Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 09:39


 

Pourquoi un atelier de lectures pour des jeunes enfants  ?

 

L’idée principale en serait de donner aux enfants la possibilité de manipuler des livres, de s’exprimer sur des histoires et d’écouter en raconter dans un lien avec nous, adultes, créant ainsi du langage, des pensées, des émotions dans un rapport intergénérationnel. J’ai la conviction profonde que le livre est un objet médiateur entre les êtres humains de tous âges et que cette médiation commence dès l’enfance.

 

Manipuler des livres c’est déjà lire.

Lire c’est déjà parler.

Parler c’est déjà penser.

Penser c’est déjà aimer.

Aimer c’est déjà vivre sujet

dans une tendre dialectique

de respect mutuel avec l’autre

qu’il soit enfant ou adulte.

 

Un atelier de lecture est

 

-         un espace/temps de rencontres entre enfants et adultes

-         un espace/temps de développement de l’intelligence dans le terreau d’émotions partagées autour des livres et de leurs histoires,

-          un espace / temps de découverte de l’objet-livre qui introduit à l’acte de lire.

-         un espace / temps qui introduit à l’acte de grandir

 

Grandir est l’enjeu essentiel du verbe lire : grandir dans le respect de ses pairs et des adultes, grandir grâce à ses peurs exprimées et dépassées, grandir grâce à son imagination déployée et maitrisée, grandir dans la soif de connaître son environnement, grandir dans le mouvement de sa famille et de la fratrie, grandir en découvrant déjà les temps difficiles de l’humain, tels que la maladie, la mort, la guerre, la rivalité, la colombe blessée. Grandir pour devenir un petit homme à l’aise dans ses pulsions d’Eros et de Thanatos et dans l’épreuve quotidienne de la séparation. Grandir en étant un petit être de parole et de rêve, de rêve et de réalité, de réalité et de langage, de langage et d’images. Grandir est une sacrée histoire et lire en  permettant de découvrir tant d’histoires permet de vivre cette aventure là plus tendrement car lire est avant tout un acte de tendresse.

 

Un atelier de lecture dans une association de loisirs ou à l’école permet la démocratisation de l’acte de lire dès le plus jeune âge et cela est très important. Donner à tous, quelque soit le milieu social l’accès à la lecture est immensément citoyen et introduit TOUS les enfants à l’acte de lire et leur donne à TOUS une possibilité harmonieuse de grandir quelque soit leur milieu social. Ceci est un apport considérable au verbe éduquer, verbe fondamental de l’école. Sont alors en posés en complémentarité harmonieuse l’espace du loisir et l’espace scolaire.. En cela, manipuler des livres est un acte qui concerne les enfants dès leur plus jeune âge, dès leur premier âge... jusqu’à l’âge des étoiles..

 

Je veux encore dire un mot sur le concept essentiel de Tony Lainé, concept qui se nomme « La nidation culturelle ». Oui, les enfants ont besoin des brindilles familiales pour grandir, ces brindilles d’affection et d’amour mais ils ont besoin de s’épanouir dans une culture de livres, d’imaginaire commun et de passé pour construire et leur présent et leur futur. Le livre introduit au temps de vivre dans « une nidation » culturelle qui exprime dans les belles pages tournées l’universel dont notre fonction d’adultes responsables est de leur donner leur désir de le rejoindre un jour, cet universel, par une saine identification à nous, glorieux. Les albums sont le lieu de notre gloire et de nos espoirs, sont le lieu de ces identifications qui s’expriment par cette phrase si belle des enfants « Quand je serai grand ».

 

Oui, les livres d’enfants disent le pluriel des possibles des « Quand je serai grand »,  parce que nous portons notre enfance ; c’est cette enfance aussi que nous transmettons en lisant des livres aux enfants. Nous leur transmettons notre enfance et notre univers universel  d’adultes. Nous transmettons les deux à la fois.

 

Lire est un acte de transmission et de nidation de l’intelligence. C’est pourquoi, il est si bon, si utile, si nécessaire d’animer des ateliers de lectures avec des tout-petits

 

Durée  et déroulement de l’atelier

 

      -   De 1h à 1H30, autour d’une table avec une multitude livres.

Des temps divers :  choix des livres sur la table, raconter des histoires, en parler

 

-         Possibilité de faire participer des parents (?) A discuter.

-         Possibilité d’un petit temps convivial après (goûter ?)

-         Lire c’est dévorer.

 

 Un travail préalable de réflexion avec les responsables du lieu et les pairs professionnels doit s’élaborer en commun pour construire l’atelier.

 

Travailler autour de la lecture c’est créer aussi une nidation professionnelle. A nous tous de recueillir les brindilles.

 

Moyens

-         moyens matériels : livres, crayons, papiers. Les enfants pourront aussi apporter leur livre : lire c’est offrir aux autres ce que nous aimons. Lire est un cadeau.

-         moyen humain : Une animatrice ou un animateur ayant réfléchi sérieusement sur son propre chemin de lectures. J’ai écrit un petit ouvrage qui relate mon expérience d’ateliers de lectures « Madame, je veux apprendre à lire ! » ( Erès, 2008) qui définit le chemin de lecture et sa nécessité éthique pour animer des ateliers de lectures

J’invite chacun à consulter régulièrement mon blog « Les inventeurs de lectures «  avec une catégorie « Les tout-petits » dans laquelle je commente tant des livres théoriques sur l’enfance que des albums. J’ai aussi une catégorie Winnicott, psychanalyste anglais qui a travaillé sur l’objet transitionnel et  l’entrée dans le culture des jeunes enfants. Ceci pour la mise au travail de la mise en place et de l’animation d’ateliers de lectures pour jeunes enfants.

 

Enfin, je précise que  je mène une thèse à Toulouse le Mirail sous la direction de Chantal Zaouche-Gaudron. Ma question de recherche est la suivante : « A quel âge le bébé reconnait-il le livre comme objet singulier ? » et cette question se double pour moi de la suivante : « pourquoi est-ce si fondamental que le jeune enfant, voire même le bébé différencie le livre comme objet singulier ?  Patience d’ici un peu plus de deux ans, je vous donnerai la réponse à cette double question si fondamentale pour son la constitution de son identité pensante, fondamentale pour sa vie de petit-homme !

 

Petit-homme deviendra grand... dans le mouvement des pages tournées de ses livres, seul et avec nous.

 

Il était une fois le bébé...

Il était une son babille

Il était une fois le livre

 

Et le monde recommencé

Dans la promesse tenue

De l’humain réinventé

 

 

Dans le monde de la tendresse

Du regard suspendu, avec ivresse

Aux caresses des livres

 

Lire c’est caresser

Je le sais

Je le sais

 

Je lis, tu lis, il ou elle lit, nous lisons, vous lisez, ils ou elles lisent des albums avec les enfants, avec les bébés, avec les nouveau-nés et même avec les fœtus  ! MJA

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Le devoir de pensée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche