Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 19:35

Le cœur de Violette

Michel Piquemal

Nathalie Novi

De la Martinière Jeunesse

Paris 2000

 

Il était une fois une très jolie princesse qui s’appelait Violette. Elle était un peu rousse, avec des cheveux longs qu’elle parsemait parfois de fleurs. Elle était plus belle que la rosée du matin mais petite, une nuit,  son père lui avait volé son cœur lorsqu’il mourut ; de ce fait, elle ne pouvait aimer personne. Elle ne se souvenait de rien si ce n’est d’un grand tourbillon qui l’avait engloutie dans une sombre nuit. Elle faisait comme si de rien n’était, elle prenait soin de son corps, souriait à tous, dans une étonnante absence et restait indifférente à toute douleur. Elle désirait plaire mais comme ça pour rien, sans attache, elle ne savait même pas pourquoi.

.        Un jour, un prince passa par là et la vit se parant d’un bijou devant son miroir. Il tomba fou d’amour et la demanda en mariage. Mais elle, d’une douce indolence restait dans sa profonde indifférence. Le prince en tomba malade et faillit en mourir. Violette restait insensible.

         Mais un jour, elle sentit la même haleine froide que celle qu’elle avait senti sur son visage le jour de la mort de son père, elle frémit, courut le long des longs des couloirs du château, en traversa les multiples grandes chambres et enfin arriva au chevet du prince qui se mourait. En la voyant, il murmura son prénom, la prit dans ses bras, lui caressa les cheveux. Violette se laissa faire et soudain, elle entendit battre son cœur comme une source  vive qui coulait en son corps étonné par la douceur revenue. Violette et le prince dans une longue étreinte détournèrent de son chemin l’ange de la mort qui reprit le chemin de sa nuit, les laissant tous les deux enlacés et amoureux dans l’éclat d’un nouveau jour.

 

« Car rien en ce monde

n’est inexorable

pas plus l’aridité des déserts

que le sommeil des cœurs blessés »

 

Avec ces mots s’achève ce joli conte.

 

J’aime ce livre d’une grande douceur et dont les images sont si belles, la dernière représente une femme avec son arrosoir qui arrose un champ de fleurs, un champ de vie sur lequel est dessiné un cœur au milieu d’une haie dorée.

 

C’est un beau livre, pour les enfants comme pour les grands parce qu’il dit que malgré l’immensité d’un chagrin, tout peut recommencer et que jamais, non jamais, un cœur n’est définitivement brisé. Toujours, arrive le temps de nouvelles semailles !  Notre printemps s’achève, nous avons semé. Attendons l’été pour récolter... le bonheur ! chers Inventeurs. MJA

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Les tout-petits
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche