Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 11:57

Ainsi donc, nous sommes en 2014. L’Eternel en a décidé ainsi, du moins sous nos cieux. Nous le savons tous,  d’une culture à l’autre le Nouvel an répond à calendrier différent.

Dans la fraîcheur du matin, je traversais ma petite ville, admirant son fleuve et ses toits humides. J’avais raccompagné à la gare des amis chers qui m’avaient fait l’honneur de leur présence pour finir 2013 et commencer 2014. Je marchais dans les rues, comptant les rares passants. Je regardais le ciel. Je m’interrogeais. Ce que je souhaite le plus pour cette année ? Penser.  J’espère mener à bien ma difficile thèse, la soutenir en décembre 2014 et trouver quelque chose, du tout petit quelque chose, mais du quelque chose, du côté de 21 enfants, de leur mère et d’un album que j’aime beaucoup, d’Eric Carl La chenille qui fait des trous. Trouver un petit quelque chose du côté de l’éveil au livre et à la pensée.

Selon moi, la pensée justifie l’humain plus que tout le reste ; 2014 me fait peur de ce côté-là : « ça pense moins de partout » me semble-t-il et là où ça pense moins ce n’est pas bon. Oui, ce premier jour de 2014 me trouve inquiète. Et si Marine Le Pen allait bénéficier de ce laisser-aller de la pensée ? Je ne développerai pas. C’est une inquiétude viscérale, une inquiétude de femme. Cette inquiétude sera mes curieuses étrennes de cette année. Prenez-en soin et par votre travail à tous, évitez qu’elle ne grandisse.

Ensemble, en 2014, pensons l’humain. Pensons au mieux de nos savoirs et de nos livres, au mieux de nos engagements, au mieux de nos valeurs. La catégorie de mon blog « Devoir de pensée » ne témoigne pas d’une orthographe malhabile. Elle signifie Devoir de pensée comme Devoir de mémoire.

La pensée est un devoir du 1er janvier au 31 décembre et ceci chaque année. Le regard légèrement triste mais le cœur obstiné, j’écris donc :

Je pense, tu penses, il ou elle pense, nous pensons, vous pensez, il ou elles pensent.

Bonne année donc  et au boulot !!!  

NB. Comme  premier boulot de l’année,  j’attire votre attention sur la lecture de l’excellent livre de Charles Gardou, cet ami dont  je vous ai si souvent parlé, La société inclusive, parlons-en ! Il n’y a pas de vie minuscule. (érès 2012). Il dit avec force des valeurs fortes, il dit l’intelligence de ses lectures, son érudition,  mais surtout il exprime haut et fort  son combat auprès des personnes qui, certes souffrent, d’un handicap mais sont dotées  d’une si grande force de vie. J’aime tant  son chapitre  Il n’y a ni vie minuscule ni vie majuscule.  J’aime tant sa dernière phrase : « Il ne faut jamais se guérir du mal des autres ». J’ajouterai :

« Il ne faut jamais renoncer à panser  le mal des autres ni à le penser. »

Que penser soit notre verbe de 2014. Le voulez-vous ?  MJA

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Le devoir de pensée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche