Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 11:41

L’attachement un lien vital

Nicole Guedeney

Editions Fabert

Belgique décembre 2010 (45 p)

 

L’attachement, un lien vital par Nicole Guedeney (1)

Qu’est-ce que l’attachement ?

Définition différentielle : ne pas confondre « être attaché à quelqu’un » et la théorie de l’attachement

Etre attaché à quelqu’un signifie qu’en détresse on se tourne vers cette personne


La théorie de l’attachement étudie la durabilité des liens personnels affectifs entre deux personnes avec les processus, les comportements, le système mis en place.


Le fondateur de cette théorie est Bowlby dans les années 50. Elle est connue à partir du rapport de Bowlby commandé par l’OMS en 1951 sur les effets de la déprivation maternelle et l’importance de la continuation relationnelle pour un jeune enfant avec l’étude corollaire des institutions qui accueillent ces jeunes enfants.


Nous reprenons l’idée si essentielle de Winnicott : « Un bébé n’existe pas seul »


Il est toujours accompagné d’un adulte et donc, c’est avec cet adulte ou ces adultes qu’il va réguler l’intensité de son système émotionnel dès la naissance. C’est ce système que va étudier la théorie de l’attachement : la régulation du chagrin, de la colère, de la peur, sentiment de menace et de danger, telles que ces émotions se vivent dans des relations interpersonnelles.


Quelques notions historiques

Des psychanalystes : Spitz, Bion, Winnicott, Anna Freud ont contribué à la mise en évidence de l’importance de la continuité relationnelle pour le bébé.

John Bowlby est le fondateur de la théorie de l’attachement : il s’intéressait à la détresse qui surgissait de la séparation du jeune enfant avec sa mère et ceux qui l’élevaient et analysait la nature de ce lien de l’enfant avec ceux à qui il était attaché. C’est à partir de l’observation de la séparation et de la détresse qui en découlait qu’il a étudié ce lien. Il s’est aussi appuyé sur l’étude de l’éthologie. Il a travaillé cela 20 ans et de nombreux professionnels contemporains de la petite enfance ont repris son travail.


Enjeu des travaux de Bowlby : 

Montrer l’importance de la continuité relationnelle pour l’enfant et donc l’importance de structurer crèches et instituions d’accueil en tenant compte de ce point essentiel de l’importance de l’environnement, de la stabilité de l’environnement sur le développement émotionnel de bé et sur les conséquences de sa vie psychique, tant affective que cognitive, comme nous le verrons plus loin.

 

Du côté des bébés


Le système de l’attachement proprement dit : l’importance de la proximité


Le terme de système » est emprunté à l’éthologie et s’attache à répertorier les programmes génétiques qui contribuent à la survie du bébé : par exemple « téter », « pleurer », « crier » et qui permet de définir motivations et objectifs pré-communs à tous les membres de l’espèce : l’attachement en est un. Un bébé s’attache toujours, il ne peut pas ne pas s’attacher, sauf circonstances exceptionnelles gravissimes pour lui (négligences de la mère, ruptures relationnelles graves, comme pendant des guerres, hospitalismes etc.)

 La description du système comporte donc un objectif représenté par des comportements qui se « sophistique » au long de l’exigence progressive de la fonctionnalité, avec mise en place de signaux spécifiques liées aux représentations du système. Ces signaux spécifiques activent ou éteignent le « système »  que constitue la relation d’attachement. L’enjeu du bon fonctionnement de ce système est le développement de l’autonomie du bébé à partir du répertoire comportemental qu’il a à sa disposition dès sa naissance :


Ce répertoire comportemental est constitué de ses possibilités de pleurer, crier,  exprimant ainsi sa détresse et son inconfort et surtout pour attirer l’attention de ceux qui l’entourent. Ces comportements sont dits « aversifs »


Les signaux qui activent l’attachement :


-         Les émotions basiques : faim, peur, chagrin, colère, tristesse mettent en danger l’équilibre de l’enfant et la non régulation de son état émotionnel peut provoquer un  chaos


-         Eloignement de la figure d’attachement peut provoquer ce même chaos (séparation pour aller chez les grands-parents ou à la crèche)

Et donc ces signaux ont pour fonction d’activer le système d’attachement et de provoquer le retour de la proximité.


Ce qui apaise les besoins d’attachements :


-   La proximité exclusivement peut « éteindre » le système d’attachement.


-   Le besoin de proximité varie en fonction de


-         -          L’âge de l’enfant


-        -   Du développement de ses capacités cognitives


-         -   Des réponses de l’environnement


Plus tard, vers deux ans,  il suffira à l’enfant de sentir disponible la figure d’attachement. Cette notion de disponibilité est importante, toutes les mamans le savent.

Proximité et disponibilité vont de pair dans le système d’attachement.


Le besoin de proximité varie aussi selon


-        -          L’état de l’enfant


-         -   Les conditions environnementales.


Métaphore de Bowlby pour exposer la théorie de l’attachement : il parle d’une chaudière à réguler qui peut se déclencher automatiquement en cas d’éloignement de l’objet d’attachement. J’aime cette métaphore !!!


Enfin, une idée importante apparaît : il n’y a pas de degré de la figure d’attachement : elle est ou n’est pas. La chaudière se déclenche ou ne se déche pas ! Être ou ne pas être attaché à une figure d'attachement!


L’attachement vis-à-vis de quelqu’un : les figures d’attachement :


Le système d’attachement est « orienté » vers quelqu’un ».  Ces « quelqu’un » peuvent-être la maman son substitut, nourrice ou grands-parents. On leur donne le nom de « caregiver » (celui qui donne le soin)

Hiérarchisation progressive des objets d’attachement ce qui ne veut pas dire que l’enfant hiérarchise son amour mais ce qui est hiérarchisé c’est celui ou celle qui procure le sentiment de sécurité, fondement du système d’attachement avec le sentiment de protection et de proximité.


Qu’est-ce que la sécurité de l’attachement et la notion de base de sécurité ?


Le sentiment de protection et de sécurité va permettre l’exploration du bébé, sa curiosité.


Le système d’exploration se développe vers 6 mois avec le développement psychomoteur et cognitif permanence de l’objet)  ; le bébé va élargir son horizon, sa capacité de penser, d’imiter puis plus tard de parler

.

Le système d’exploration améliore sa survie et se couple avec l’attachement qui le sécurise. Un attachement sécure développe l’autonomie


Comment s’exprime le développement de base de sécurité ?


Travaux des Grossmann qui portent sur les rapports entre attachement et exploration. Il ne faut pas croire que parce que un enfant est « attaché » qu’il ne va pas être autonome. C’est le contraire qui se produit. L’attachement va lui donner confiance pour explorer et si il est « trop casse-cou » il va revenir à sa base de sécurité donc l’attachement le protège aussi des dangers potentiels liés à trop de curiosité. Il y a là une nécessité de réguler un équilibre homéostatique !


L’équilibre des deux systèmes attachement et exploration est fonction du temps et des circonstances : avant trois ans c’est l’attachement qui prédominent, après trois ans c’est l’exploration.


Association d’idées sur le rapport au livre et à la lecture : apprendre à lire peut générer peur et vertige et il est sans doute très intéressant d’étudier les rapports entre attachement et apprentissage. Cela a été fait ; je lirai, je vous raconterai. Mais avant, je poursuivrai avec vous la lecture de ce petit ouvrage si efficace pour transmettre la théorie de l’attachement.

 

A bientôt ! MJA

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans La théorie de l'attachement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche