Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 14:42

La problématique paternelle

Sous la direction de

Chantal Zaouche-Gaudron

Erès (2001)

 

(2)

Texte inaugural de Serge Lebovici

 

Mouvement du chapitre :

 

Introduction  générale et des références historiques

Une halte au Moyen-âge

La famille française moderne dans le mouvement de l’histoire, de la psychanalyse, de l’anthropologie, de la sciences. La famille aux couleurs de l’humain bigarré de ses savoirs multiples et donc introduction au savoir transversal de la position paternelle.

 

Introduction générale

 

Des données : une famille qui diminue, rôle fondamental du travail féminin, la famille qui devient bi-générationnelle avec des grands-parents toujours actifs, la séparation plus fréquente des parents (séparation ou divorce), des recompositions de familles et parfois le père maltraité (j’ajouterai si ce n’est la mère aussi).

 

Ainsi avec ces premières remarques, l’auteur interroge d’emblée la question de la place du père.

 

Et donc, dans un enchainement logique de pensées, il présente les travaux de Jean Le Camus qui a été chargé par la revue Enfance d’étudier le rôle du père auprès du jeune enfant, dans la (les) familles (s) actuelle(s). C’est moi, qui dans une parenthèse introduit le (s). Le générique me fait toujours un peu peur...et de ces travaux, il ressort que :

 

-   soit le père est materné et donc moins craint

-   soit il devient indifférent et donc ne s’occupe plus des enfants

 

Bien sûr; dit l’auteur cela est caricatural parce que il ne faut pas oublier que les pères ont une attitude différente selon leur épouse et, déjà là, on retrouve l’esprit de l’introduction de Chantal Zaouche-Gaudron : parler du père c’est aussi parler de la mère. Peut-on parler de l’un sans parler de l’autre et vice versa ?

 

Enfin, ce qu’interpellent ces travaux, c’est l’importance du rôle du père dans le développement sexué et social de leur(s) enfants (s).

 

Référence émouvante à Georges Semprun qui, dans l’Ecriture ou la vie, montre que les enfants n’oublient rien des tragédies qui atteignent leur histoire

 

Histoire qui démarre aux cavernes. Vous savez quand le père était chasseur et que la mère déjà nourrissait. Puis l’auteur nous rappelle que l’homme avait et a un organe sexuel exposé et que de ce fait, il doit le défendre agressivement de la castration. Alors là, je m’arrête et je porte à mon compte et non à celui de Lebovici la phrase suivante :

 

L’homme s’est sacrément défendu contre la castration par des siècles d’oppression incessante sur la femme ! Nous avons payé très cher la peur de la castration masculine. Fin du couplet féministe.

 

Je reprends les propos passionnants de  Serge Lebovici qui nous dit que la paternité est une invention humaine mais moins évidente que celle de la maternité. Pour assurer cette paternité, il a fallu que nos sociétés mettent en place le tabou de l’inceste inscrivant ainsi la famille patriarcale.

 

A partir de là, nous en arrivons au travaux de Yvonne Knibiehler dont le pater familias  romain, est le père patriarcal absolu, chef incontesté après Dieu le Père, Dieu tout puissant. Le père a alors, le droit de vie ou de mort, on lui demande protection (les esclaves on ne les compte pas, les prolétaires ont pour seule richesse la protection du père). Ainsi, les grandes familles, par le père tout puissant, ont prospéré dans et par le nom du père. La mère nourricière, l’histoire n’en parle pas. Puis, la civilisation judéo-chrétienne s’est développée et avec elle, l’érotisme sexuel est devenu péché originel : la vie sexuelle est faîte exclusivement pour procréer et ceci est toujours actuel : rappelez-vous les propos récents du pape sur le port interdit du préservatif en pleine propagation du Sida !

 

Au Moyen-âge

 

Mais arrêtons- nous, le temps d’une page de Serge Lebovici,  au Moyen-âge qui se différencie selon le niveau économique et social

 

1)  L’amour courtois, la ceinture de chasteté, les perversions sexuelles qui en découlent.

2)  Les paysans et les serfs soumis à la guerre, les enfants bâtards cachés.

3) Lafamille qui selon la place des fils, donne à chacun, place et  héritage spécifiques, dont bien souvent, les pères ne sont connus qu’à l’âge adulte.

 

Puis, advient alors le temps de rentrer dans l’histoire de la famille et de l’évolution de la condition paternelle. Etude intéressant de Serge Lebovici à

Partir de Barbe-Bleue et du Petit Poucet. A lire.

 

La famille française au XIXe, la famille du XXe

 

Cette famille voit advenir la victoire de la bourgeoisie et le rôle prédominant du père, qui déjà signifie la place contemporaine du père chargé de l’autorité conjugale et responsable avec sa femme de l’éducation des enfants.

 

Important aussi : il transmet le nom

 

Important aussi : la mère est responsable de la contraception d’elle-même et de ses enfants, comme si le père inscrivait le nom symbolique et la mère la réalité ; ça me fait réfléchir, ça...

 

Et bien sûr, de la transmission du nom à la contraception on en arrive à la loi et aux droits des pères... A lire de très près, ce qui se dit là, de la dynamique de la constitution des familles à leur détérioration et à la maltraitance possible des pères.. Quand le chagrin se fait lois. Lois au pluriel du côté du réel, loi au singulier du côté du symbolique : loi œdipienne et mythe d’Oedipe. Se remettre au travail, une fois encore, sur ce mythe, trop souvent simplifié qui emporte de l’humain identifications et langage., langage et transmission intergénérationnelle.

 

J’aime l’expression de l’auteur « du côté de la chambre des enfants ». Je trouve cette image belle et parlante. Combien de parents aménagent matériellement cette chambre des enfants, surtout dans notre société de consommation, mais combien  ne se soucient guère de la chambre symbolique et donc que nous dit Serge Lebovici sur cette chambre symbolique ?

 

Les « fantômes » (encore un joli mot efficace)  sont de trois ordres :

 

1)  La transmission intergénérationnelle des conflits familiaux tels que les ont vécus les parents

2)  le secret des familles et ses effets de vie sur l’enfant

le mythe familial souvent méconnu de l’enfant mais toutefois l’implique.

 

Dans cette partie des fantômes, viennent se nicher des travaux eux , bien vivants : Daniel Stern, Michel Bader et B.Pierrehumbert, J.Guyotat, R.Kaês, P.Ferrari, Roger Misès, Julia Kristeva, H.Kohut, Pierre Feddida (autant de travaux qui constituent des bas de pages engageants, à approfondir dans des recherches multiples.)

 

Enfin, idée essentielle à souligner, dans ce cortège de fantômes, vient s’inscrire le père « séparateur ». Histoire du livre à venir... D’un livre qui ne veut surtout pas que le dialogue transférentiel ne se transforme en «  machine à influencer la pensée ». Une pensée qui doit tenir compte de nombreux facteurs tels que l’étude du père contemporain dans la famille avec l’étude du processus d’affiliation corrélatif  au travail des femmes (voir de nombreux travaux américains qui étudient la répartitions des soins paternel et maternel). L’image du père a changé, il peut devenir celui qui accompagne à la crèche, prépare le repas, raconte des histoires. Ainsi donc la triangulation est réinterrogée. Références là encore à de nombreux travaux.

 

Ce chapitre est tremplin d’études diversifiées et riches, notamment sur la procréation médicale assistée, sur l’adoption et aussi sur les problèmes d’adoption pour les homosexuels. Autant de sous-chapitres à approfondir crayon en main. Noter aussi une mention pour les enfants nés de parents porteurs d’HIV et d’enfants nés après transmissions génétiques. Autant de savoirs à savoir. Quand la science croise le quotidien, quand le quotidien invente le temps de la science. A Approfondir, mais je pense que les chapitres à venir vont le faire. Donc, momentanément, je passe.

 

Un arrêt sur le sous-chapitre  Les pères maltraitants et pédophiles.

 

« La loi prévoit que toute personne, professionnelle ou non, qui en connaît l’existence, doit dénoncer la famille coupable, soit auprès des services de police, soit auprès des services administratifs. »

 

Serge Lebovici rappelle que la maltraitance des enfants est souvent d’ordre sexuel et les pédophiles peuvent êtres des pères de famille parfaits mais ils rappellent aussi les cruels paradoxes moraux de ces pères sans compter l’horreur des réseaux économiques qui autorisent leur actualisation...

 

Il est souhaitable, nous dit l’auteur, que dans les prisons, les pédophiles soient punis, mais aussi soignés. Et j’ajouterai, à titre personnel : reste l’humain perdu à retrouver, à révéler.

 

Un nouveau sous-chapitre : Les sévices et les négligences rares, maltraitances psychologiques aussi. : mauvais traitements, infanticides qui restent encore mystérieux mais horrifiques. Leur diffusion donne lieu, trop souvent,  à des excès aussi malsains que regrettables

 

 

 

Deux appendices à ce chapitre :

 

1)   Le Nom du père selon Jacques Lacan

 

Référence est faîte au livre de Gilbert Diatkine Jacques Lacan, Paris Puf 1997

Etude de la négation et de la forclusion.

 

Reprise par Jacques Lacan des travaux de Henri Wallon sur le stade du miroir.

Référence aussi au stade du miroir tel qu’il est raconté par Winnicott.

 

Histoire d’un miroir qui écrirait ou non le Nom. A travailler très sérieusement.

Que signifie « Ecrire son nom » ? Que signifie ne pouvoir l’écrire et à la place du miroir perdu placer une croix ? Voilà ce qui me taraude aussi depuis des années.

 

2)   Le père et les génocides

 

Là ça ne me taraude plus. Ça immobilise ma pensée et me fait pleurer. Mais pourtant, il faut chercher ce qui arrive du côté du symbolique quand un enfant, dans son histoire de vie, doit porter, son chemin d’homme durant, l’assassinat de son père et de sa mère, l’assassinat de sa famille ou de certains de ses membres. Comment épeler alors les lettres ? Je pense aussi aux étrangers que je rencontre à la Cimade aux prises avec un difficile illettrisme.

Sachons les accueillir et leur offrir du fond de notre cœur,  non  des lois indignes, mais des asiles et notre alphabet, histoire que parlant notre langue, ils se sentent mieux dans le pays d’accueil ;   remettons dans notre cartable notre « identité nationale ». Eux qui ont tout perdu, n’en ont vraiment rien à faire !

 

Rester humain est la première condition  pour exercer le Métier d’apprendre. Mais voilà que j’emmêle mes livres ! Exprès...

 

Merci à Serge Lebovici, à Chantal Zaouche-Gaudron, à Hélène Trocmé-Fabre ; bien sûr, l’été continue du lieu d’eux et de quelques autres tout aussi brillant... A suivre !

 

Point d’orgue

 

Dans la douceur de l’été

Je lis longuement

J’écris patiemment

Je découvre des enfants

Leur père et leur mère

La psychologie

La psychanalyse

Et la pédagogie

Mais je n’oublie

Ni la sociologie

Ni l’histoire

Ni l’anthropologie

Ni la grammaire

Ni l’orthographe

Ni le raton laveur

Ni mes fleurs

Ces sciences là

Me donnent

Grand espoir

De dire Non !

A l’horreur

des  si terribles

génocides si violents

passés et présents

qui piétinent  le temps

de la tendre enfance

Inventant tragiquement

Leurs si dures carences

 

Je cherche, tu cherches, il ou elle cherche, nous cherchons, vous cherchez, ils ou elles cherchent

 

Patiemment, obstinément, sans relâche, sans peur, sans reproche. De mes livres, ivre de savoir, je tourne mes pages si sages, avec elles, j’invente le temps du possible de l’Apprendre.

 

Je sais apprendre, tu sais apprendre, il ou elle sait apprendre, nous savons apprendre, vous savez apprendre, ils ou elles savent apprendre.

 

Du lieu de mon histoire et de vos livres.

Du lieu de vos livres et de l’Histoire

Je fais reculer le  vilain noir

Je fais  jaillir l espoir 

Du grand soir !

 

Allez ! on continue !!!

 

Je continue, tu continues, il ou elle continue, nous continuons, vous continuez, ils ou elles continuent.

 

Je conjugue le savoir, tu conjugues le savoir, il ou elle conjugue le savoir, nous conjugons le savoir, vous conjuguez le savoir, ils ou elles conjuguent le savoir. MJC

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche