Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 18:56

La transmission du nom

Nicole Lapierre

 

J’ai lu cet article dans le livre

Transmettre la Shoah

Dans la famille, à l’école, dans la cité

Sous la direction de Jacques Fijalkow

Les Editions de Paris Max Chaleil (2009)

(Issu du 4ème Colloque de Lacaune. 2007)

 

Nicole Lapierre dans son introduction analyse les termes du titre de son article et ce faisant, nous indique déjà les deux bobines qu’elle va dérouler pour nous : la bobine du nom et la bobine de la transmission sachant bien évidemment que les deux fils distincts des deux bobines vont se nouer au terme d’une identité qui s’épelle juive dans l’article à venir.

Souvenons-nous avec elle de la loi du Lévirat qui édicte pour qu’aucun Juif ne soit effacé d’Israël que lorsqu’un homme meurt sans laisser d’enfant, la veuve doit épouser le frère de son mari. Ainsi le nom peut être perpétué. Le nom et la tradition. Mais on touche là un paradoxe : le nom serait l’affaire du père, mais dans la tradition juive, on est juif par la mère. Mais en fin de compte, l’important pour chaque juif est de perpétuer la tradition du nom, la tradition juive par l’étude qui inscrira la métaphore de chacun inscrivant  sa judéité.

Nicole Lapierre va aborder ce sujet si complexe de la transmission du nom juif en partant de l’antithèse, c’est à dire en étudiant les modalité du changement de nom pour certains juifs après la Shoah.

Je trouve cette démarche de l’étude de la transmission du nom à partir des changements effectués dans l’histoire très intéressante. Etudier un phénomène par son contraire fait toujours advenir une dialectique féconde. C’est, cette dialectique là que je vais essayer de vous présenter en restant fidèle à Nicole Lapierre.

 

Les questions principales qui s’articulent sont  les suivantes :

Cesse t’on d’être juif en changeant de nom ?

Le changement de nom provoque-t-il une rupture de la tradition ?

Existe-il des lois autorisant ces changements de noms, si oui à quels moments de l’histoire ?

-   Existe-il des freins historiques à ces changements de noms et pourquoi ?

Peut-on repérer des catégories de personnes changeant de noms et pourquoi ?

 

Selon les nazis et Vichy changer de nom n’empêche pas d’être juif. Nicole Lapierre nous rappelle tout au long de son article des lois, car le nom bien sûr étant tradition identitaire ne peut s’inscrire que dans l’immense symbolique des lois humaines.

 

1933, en Allemagne, le ministère de l’intérieur du Reich envisage d’annuler tous les changements de prénoms et de patronymes (trop nombreux chez les juifs allemands)

1938, retour aux anciens noms

Loi du 10 février 1942, en France, les juifs ne peuvent changer de nom que si leur nom est « ridicule, handicapant ou désobligeant. » Cette loi, écrit Nicole Lapierre est une véritable « expression légale pour débusquer les juifs cachés » Le nom juif devenait un véritable piège et contraignait celui qui le portait à passer dans la clandestinité ou même à se procurer par de faux papiers une identité d’emprunt.

Après la Libération, les persécutions juives mises à jour, le Conseil d’état en 1947 autorisent le changement de nom à consonance juive. On ne cherche plus à savoir si la personne est juive ou non mais on s’attache à savoir si on peut penser que la personne est juive. Cela entraîne une vague de changements de noms juifs. Nicole Lapierre, par une recherche documentée indique ces nombres avec précision et j’invite le lecteur à lire cet article pointu.

 

Ceci pour la Loi, celle des juristes qui écrivent ce qui est possible ou non.. Mais

Nicole Lapierre va bien plus loin dans son analyse, épelant avec minutie « ce possible » quand il prend racine dans l’identité et dans l’histoire de la famille.

Ainsi elle note que la population des juifs ayant changé de nom après la Shoah ne donne pas lieu à un phénomène uniforme, linéaire, global.

 

Les Israélites français sont beaucoup nombreux à changer de noms que ceux arrivés récemment en France, les juifs « étrangers », ces derniers étant moins attachés à leur nom parce qu’ayant une histoire symbolique plus « mouvante. ». Ils étaient moins intégrés et moins acculturés à la société française, changer de noms pour eux  symbolisait même parfois leur fierté de devenir français ; « Devenir français » n’avait pas la même signification pour les uns et pour les autres. Pour illustrer cela, toute métaphore gardée, je pense à mon père russe dont le prénom était Alexandre et qui lors de sa venue en France, avait changé son prénom en « Francis » qui à une lettre près signifiait « Français » (Ainsi, l’avait-il voulu)

Nicole Lapierre analyse aussi la façon dont les juifs changeaient de nom et dit-elle, il y avait toujours un socle commun de lettres ce qu’elle interprète à juste titre comme un désir de ne pas renoncer totalement à son histoire, à la symbolique familiale.

Enfin et surtout, elle parle avec émotion de la trouée du nom associée à la souffrance de l’histoire et à l’altération que cela provoque dans la transmission aux descendants dans une injonction paradoxale : « ni récit , ni oubli ! » et je pense au changement de nom de mon grand-père maternel, qui, m’a confié ma mère, s’appelait Ben Youli mais a choisi de devenir « Abignoli », nom de jeune fille de ma mère. Ni récit, ni oubli, je suis indéniablement d’origine étrangère, mais qui était ce Youli ?  Une histoire brodée de dentelles, la mienne. Je prends, dans le temps du sourire et d’une énigme, certes non résolue mais  « je la sais ».

 

Changement de nom, oui, mais jamais changement de rive. Le fleuve coule  majestueux, son lit a des creux, ses berges sont souvent sauvages, des herbes trop hautes le cache, mais le fleuve de notre histoire coule, coule de notre point fœtal à notre mort. L’un des affluents de mon fleuve s’appelle  Youli.

 

 Bonjour énigmatique Ben Youli, moi ta descendante, je t’aime  ! MJC

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans La Shoah
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche