Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 15:38

L’enfant assassinée grandissait les pieds en sang
Dans une flaque de glace et de silence
Dans une terrible errance
Sans espoir de lumière

Etreinte de solitude

L’enfant assassinée avançait dans la boue du temps
Enroulée dans son lourd corps meurtri
Ouvert aux quatre vents des mots de chagrin
Forclos par les ténèbres de chacun

Ces mots d’ailleurs

L’enfant assassinée prisonnière
De sa naissance barrée
Taisait chaque seconde
Dans la muette ronde

De ses sanglots

L’enfant assassinée dans le noir
Condamnée à ne plus jamais croire
Ni à l’amour ni aux autres
Gisait pour l’éternité dans un ciel sans étoiles.

Dans cette froide journée d’hiver, je pense à l’enfant assassinée ; je lui demande pardon avec des mots tout rond, couleur chocolat, des mots sucrés, des mots vanille, des mots bleutés, des mots fleuris, des mots d’azur, des mots comme des étoiles, des mots d’amour, des mots tendresse, des mots caresse, des mots sourires, des mots humains.

Je prends la main de l’enfant assassinée et je l’emmène loin, loin, loin de son ciel sans étoiles, loin, loin, loin de son froid, je lui réchauffe l’âme et je lui raconte l’histoire du si beau livre de Davide Cali : « C’est quoi l’amour ? » (Edition Sarbacane 2010). Trop beau !  MJA







Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Mon noyau de nuit et de lumière
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche