Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 16:40

J’ai toujours aimé les histoires de métamorphoses. Je ne parle pas de celle écrite par Kafka. Je parle de celles des contes. Le vilain petit Canard, La belle et la bête,  La petite Sirène, La chenille qui fait des trous, celles des mythes et celles des légendes, celle des sorcières et des ogres, celles des fées, celle des grenouilles et des carabosses. Celles qui toujours finissent bien. J’aime les histoires qui finissent bien après tant de malheurs advenus sur des ponts suspendus, dans des marécages de l’âge ridé, sur des plages glissantes d’algues mouillées, dans des cieux d’orages et de cyclones, dans des plaines venteuses sous l’azur brisé par le chagrin d’être différent. Ces métamorphoses m’apportent tant de choses.


Elles me donnent espoir contre l’immobile

le stagnant, l’immédiat.

Elles disent le changement à portée d’identité

Elles disent l’imprévu attendu patiemment, deviné mais non espéré

Elles disent la récompense d’avoir porté l’ingrat de la condition de son espèce, canard, poisson, homme

Elles disent le lait de la vie qui toujours coule

Elles disent la remonté du fleuve, la surprise et l’enchantement

Elles disent les possibles de tous

Elles disent les graines de Toujours qui deviennent des baobabs

Elles disent un temps élastique avec lequel on peut sauter dans  les jours

Elles disent la profondeur marine des âmes

Elles disent  l’ailleurs de chacun

Elles disent l’invisible

Elles disent l’envol

 

Elles pourfendent l’apparence.


C’est Noël, offrons aux enfants des livres d’enfants. MJA

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Annenkov - dans Les tout-petits
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche