère, elle avait dû la laisser et sa mère avait été arrêtée et déportée et assassinée. Ma mère est morte à son tour et dans ces papiers, j’ai trouvé cela :


ETAT-CIVIL


COPIE D’IMMATRICULATION -Registre N°3-Immatriculation des +algériens-Immatriculation N°397- du 2 juillet 1884-

Judas Lévy ABIGNOLY,commerçant-Mascara (Oran Algérie) le 25 mars 1838-au Caire rue Neuve-marié à Zahra Hassina ayant :

A- Isaac Levy né a Jérusalem en 1867 -B- Abraham Levy né à

Jérusalem en  1868 marié à Flor Rossano(divorcées le 22 mars 1923) ayant a)Régina née au Caire le 20 novembre1896 b)Aslan né au Caire 27septembre1899 -C-Moussa Lévy né au Caire en 1875 marié à Rébecca Rawasse(décédée)ayant

Félix né au Caire le 30 avril 1900

b) Léon né au Caire le 18 octobre 1903 remarié à Esther Gaboay(décédée) ayant : c) Max né le 2 mai 1913

 d)Albert né 15 août 1914 au Caire

 e) Sami né le 14 avril 1917 au Caireremarié à Nazli (Fortunée) Dayan le 23 octobre 1919 (suivant certificat du Rabbinat du 25 mai 1922 N°680) ayant

 a) Flore née le 2 septembre 1920 –

D- Yussef

 

Levy né au Caire en 1877 marié à Esther Lévy Basmon ayant

a)Flore née le 20 août 1904

 b) Jeanne née le 16 octobre 1905 -Claire née le 29 octobre 1916 Edgard né le 18mars  1914- Victoria née le 15 mai 1909- E- David Lévy né au Caire en 1882 marié dix sept septembre 1910 à Marie Dayan ayant :

Elie né au Caire le 21 février 1916

 Lucien né au Caire le 2 janvier 1921 –

 Yvette née au Caire le 31 mars 1922 –

Léonie née le 25 juillet 1923 au Caire  G-Aaron né au Caire en     1889 marié à Rose née Jasson-sur le vu d’un jugement rendu par le     Tribunal de Mascara en date du 28 mars 1884 N°85 Enregistré à la Chancellerie de ce consulat le 5 juillet 1884 sous le N°10 du registre           des actes sous Seing privé- signature de l’immatriculé


POUR COPIE CERTIFIEE CONFORME A L’ORIGINAL. Le Caire, le neuf janvier mil neuf cent cinquante neuf.


                                                                           AMBASSADE DE SUISSE

                  Tampon de l’ambassade de Suisse                                                                                 Le Caire                                               Section des intérêts français

                                                                           p.o

                                                                           C K



Extrait de naissance d’après paragraphe souligné.



Dépôt de cette pièce a été fait le 11/8/1959 au greffe de tribunal d’instance 27 bld des Dames à Marseille.



Mini-commentaire


Je suis émue de taper cet extrait de naissance. Je suis émue par ce flot de vies qui me précèdent. Des dates de naissance, de mariage, des décès. Certains noms ont bercé mon enfance .Un nom essentiel Le Caire. J’ai envie d’aller au Caire.


En haut à gauche il est écrit :

« Mlle Abignoli » Cachet rond avec mention :

Complément payé au tarif de 1937

E.99935

Timbre rose d’une valeur

de 1 franc

Tampon République française »

D.A.

Traduction

Gratis

Certificat de naissance


Extrait du Registre des naissances du Caire (Egypte)

N° d’Enregistrement 1230.

Date de la naissance :  8 septembre 1920

Nom et sexe du nouveau né : sexe féminin, Flore

Nom et prénom du père Moise Abignoly

Nom et prénom de la mère : Fortunée

Profession du père : Employé de commerce.

Nationalité française

Sujet du gouvernement français.

Religion : Israelite

Habitation et rue Chaïr Hamdi n° 43

Pour copie conforme

Signature ou cachet du dépositaire du registre : Illisible

Fait au Caire le 11.9.1920


T.S.V.P


Signature et cachet : Illisible

Pour traduction conforme en langue arabe.

Marseille le 11 mars 1938

Le traducteur Juré

signature M.Beraha


Tampon rond: M.Beraha, interprète traducteur juré. Prés le tribunal civil Marseille

TAMPON RECTANGULAIRE EN ROUGE / VU POUR LA LEGALISATION DE LA SIGNATURE CI-CONTRE Marseille le 12 mars 1938. Pour le Maire de Marseille. L’adjoint délégué. Signature



TRADUCTION

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

GRATIS


CERTIFICAT DE NAISSANCE



Extrait de Registre des Naissances du Caire (Egypte)


N° d’Enregistrement 1230

Date de la naissance 8 septembre.1920

Nom et sexe du nouveau-né -féminin-FLORE

Nom et prénom du père : ABIGNOLI Moïse

Nom et prénom de la  mère : Fortunée DAYAN

Profession du père : employé

Nationalité Française

Sujet du gouvernement français

Habitation et rue  Chaïr Hamdi n°43

Pour copie conforme


 Signature ou cachet du dépositaire du registre


Fait au Caire le 11.9.1920

 

SIGNATURE


CACHET


Commentaire


Ce papier, dans le désordre de son énoncé qui dit le désordre de mon histoire n’a aucune valeur juridique. Il est simplement tapé à la machine -probablement par maman elle-même-. Il n’y a ni cachet ni tampon, ni timbre, ni signature. Je pense que cela traduit la peur panique que j’ai toujours connu chez maman de perdre ces papiers officiels. .Peur qu’elle m’a transmise.


La perte a été un mot essentiel pour maman. Perte de son histoire, perte de ses repères, pertes de ses êtres chéris. Pour elle, la Shoah, c’était ça : de la perte. A mon tour j’ai porté et emporté, j’ai charrié la perte.

EXTRAIT OFFICIEL

----------------------------


des Registres de Naissances du  Kism d’Ezbekieh -Gouvernorat du Caire

- lieu d’émission de l’Extrait : Archives du Ministère de l’Hygiène Publique

- Nom du Requérant : Flore Moussa

-N° de la demande : 15.994

- Droits perçus :  90 Mlls-Récipissé du 13.8.1950

    payés à la caisse du Ministère, y compris les droits de timbre.



                     EXTRAIT DEMANDE

-----------------------------


Des recherches effectuées dans le registre vol.32, il appert que sous le N° 1330 sont inscrites les indications suivantes ;

- Date d’enregistrement de la naissance : 10 septembre 1920

- Date de la naissance : 8 Septembre -heure  :10 p;m

- Nom  du nouveau né : -Flore Moussa-Sexe féminin

- Lieu de naissance : Rue Hamdi N°43

- Nom du Père : Moussa Lévy Abignoly

- Nationalité : Française

- Religion : Israëlite

- Profession : Employé

- Nom de la Mère : Fortunée Lévy Abignoly

- Nom du Déclarant : Félix Lévy

- Adresse : rue Hamdi N°43


Pour copie conforme,

Signature du clerc : illlisible

Signature du dépositaire du registre : illisible

le 14.8.1950


Délivré sans aucune responsabilité de la part du gouvernement Egyptien.


Signatures des Chefs de service : illisibles

Signature du Directeur du Département : illisible


SCEAU

le 14.8.1950


La Shoah, pour moi ce n’est ni Nuit et brouillard, ni tout Elie Wiesel ou Primo Lévi, ni Le journal d’Anne Frank, ni Imre Kertez, ni tout Jorge Semprun ou tout Charlotte Delbo, pour moi c’est un trou immense, Fortunée Abignoli, dans cette famille,  dont j’ai recopié les noms, une famille digne, une famille qui peuplait la terre. Une famille, mes ancêtres ces inconnus. Ma dette.


Alors j’ai lu :


- Primo LEVI. Le devoir de Mémoire

           Si c’est un homme

          La Trêve

          L’asymétrie de la vie

          Le système périodique


- Myriam ASSIMOV  Primo LEVI


- David GROSSMAN Voir ci- dessous Amour

- Sous la Direction de Robert MENCHERINI : PROVENCE – AUSCHWITZ

- Jean Christophe ATTIAS et Esther BENBASSA Petite histoire du judaïsme


- Jonathan LITTELL Les bienveillantes


- Sous la Direction de Christophe OPPETIT  Marseille, Vichy et les Nazis

- La Raffle du Veld’hiv. M. RAJSFUS

- Drancy M. RAJSFUS


- Irène NEMIROVSKY Suite Française

- Elisabeth GILLES. Le Mirador

- Elisabeth GILLES. Un paysage de cendres

( Elisabeth GILLES est la fille d’Irène NEMIROVSKY)


- L’enfer d’Alsace un guide témoignage sur le Struthof

- Camp de Concentration Natzwiller STRUTHOF


- Robert ANTELME L’espèce humaine

- Jorge SEMPRUN Quel beau dimanche !

            Ecrire ou la Vie

- Elie WIESEL Mémoires 1 et 2

              La nuit

              Célébrations Hassidiques

              Le cinquième fils

               Le crépuscule au loin


- William STYRON Le choix de Sofia

- Hélène BERR  Journal

- Gérard RABINOVITCH  Questions sur la Shoah

- Aharon APPELFED Histoire d’une vie

- D.ROUSSET. L’univers concentrationnaire

- J AMERY  Du vieillissement

        Par- delà le crime et châtiment

- G. DE GAULLE  ANTHONIOZ La traversé de la nuit


IMRE KERTESZ

- Liquidation

- Le refus

- Le chercheur de traces

- Un autre

- Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas

- Etre sans destin


- Todorov Les Abus de la mémoire

- Joseph BIALOT C’est en hiver que les jours rallongent

- Jacques HASSOUN et Cécile WAJSBROT  L’Histoire à la lettre

Charlotte DELBO ( Voir bibliothèque Femmes)


J’ai aussi récemment lu de nombreux articles des Colloques de Lacaune sous la direction de Jacques Fijalkow.


‘(ceci n’est pas une bibliographie, ceci est ma nuit)


Alors, j’ai écrit


J’ai écrit La Femme en retard

 J’ai écrit de nombreuses notes de lectures sur la Shoah


Mais surtout, j’ai rencontré Elie Arditti

Il m’a donné son amitié et qui m’a confié son témoignage que voici :








Le récit d’Elie Arditti


ILIYA  ARDITI (nom sous lequel j’ai été arrêté)

EIE ARDITTI (en français)

Né le 15 mai 1924 à Smyrne en Turquie.


Ma première école a été l’école libre catholique Saint Joseph de l’apparition, dans la banlieue de Smyrne, tenue par les religieuses où j’ai appris le français.

22 août 1934, arrivé à Marseille avec ma mère et ma sœur Victoria, puis départ pour Paris vers 1935 (?). Retour à Marseille où nous avons habité au 23 de la rue Glandèves chez monsieur et madame Jechaya et Rachel Reskenazi. J’allais à l’école communale en haut de la rue Sainte dans le quartier de la Corderie. Puis, de retour à Paris, je suis allé à l’école rue Keller dans le 11ème arrondissement, auparavant en 1934, j’étais allé à l’école rue Erckman Chatrian dans le 18ème arrondissement. J’ai obtenu le certificat d’études en 1937, puis j’ai commencé à travailler.


13 juin 1940 à 14 heures, je quitte Paris à pieds (il n’y avait plus de train) avec ma mère et ma sœur en exode (les Allemands rentrent dans Paris le 14 juin)  par la porte d’Orléans jusqu’à Nemours où nous trouvons un train avec des soldats français, nous montons dans un wagon de charbon vide et découvert. C’est le  15 juin vers 15 heures, nous sommes attaqués par des avions qui bombardent le train puis en raz motte nous mitraillent. Nous abandonnons le train avec nos affaires et nous nous enfuyons en sautant du wagon vers la lisière de la forêt toute proche. Au retour, il n’y a plus de train, nous allons toujours à pied jusqu’à Montargis où le lendemain nous trouvons un autre train avec des soldats français, nous montons avec eux. Ils nous donnent à boire et à manger, le 17 juin nous arrivons à Saint Germain des fossés (Allier), à 12 kilomètres au Nord de Vichy où on fait descendre tous les civils. Nous sommes très bien accueillis par le maire et par la population. Nous allons chercher de la paille et nous passons la nuit à l’école, par terre. Le lendemain matin 18 juin 1940 vers 6 heures, ma mère me réveille et nous dit en espagnol : « levez-vous mes enfants, venez voir ! » Et nous avons vu passer sur la route devant nous des tanks avec drapeaux à la croix gammée. Donc, il n’était plus nécessaire de fuir vers le Sud, ils nous avaient rattrapés.


Puis, par l’intermédiaire de la Croix rouge, nous avons appris que mon frère Albert qui était engagé volontaire était au camp de Septfonds, dans le Tarn et  Garonne, où après avoir trouvé du travail à Montauban, il s’était fait démobiliser. Notre mère et ma sœur Victoria, nous sommes allés retrouver Albert en septembre 1940. C’est pour cela que fin novembre 1940, nous sommes partis pour Marseille suite aux lois de Vichy et le 1er décembre 1940 je trouvais un emploi dans une confiserie foraine derrière la bourse. L’Enseigne était « Confiserie orientale ».

Mais en tant que réfugiés, étrangers on était devenus « indésirables . »  La loi du 2 juin 1941 appelait tous les juifs à se déclarer à l’hôtel de ville (service de la Police Administrative. )

A Marseille, je reçois une feuille du petit commissariat de quartier près du cours Lieutaud, disant de me présenter au 804 à Saint Jérôme. Ne comprenant rien, je me présentais à ce commissariat où l’on me dit : « prenez le tramway et allez à Saint-Jérôme, » ce que je fis :  à Saint Jérôme je vois des petites plaques en bois indiquant le chemin du 804, je continue  et tout en avançant je vois des GMR (Groupe Mobile de Réserve) de chaque côté puis au fond une entrée 804. Je suis loin de me douter que c’est un camp. Une fois dedans on ne sort plus. On prend mon nom Arditti Iliya et je vois plein de monde, que des hommes, tous juifs. (En fait ils avaient écrit « ARDITI, avec un t).

Un homme s’approche de moi et me parle en allemand, un autre juif traduit et me dit « c’est un juif allemand », il est médecin, il est interné comme nous tous ici, voyant que je me grattais, il regarde mes mains et me dit toujours (par l’intermédiaire de l’interprète) : « Tu as la gale, c’est bon signe ! » Demain, ou après demain le docteur va venir, tu te fais porter malade et pendant le transfert à l’hôpital tu t’évades, si tu as la chance entre temps de ne pas être appelé. Car dans la journée des camions venaient, ils appelaient des noms et ils montaient dans le camion. Les GMR fermaient la bâche à l’arrière, et ils s’en allaient, ni vu ni connu, en traversant Saint Jérôme.

Pendant mon transfert, je ne me suis pas évadé car il était facile de s’en prendre à ma mère et à ma sœur.

Je fus conduit dans un pavillon de la prison des Baumettes, Le Dantec où cinq jours après, je réussissais en rampant à passer par la porte, à m’évader, alors qu’un camion bâché venait de rentrer. Il tombait quelques flocons de neige.

Par la pinède je courrais jusqu’à l’avenue du Prado où je montais dans le 1er tramway  en direction Place Castellane. Comme à l’arrivée au Dantec, au bureau on m’avait pris le peu d’argent que j’avais, sur le tramway, il y avait un jeune homme, sans lui raconter d’où je venais, je lui dis que je n’avais pas de sous et lui demandais s’il voulait payer mon ticket, il m’a dit que oui.

Le vendredi 22 janvier 1943, je travaillais à la confiserie comme d’habitude, depuis le 1er décembre 1940. A partir de 10heures du matin je commençais à remarquer l’arrivée par la porte d’Aix et le cours Belzunce un défilé ininterrompu de camions bâchés et de side-cars avec plein de GMR jusqu’au soir. J’étais loin de me douter de ce qui nous attendait, nous les juifs, la nuit prochaine. Après mon travail, je rentre tranquillement chez moi (veille de Shabbat) au 13 rue d’Aubagne.

Dans la nuit à deux heures du matin, alors que nous dormions, on frappe à la porte : POLICE, OUVREZ !

Ma sœur Victoria ouvre, un civil demande « Contrôle d’identité ! » Elle montre les papiers avec le tampon JUIF en rouge, le policier civil dit : « Suivez nous ! » Ma mère cardiaque (elle était soignée par le Docteur CHAOUAT, juif aussi) est prête à se lever. Je dormais sur trois chaises derrière la porte (je n’avais pas de lit) et le policier ne m’avait pas vu. J’entends le policier qui dit à ma mère : « Prenez une couverture ! » A ce mot de couverture qui me réveille je compris ce qui nous attendait ; Je dis en espagnol à ma mère « Ne bougez pas mère, on ne reviendra pas ! »

Le policier dit : « Qui c’est ? » Ma sœur répond : « C’est mon jeune frère.. » Ma sœur propose d’aller demain pour le contrôle d’identité. Ma mère est prête debout, je lui serre fort le bras et lui répète en espagnol : « Ne bougez pas ( je la vouvoyais) on ne reviendra pas ! » Le policier dit qu’il y en a pour deux minutes. Ma sœur qui a commencé à comprendre insiste : « Contrôlez ici les papiers, nous sommes turcs, notre pays est neutre. » Réponse du policier : « Je ne vous demande pas si votre pays est neutre, SUIVEZ-NOUS ! » Alors derrière le civil, un jeune GMR lui dit : « Laissez là la pauvre, elle est malade. » Perplexe, il prend les cartes d’identité et les cartes d’alimentation de nous trois et marque sur un papier : Madame Arditti étant malade, sa fille reste pour la garder et à moi, il me dit « VOUS ! VENEZ » et il me remet tous les papiers et me dit « Vous donnerez tous les papiers au commissaire en bas qui décidera. »

J’avais deux gabardines, en partant ma sœur veut me donner la neuve, je lui dis « donne-moi la vieille car je ne reviendrai pas »

En descendant les escaliers, j’ai compté : ils étaient 6GMR avec des mitraillettes et trois civils qui continuaient la rafle en faisant du porte à porte.

Arrivés au premier étage, je demandai au GMR « Je peux aller pisser un coup ? » (Je n’en avais pas envie.) Il me dit « Oui. » Je suis allé au bout du couloir où il y avait un cabinet, je pris les papiers de ma mère et de ma sœur et les cachaient dans mon slip. Arrivés en bas, devant l’immeuble, il avait un camion et des policiers civils. J’ai été fouillé, on a noté mon identité. Celui qui avait l’air d’être le commissaire me dit  : « Vous êtes seul ? » Je répondis « Oui »  et il ajoute : « Vous n’avez pas de famille ? » Je réponds « Non ! » Alors il dit au GMR « Allez ! Embarquez le ! » et je fus emmené sur la petite place où il y avait la halle aux poissons où un autre camion nous attendait. A ce  moment là, j’ai tendu la main à une dame d’environ 60 ans pour l’aider à monter dans le camion,  là,  elle s’est tournée vers les policiers et dignement elle a dit : « On nous embarque comme des moutons à l’abattoir » et elle s’est assise à côté de moi. Un monsieur, son fils est monté ensuite et m’a raconté qu’il était chanteur d’Opéra à l’Opéra de Marseille dans le rôle du Ténor : Mario Cavarodossi dans la Tosca et qu’il venait de chanter « c’est mon dernier jour, je meurs désespéré » et « maintenant c’est pour de vrai ».  a-t-il ajouté. Il m’a dit que sa mère était veuve à la  suite de la guerre de 14 et que lui était pupille de la nation. Le camion plein, il est parti par la rue Saint Ferréol. En route, par la bâche un peu ouverte, j’ai pu voir le trajet : Préfecture, Castellane, Prado. Le camion était conduit par  un GMR et à l’intérieur du camion, à l’extrémité, face à face, il y avait 2 GMR. Ils étaient donc trois pour nous emmener.

Arrivés au Baumettes, les camions, avant de nous décharger, tournaient prêts à repartir, l’arrière du camion donnant sur l’entrée de la prison. J’ai vu à côté de moi d’où on avait déchargé, tourné prêt à repartir, l’arrière du camion donnant sur l’entrée de la prison. J’ai vu à côté de moi d’où on avait déchargé les passagers d’un autre camion une femme qui réclamait ses béquilles restées dans le camion. « Mes béquilles, je ne peux pas marcher sans elles » dit-elle et j’ai vu et entendu un jeune GMR lui dire: « Oh bientôt vous n’en aurez plus besoin ! »

En entrant en prison, on nous a rassemblés dans le hall sur la gauche, où j’ai rencontré Madame Elisa VALARIOLA et Madame Rachel CAPELLUTO, deux voisines qui m’ont dit en espagnol : «  Qu’est-ce qu’on va nous faire Elie ? :   Je répondis  « Oh ! rien », puis elles ajoutèrent : « ils vont nous libérer.»  Je répondis : « Bien sûr ! «  (je mentais.) « Que Dieu t’entende ! mon fils » m’ont-elles répondu en espagnol. Je ne devais plus les revoir.

A côté de moi, à ma gauche, il y avait une jeune femme avec un « GROS VENTRE », elle tenait de sa main gauche une fillette qui ne devait pas avoir encore 3 ans. A ma droite, une autre jeune femme, avec un bébé dans ses bras. Plus loin, une autre femme qui m’a montré un tout petit chien caché dans son manteau contre sa poitrine, elle m’a dit : « Je suis seule, je n’allais pas le laisser à la maison mourir de faim. »

Des enfants en bas âge, tenaient leur père par leur main. A un moment, à environ 20 mètres de moi, j’ai vu un civil (Gestapo peut-être ?) faire un signe de la tête, et des civils qui étaient mélangés avec nous, en moins d’une minute, ont arraché brutalement les enfants des mains de leur père, et les femmes et les enfants furent séparés des hommes. Les civils n’ont pas dit un mot, ils avaient l’air d’avoir de l’expérience, ce qui m’a fait penser que ça devait être la Gestapo (? ) car je n’osais pas penser que des français fussent capables de tout cela !

Puis nous avons été dirigés dans une salle à côté par petits groupes, où un civil nous a dit : « LES JUIFS, deux pas en avant ! » Automatiquement, je me retournai, nous avions tous avancé, nous étions tous juifs. Devant, il y avait des tables et derrière ces tables, des fonctionnaires français assis qui notaient notre identité. Il m’a fallu vider mes poches, j’avais un petit canif en nacre (cadeau de mon frère Albert), tout est resté sur la table.

Le fonctionnaire m’a demandé si j’avais des armes, je répondis « Oui, j’ai une mitrailleuse ! » Je voulais me payer le luxe de me foutre de sa gueule, parce que je sentais que c’était fini.


Puis nous avons été conduits au 2ème étage de la prison dans les cellules ouvertes. Nous étions 6 hommes par cellule, il n’y avait ni lit , ni eau, ni cabinet. Le cabinet se trouvait au bout du couloir.

Le samedi 23 janvier vers 18 heures, on nous a appelés au rez-de-chaussée  pour nous donner une assiette creuse, une cuillère à soupe et un quart, le tout en métal. On nous a rempli « DE SOUPE » la moitié de l’assiette, avant de revenir à la cellule car en 3 ou 4 cuillérées j’avais tout bu. Il y avait des hommes âgés qui donnaient leur part à des jeunes, car ils n’avaient pas faim. Avec le quart en métal j’allais puiser de l’eau dans la chasse, en haut des cabinets. Je buvais, puis j’apportais à boire à nos voisins âgés.


En revenant des cabinets, à côté des escaliers, j’ai vu une porte ouverte qui menait sur les toits, je suis monté et à plat ventre, j’ai regardé s’il était possible de s’évader par le toit. J’ai vu que c’était impossible.


Le dimanche 24 janvier à 5 heures du matin, on nous annonce qu’on va être libérés. Du 2ème étage où j’étais, je cours pour me trouver le premier à sortir. Alors à ma droite, un jeune civil dit : « Ne poussez pas, vous Y passerez tous »

Intrigué par le Y, j’arrête de pousser. A 5h30 les portes de la prison s’ouvrent, et ce que je vois me fait comprendre ce que voulait dire le Y.

J’aperçois des soldats allemands, je vois « des paniers à salade » vitrés avec des barreaux, on nous fait monter dedans. Le chauffeur est un gendarme, et à l’intérieur, près des portes arrières, face à face, deux gendarmes français, ( oui, il faut le dire).

Le convoi se met doucement en route, de chaque côté, tous les 10/15 mètres environ, jusqu’à la gare d’Arenc où nous arrivons à 6h 45, il y a des soldats de la

WERMACHT, baïonnettes à canon pointé sur nous, et en plus de temps en temps des officiers SS avec les chiens bergers « allemands. »

Les officiers SS se tenaient tellement raidis que devant les gendarmes j’ai dit : « Ils sont fiers, ils se tiennent tellement droits qu’on dirait  qu’on leur a planté un manche à balai dans le c… (pardonnez-moi mon insolence j’avais 18 ans et demi !)

Nous sommes passés par le Prado, Castellane, la rue de Rome, le cours Belzunce,  la porte d’Aix.


En franchissant dans le « panier à salade », l’entrée de la gare d’Arenc, j’ai pu voir sur la gauche, un groupe de SOL (Miliciens de Joseph Darnand. SOL : Service d’Ordre Légionnaire) au garde à vous devant les SS, puis des civils souriants –l’air satisfait et fiers de la besogne qu’ils étaient en train d’accomplir. Des GMR, des officiers SS avec toujours les chiens.

Le « panier à salade » s’est dirigé en tête du train parmi les premiers wagons. Sur la photo prise par les allemands (Histoire de Marseille en 13 évènements sous la direction de Philippe Joutard) on peut voir,  sur la gauche du wagon, le plomb qui va servir à fermer le wagon. Je suis parmi, les premiers à monter et je donne la main pour aider les autres. A un moment donné (l’homme à casquette qui donne la main, celui qui est près de la porte) me dit : « Passes la main, tu es crevé ! »  Plus tard, cet homme me dira qu’il a soixante ans et qu’il est de MIRAMAS. Il venait voir ses petits enfants à Marseille et il a été arrêté à la gare. Après que cette photo fut prise, on voit que le wagon est plein, un civil nous a dit : « Levez les bras pour faire de la place ! » et ils continuent à embarquer des hommes (60).


Avant le départ, ils ont jeté dans le wagon 7 boules de pain et 3 ou 4 boîtes de conserve, qui d’ailleurs sont restées dans le wagon.

A 7 heures le wagon fut plombé de grosses pinces par un ouvrier que l’on aperçoit courbé à gauche de la porte.


Le train a démarré à 10 heures. Juste à ce moment, tous les passagers ont récité le KADDISH (la prière des morts). Pour pouvoir respirer et gagner de la place, nous nous sommes encastrés l’un dans l’autre, c’est à dire : celui qui était devant mettait son dos contre la poitrine de l’autre et ainsi de suite, nous avons pu rester assis. Après le départ, nous avons essayé avec les mains d’arracher le plancher, puis en se faisant soulever, donner des coups de poings au plafond, sans résultat.

Dans l’après-midi, lors d’un arrêt en rase campagne, j’ai entendu des aboiements puis des gifles et gueuler en allemand. J’ai vu un peu par la fente ; on venait de lancer les chiens après un fugitif d’un wagon devant le nôtre.

Après cela, lorsque le train s’est remis à rouler, des hommes ont ouvert la lucarne et voulurent sauter. Le grand-père de Miramas les a empêchés en leur disant : « Attendons la nuit » et c’est lui qui m’a dit : « Lorsque tu va sauter, ne saute pas droit, tu serais happé par le train. Tu fais comme lorsque tu descends d’un tramway, à part que ça roule un peu plus vite, mais saute dans le sens de la marche. » (Son conseil m’a servi.)


Dans la soirée, je me suis assoupie, nous n’avions pas une goutte d’eau pour personne ; tout d’un coup j’ai senti l’air frais. Des prisonniers avaient ouvert la lucarne et le premier à sauter  fut le grand-père de Miramas. Nous faisions la queue, j’étais le 4ème , mais un homme m’a dit : « Laisse-moi » ton tour, je suis père de famille, j’ai des enfants. Je laisse mon tour puis un autre m’a dit : « Laisse moi passer avant toi j’ai une famille et des enfants », je le laissai passer aussi. Je me préparai à sauter quand un autre voulut mon tour avant que les gardes ne se rendent compte et nous tirent dessus. Je refusai en disant : « Moi, j’ai ma mère ! » et c’est ainsi que je sautai le 6ème, de la lucarne j’ai atteint le marchepied et de là c’était moins haut et plus facile, ce qui fait que je m’en suis sorti sans mal, juste les genoux et les mains un peu éraflés. Je fis le mort jusqu’à ce que tout le train fut passé, je me suis relevé lorsque j’ai vu le dernier wagon disparaître.

Avant de sauter, un homme s’est mis à crier : « Alerte les gardes, ils s’évadent ! » Je lui sautai au cou et lui ordonnait de se taire enfin disant « Tais-toi où je t’étrangle ! » J’ai honte d’avoir tutoyé et agis ainsi envers un homme qui devait avoir plus de 50 ans que moi. Il me dit que s’il manquait un seul à l’arrivée ils nous tueraient tous. Je le raisonnai et je réussis à le calmer en lui disant qu’à l’arrivée, n’importe comment nous allions tous être tués (j’ignorai comment) et que si quelques uns échappaient, ils pourraient nous venger et raconter, alors il s’est calmé  et j’ai pu sauter. Dans notre wagon, le plus jeune avait 16 ans et les plus âgés 75 ans environ.

Dans la journée, il y a des hommes qui ont écrit sur des bouts de papier des messages avec adresses de leur famille et les ont jetés par la fente pendant la marche. Pour ma part, j’ai refusé d’écrire  afin de ne pas mettre l’adresse de ma mère.


Depuis mon arrestation au 13 rue d’Aubagne, jusqu’à mon évasion du train, 42 heures s’étaient écoulées : 42 heures qui m’ont marqué pour toujours malgré que je n’ai pas souffert. Je pense sans cesse à tous ceux qui étaient dans mon train.


Lorsque j’ai retrouvé ma mère et ma sœur voici ce que m’a raconté ma sœur Victoria.

Le samedi 23.01.43, ma mère et ma sœur ne me voyant pas revenir, ma sœur est allée au petit commissariat qui donne sur le cours LIEUTAUD, elle a dit au policier  qu’elle venait aux nouvelles de son frère parti dans la nuit avec les policiers pour quelques minutes. Alors le policier a demandé à ma sœur : « Faîtes voir vos papiers ! » ma sœur a répondu « Justement, je n’ai plus de papiers ! » Puis il lui a dit « Attendez ! je vais voir le commissaire dans son bureau. » Lorsqu’il est revenu ma sœur avait disparu, elle commençait à comprendre et elle s’est enfuie du commissariat. »


Elie Arditti,

Montauban le 18 juillet 1992


Elie Arditti a relu soigneusement ce témoignage avant son insertion sur mon blog et dans ce livre et en reconnaît la validité. Bien sûr, il porte en son cœur, d’homme de 85 ans la pleine responsabilité de ses propos et de ses souvenirs ; je le remercie vivement de sa confiance et de me les avoir confiés. La vie a autorisé notre rencontre qui devint amitié. J’en suis pleinement heureuse.


Enfin, je tiens à donner les références du film de Jacob Haggaï :

 

« Un saut pour la vie. Marseille … Rafle du 22 janvier 1943 »

Un témoignage de Elie Arditti

Film documentaire :

Réalisation / Cadre : Jacob Haggaï

Montage : Matthieu Soudais

Enquête : Nancy Moyen


Ce documentaire relate la totalité de l’évasion de Elie Arditti, de ce train qui roulait sur Compiègne et qui de Compiègne devaient prendre une nouvelle destination : celle des camps de la mort.


A tous dans le silence de mon travail si intériorisé, vont mes pensées  de femme du jour présent, dans l’été naissant de 2009.


Et mon regard, lentement sombre dans le passé si immédiat.


Merci Elie d’avoir sauté du train, merci d’avoir survécu à l’enfer, merci d’avoir fait du but de toute votre vie, le désir de raconter les rafles du 22 janvier 1943 à Marseille. Votre vie durant vous avez été au service de la transmission de ces 42 heures là qui ont marqué votre vie. Rien ne vous irrite plus que lorsque des journalistes en mal de sensationnel font de vous un héros. Vous n’avez de cesse de dire que vous n’avez pas souffert. Sans doute, mais vous avez vécu chaque jour de votre vie avec ces innocents là de ce train qui furent le vôtre. Ce sont les heures terribles qui ont précédé les tours de roues de ce train sans survivants autres que ceux qui avaient fait le saut pour la vie (6), dont vous, que vous avez racontées, racontées, racontées encore et encore pour que tous sachent et que la mémoire soit dite. Cette mémoire là vous l’avez portée avec une obstination inouïe et permettez moi humblement de prendre votre relais dans le temps de ces pages de mon blog Les inventeurs de lectures. La lecture est avant tout mémoire.

Aujourd’hui mémoire d’une date et d’un lieu : Vendredi 22 janvier 1943 à Marseille. Mais aussi, mémoire de votre nom Elie Arditti, vous qui avez sauté pour la vie, pour votre vie et pour raconter leurs vies. Vous aviez à peine 19 ans, vous en avez à peine 85… Tourne le temps, tournent nos vies mais restons vigilants à la bête immonde.


J’ai pris en note ce témoignage le 6 juillet 2009



Je n’ai jamais pu pleurer ma grand-mère parce que je ne l’ai pas connue, j’ai traversé un paysage identitaire, des terres brûlées  que personne n’a jamais vues, j’ai pleuré ma mère, j’ai découvert le nom de mes ancêtres à 50 ans, j’ai lu, j’ai écrit mon auto-fiction, j’ai rencontré Elie Arditti.


Mais pour moi, la Shoah, c’est toujours une immense plaine de solitude, un silence  de violence et de néant que j’ai échoué à transmettre à mes enfants pour cause de trou génocidaire.


Mais grâce à Serge Klarsfeld, je peux vous écrire, à vous mes lecteurs, cette confidence et avec vous continuer de vivre.


Confidence


Ce dimanche 6 février 2005, j’étais à Paris avec ma famille, 17, rue Geoffroy-Lasnier dans le 4ème arrondissement. Métro Saint-Paul. Vous sortez du métro, vous marchez en direction de Notre-Dame. La première rue main droite vous y êtes.

Nous y étions. Recueillis. Nos yeux fixés sur le mur des noms. 1943. Dans les lignes du haut, j’ai lu : Fortunée Abignoli. 1890 Quelques jours auparavant, par internet, nous avions pris connaissance du convoi –convoi 52 – qui l’avait emportée, elle ma grand-mère, au diminutif chéri d’Hanem, vers Sobibor.

C’était simple. Ce dimanche 6 février 2005, je me recueillais enfin en paix devant ces lettres Fortunée Abignoli, devant cette année 1890, son année de naissance, devant 1943, l’année de sa déportation. Ma grand-mère est maintenant logée pour l’éternité avec 76000 autres noms. Eternité, je le sais, c’est de cela qu’il est question. Elle qui avait sombré dans la nuit, dans le brouillard d’un génocide, dans le meurtre et dans l’effacement. Ils l’avaient tuée, puis ils avaient effacé toute trace de leur meurtre, toute trace d’elle, Hanem. Ils l’avaient engloutie dans le néant. Ce néant là avait englouti moi et ma famille dans nos larmes confisquées, dans mort et culpabilité d’un impossible deuil. Souffrance immense pour chacun d’entre nous, surtout pour toi ma mère. Mon histoire. Je passe.

Maman, les hommes n’ont pas renoncé. Ils ont cherché, fouillé le néant, sculpté la pierre. Par ces noms, par nos regards recueillis sur ces noms, nous avons hissé dans notre temps présent et dans leur histoire enfin réintégrée ma grand-mère, ta mère et eux tous, porteurs de ces noms retrouvés. Le néant n’est plus de mise. Mémoire et trace sont là. La transmission brisée a retrouvée son ordre, mère, fille, petite fille, arrière petite-fille. Maintenant je peux te dire et m’en souvenir. A toutes mes bagues, je donne un nom. Celle-là, toute belle, qui à mon doigt étincelle, je la nomme Fortunée, je la chuchote Hanem. Le temps m’a passé la bague au doigt, le souvenir m’a dit ton nom et me caresse de ton prénom, ma grand-mère ici présente pour toujours, jusqu’au bout de l’avenir pour moi et les miens. Je continue mon cheminement avec elle, Fortunée Abignoli, avec vous tous mes amis de lutte, bâtisseurs de noms retrouvés.

 

Comme je suis bien avec vous, mes amis,  bâtisseurs de noms retrouvés ! Et donc...

 

A suivre  !

 

MJC

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans En route !
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche