Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 18:09


Militant d’un autre possible Jean-Christophe Parisot
Tiré du livre de Charles Gardou Le Handicap par ceux qui le vivent
Editions Erès (2009)

Une phrase m’interroge dans la présentation que fait Charles Gardou de Jean-Christophe Parisot. Charles Gardou écrit : « Jean Christophe Parisot atteint de myopathie est docteur en sciences politiques ». Moi, j’aurai eu tendance à écrire : « Jean-Christophe Parisot, est docteur en sciences politiques et atteint de myopathie. J’aimerai savoir comment écrirait cette phrase Christophe Parisot. Bien. Je ne peux lire comment il écrirait cette phrase mais j’ai eu la chance de lire, de souligner, d’ annoter son article : Militant d’un autre possible.
J’aime ce titre et je lui emprunte bien volontiers pour ma vie quotidienne de militante. Quel est donc cet autre possible dont il parle ?

1) Le premier possible, dîtes-vous, est de pouvoir s’interroger sur nos motivations à nous intéresser au handicap. Bien, quant à moi, j’ai réfléchi déjà:

Je me suis toujours intéressée à ce qui fait dans notre société exclusion à cause d’une différence. Pour moi, ce n’est pas la différence qui est injuste c’est l’exclusion qu’elle emporte. Ceci est une des raisons pour laquelle je suis intéressée par les livres de Charles Gardou et de ses collaborateurs qui posent de pleins pieds ce qui est à reconnaître et non à exclure. Voilà pour ma motivation essentielle, pour mon possible à moi, possible pour lequel je milite auprès des étrangers, des personnes en situation d’illettrisme, des personnes en situation de handicap. « En situation » est un terme que récuse Jean-Christophe Parisot de même qu’il récuse celui de handicap. Son possible à lui pour lequel il milite c’est une identité assumée par lui dans sa différence nommée par lui, reconnue par les autres par ce qui fait son destin d’homme parmi les hommes. Nos destins ne sont que dans la rencontre avec d’autres destins dans une relation aux deux visages de Janus, métaphysique et citoyenne, aimante ou rejetante, porteur de lui-même ou de l’histoire des hommes, porteur de sa propre d’identité, porteur d’humanité.

Il écrit : « Je suis une représentation de ce destin. Pour certains, je ne suis qu’une partie de l’humanité. Pour d’autres, je suis une sorte d’épouvantail. Pour d’autres encore, je n’existe pas en tant qu’hommes. » Mais quant à lui, il sait que « Chacun porte en lui une part de ce récit, du poids de l’histoire des hommes, de l’image de soi, du désir de l’autre. » Et comme ça, de mémoire, je pense aux écrits de Denis Vasse. Il souligne encore la culpabilisation
d’exister dans la dépendance et de porter un malaise social lié au handicap.

2) Son possible à lui, pour lequel il milite c’est pouvoir être dépendant sans culpabilité de par un rapport différent au handicap de la société. Sa façon de militer pour ce possible là a été de créer, d’être fondateur en l’an 2000 du Collectif des démocrates handicapés. Ce collectif entre 2000et 2007 a suscité bien des interrogations et des débats dans le monde du handicap. Il a réuni autour de 400 personnes handicapées et Jean-Christophe Parisot s’est présenté deux fois comme candidats de la république. En 2002, il est devenu diacre de l’église catholique. Être dépendant sans culpabilité c’est refuser le rôle d’assisté redevable voire même méprisé et il donne l’exemple lamentable d’un de ses employeurs qui posait ses pieds sur son fauteuil pour lire le journal. Moi, Jean-Christophe, je n’aurai pas accepté avec votre humilité, je l’aurai fichu au prud’hommes mais vous dîtes que le handicap conduit à abandonner sa superbe, que c’est une assurance d’humilité. Moi, mon possible c’est militer pour le panache de tous, que l’on soit noir, blanc, femme, folle, handicapé, illettré, étranger que sais-je encore, chômeur, et tout ça que la société invente comme exclusion. L’exclusion c’est le meurtre du panache. NON à l’humilité ! OUI à la prestance !

3) Son possible à Jean-Christophe, c’est le non au déni du handicap et comme je suis d’accord avec lui. Le déni est le meurtre de la vérité. Oui, le handicap existe, il faut le reconnaître pour lui laisser la place d’être dans notre société. Être, dîtes vous, ni dans l’inhumain ni dans le supra-humain. Être avec tous, porteur de l’histoire de tous, sans apartheid, sans voyeurisme, dans une dynamique de rencontre quotidienne ou chaque humain apporte aux autres humains parce qu’il EST et vous parlez avec justesse et comme je vous suis, de tous ceux qui ne vivent que parce qu’ils ONT un agenda plein qui masquent leurs difficultés d’être.

 4) Son quatrième possible, c’est de « bâtir une culture nouvelle en rompant le silence collectif ». Le silence est le meurtre de la reconnaissance. Voyez pour les sans-papiers, moins on en parle mieux on se porte ! Mais là on a inventé contre le silence, un autre silence actif et résistant : le cercle de silence. Allez, j’invente ! Tous les premiers jeudis du mois on ferait un grand cercle sur la place de notre cité, tous en fauteuils roulants ou avec une canne blanche ou avec les deux ; ce serait une façon de rappeler l’égalité de tous dans la citoyenneté et de sortir le handicap du stigmate qui est le sien comme au Pays-Bas où dans les supermarchés, on trouve des fauteuils roulants pour les clients fatigués. Le fauteuil ne signifie pas le handicap mais l’humain fatigué.

5) Un autre possible : lutter contre la peur de la différence. Il y a du travail à faire de ce côté là !

6) Un autre possible : militer pour la citoyenneté partagée et c’est le sens du Collectif des démocrates handicapés. Permettre aux handicapés de sortir de leurs rôles de spectateurs.

 7) Un autre possible pour lequel Jean-Christophe lutte : recours à des aidantes sexuelles comme aux Pays-bas Pour tous ces possibles, Jean-Christophe lutte dans la cité comme dans sa vie personnelle avec son son épouse et ses quatre enfants.

 Ces 7 possibles que j’ai dégagés là, les possibles pour lesquels milite Jean-Christophe Parisot se résume en ces mots : les personnes handicapées ne doivent pas être des Winners solitaires (pour reprendre ses termes) mais des êtres solidaires. Et c’est à ce point, que j’introduis la présentation de Jean-Christophe par Charles Gardou. Prenez les termes dans le sens que vous voulez, mais prenez les TOUS, n’oubliez-en aucun car Jean-Christophe Parisot existe dans la simultanéité des possibles pour lesquels il milite. C’est cette simultanéité qui définit son identité et sa valeur d’homme :

« Jean-Christophe Parisot, atteint de myopathie, est docteur en sciences politiques. Marié, père de quatre enfants, diacre catholique, il est le fondateur du Collectif des démocrates handicapés. Il s’est présenté à plusieurs élections nationales et locales. Administrateur territorial puis civil, délégué ministériel chargé de l’emploi et de l’intégration des personnes handicapées au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. En 2007, il est devenu d’Aide-Handicap-Ecole (ex-Handiscol). Il est l’auteur de Vivre même si je souffre (1997) et Le handicap, une chance pour l’école (2008). Il vient d’être nommé sous-préfet : en septembre 2008, il a pris ses fonctions de secrétaire général de la préfecture de Cahors dans le département du Lot. »

Jean-Christophe Parisot, comme tout être humain est sans doute traversé de l’immense vent de la solitude, mais cette présentation en témoigne, il sait s’aménager des temps pour ne plus être solitaire mais être solidaire. Merci, Jean-Christophe pour vos possibles pour lesquels vous militez. Avec vous, permettez-moi de conjuguer :

Je milite, tu milites, il ou elle milite, nous militons, vous militez, ils ou elles militent et que de tous les fauteuils du monde quand ils font une immense ronde s’échappent une fois encore ces colombes que j’aime tant parce qu’elles symbolisent la paix, ce possible pour lequel je milite. Mais que de travail à faire ! MJC

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Adelphité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche