Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 18:01

Je dédie ce texte à mes enfants et à mon neveu.

Je suis une juive sans Dieu

 

Je suis une juive sans Dieu.

Cela signifie que je n’ai pas d’ancêtres ou pour seule ancêtre ma grand-mère déportée.

Cela signifie que mon histoire est marquée d’exil et d’errance.

Cela signifie que je me situe dans la ligne brisée de ma mère brisée par la Shoah.

Cela signifie que je suis moi-même une ligne brisée.

Cela signifie que je ne connais ni le Dieu des juifs ni ses rites.

Cela signifie que mon chemin venu d’Egypte par la naissance de ma mère au Caire en 1920 se déroule et s’enroule dans le monde entier.

Cela signifie que je suis citoyenne du monde, militante pour les Droits des femmes et  les Droits de l’homme

Cela signifie mon immense richesse alliée à une immense nostalgie.


Je suis une juive sans Dieu.

Cela signifie que j’ai mal plus que tout autre au conflit en Palestine.

Ne pas user de la Mémoire de la Shoah pour justifier guerre et destruction.

Ne pas user du Désir de la paix pour dénier ses origines.

Lutter obstinément  auprès de ceux qui toujours gardent le sens de l’humain.


Je suis une juive sans Dieu

Cela signifie vivre dans la trouée de mon histoire

dans le sablier de mes incertitudes

Cela signifie ’être seule et perdue dans le Tarn-et-Garonne

Jusqu’au moment de la lecture du si beau livre de Jean-Paul Damaggio

J’ai eu quinze ans en Tarn-et-Garonne  2008-1808

Merci l’ami, tu m’a donné des ancêtres que j’aime et que je reconnais miens

tu m’as fait don d’un Tarn-et-Garonne où je trouve ma place


Je suis une juive sans Dieu

Cela signifie ne pas avoir le sens de l’orientation

(comme s’orienter dans un espace qui signe l’errance ?)

Cela signifie ne pas avoir le sens pratique

(Comment s’en débrouiller du concret toujours inscrit dans la mouvance de l’exil ?)


Je suis une juive sans Dieu

Cela signifie aimer les lettres juives et les autres

Cela signifie aimer les alphabets du monde

Cela signifie caresser du regard les mots et les noms

Cela signifie pleurer devant une plaque d’étain

celle posée sur le cercueil de ma mère

quand est écrit dessus son nom


Je suis une juive sans Dieu

Cela signifie aimer un juif nommé Proust

qui avec le temps perdu de sa judéité

a  écrit le chef d’oeuvre de l’humanité


Je suis une juive sans Dieu

Cela signifie aimer Georges Perec qui de son exil

a constitué des listes,

a joué avec les lettres disparues ou revenues

a raconté Ellis Island


Je suis une juive sans Dieu

Cela signifie que je me situe comme écrivaine

dans la lignée d’autres femmes que j’aime et dont j’admire le talent et les idées .

Elles se nomment

Arendt  Hannah, Aurejac Cécile, Austen Jane, Beauvoir de Simone, Berr Hélène,

Blixen Karen, Bona Dominique, Boukhobza Noria, les soeurs Brontë

Champion Jeanne, Chatelet Noëlle, Cixous Hélène, Colette, Chariq Chahla

Delbo Charlotte, Djebar Assia, Dolto Françoise, Duperey Annie, Duras Marguerite

Emquist Anna, Fatiah, Ferney Alice, Frame Jeannette, Friedan Betty

Germain Sylvie, Germain-Robin Françoise, Giroud Françoise

Grimm Ariane, Halimi Gisèle, Hirigoyen Marie-France

Humaydane Younès Imane, Klein Mélanie, Leibovici Martine

Lessing Doris, Lemsine Aicha, Luxembourg Rosa, Mac Cullers Carson, Mansfield Catherine

Michel Louise, Miller Alice, Montessori Maria, Morante Elsa, Mukagasana Yolande

Mujawayo Esther, Nasreen Taslima, Nin Anaïs, Ozouf Mona Perrot Michèle,

Pinkola Estés Clarissa, Ponet Blandine, Récamier Madame, Roudy Yvette

Sallenave Danièle, Salomon Paule, Sand George, Sarraute Nathalie, Sebbar Leïla

Staël Madame de, Stern Anne-Lise, Thomas Eva, Tillon Germaine,Triolet Elsa

Vincent Rose,Wharton Edith, Wollstonecraft Mary, Woolf Virginia, Xinran

Yourcenar Marguerite,Zouari Fawzia et puis d’autres encore, la liste s’allonge chaque jour.

 

Etre une juive sans Dieu

C’est trop souvent pleurer sa différence dans un groupe mais c’est si souvent trouver la paix dans le fait d’être de nulle part et de partout comme étant au chaud avec tous, jamais dépaysée, c’est pouvoir toujours inventer le miracle du renouveau de chacun.


Etre une juive sans Dieu

C’est avoir écrit Madame, je veux apprendre à lire !

C’est avoir écrit La Femme en retard

C’est s’être coltinée à la violence de la Shoah

A la violence de mon enfance

A la violence de la mort de trois femmes aimées

Dont deux envolées dans un même été


Etre une juive sans Dieu

C’est avoir lu Freud et ses disciples

C’est avoir  lu Françoise Dolto et Mélanie Klein

C’est avoir fait une longue psychanalyse

d’avoir tout perdu et tout retrouvé

c’est avoir sangloté seule

c'est avoir écrit son autofiction pour tous

c'est avoir à nouveau tout perdu


Etre une juive sans Dieu

 c’est aimer la caresse du vent

la brûlure du soleil

le clair de lune qui abrite Pierrot

celui là même qui m’a si souvent prêté sa plume


Etre une juive sans Dieu

C’est accepter d’être humaine désemparée par la différence et le chagrin

Par le regard qui ne comprend pas et le mot qui blesse.

C’est accepter de vivre sans support

C’est accepter d’être un arbre sans racines

mais qui refleurit chaque printemps


Etre une juive sans Dieu

C’est accepter que sa vie ne soit que fiction

Qui sans cesse se dérobe au sens et à sa maîtrise


Etre juive sans Dieu c’est aimer toutes les musiques du monde

C’est trembler d’émotion devant le talent de chacun connu ou inconnu


Etre une juive sans Dieu c’est savoir qu’on assistera jamais

Au Colloque des anges

qu’aucun Paradis  ne sera pour moi

c’est savoir que la mort me tuera

c’est savoir que la mort me taira

c’est écrire pour broyer ce silence de l’éternité


Etre une juive sans Dieu

C’est pleurer sans limite le malheur des hommes, le Mal, le bourreau

C’est être déchirée par l’insensé

C’est pleurer à en mourir jusqu’à la perte de mon regard.


Etre juive sans Dieu

C’est écrire dans le toujours de mon identité fragile

Mais c’est continuer dans le mouvement de mes engagements de femme

contre le racisme, la guerre, l’exclusion des sans-papiers

l’exclusion des personnes porteuses de handicap

l’exclusion de ceux qui ne savent ni lire ni écrire

l’exclusion de ceux qui n’ont commis d’autre faute que de connaître le malheur

dans une société qui vend du bonheur mais ne sait le donner.


Etre juive sans Dieu

C’est continuer avec mes amis

dont vous, dont toi

à inventer la paix, à dessiner la Colombe de Picasso

dans le fil des jours et de nos luttes d’hommes et de femmes de bonne volonté.

Chacun sa lutte. Chacun ses toujours

Mais ensemble continuons !

Marie-José Colet

Le 14 septembre 2008

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Adelphité
commenter cet article

commentaires

daniel 14/12/2009 18:14


superbe !magnifique ! quelle richesse ! quel régal de lire un si beau texte .....


Marie-José Colet 14/12/2009 18:18


Merci, je suis très touchée de ce partage. Marie-José


Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche