Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 12:49

Association « Femmes pour le dire, Femmes pour agir »

Présidente Maudy Piot


J’ai présenté Maudy Piot récemment dans cette mêmes catégorie « femmes » et je vous invite à vous y reporter pour mémoire.


Ce jour, je vais vous présenter l’association dont elle est présidente :


Femmes pour le dire, Femmes pour agir.


L’énoncé du nom de cette association m’a immédiatement fait penser au livre d’Hannah Arendt dont je vous ai déjà parlé : La condition de l’Homme moderne.


Je me suis dont reportée à mes notes de lectures dont j’extrais pour vous trois idées qui me seront utiles pour parler de l’association Femmes pour le dire, Femmes pour agir.


-  Les chagrins sont supportables si on les raconte 

-  Nous prenons place dans l’humain par l’acte et la parole.

- Chaque naissance est promesse d’un nouveau recommencement de l’humain et donc de l’être


Enfin, je me suis également reportée au texte de Françoise Collin Un Héritage sans testament dont j’ai fait un commentaire dans mon blog « La Padéïa » que vous trouverez dans la même catégorie « femmes ». Françoise Collin nous dit que reconnaître une femme c’est avant tout reconnaître sa parole, c’est assumer sa présence dans la différence de son « qui «  (référence encore et toujours à Hannah Arendt) dans le dialogue à travers l’action et sa parole. Ainsi les femmes se génèrent et se transmettent.


Voilà l’essentiel : permettre à toutes, en situation de handicap ou non de se dire, de parler, de raconter, reconnaître et entendre chaque parole de femmes non pour exclure mais pour transmettre et nous engendrer femme dans une temporalité symbolique. La compassion n’a rien à voir la dedans ! Il s’agit d’affirmer une fois encore la féminitude et de lutter contre la discrimination ancestrale des femmes qui parfois se redouble quand il y a un douloureux handicap.


J’aime profondément le nom de cette association qui résume avec talent tout ce qui précède  en trois mots : Femmes, Dire, Agir.


Approfondissons maintenant du côté du handicap, mais surtout, surtout, ne perdons pas de vue le cadre symbolique (voir début du commentaire) dans lequel s’inscrit le livre :


Femmes Handicapées : La vie devant elles avec le parrainage de Simone Veil coordonné par Maudy Piot. Editions L’Harmatthan 2006


Ce livre relate le forum FDFA (Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir) qui s’est dans la mairie du 13ème à Paris le 16 novembre 2005.


Sur le podium Anne Hidalgo, première adjointe du maire de Paris, Serge Blisko, maire du 13ème , Maudy Piot, présidente de l’association FDPA, Philippe Miet animateur de la matinée. Puis vont se succéder pour intervenir, chacune du lieu de leur engagement de citoyen, Marie-Louise Briard, Simone Veil, Colette Foulon, Geneviève Lang, Ségolène Royal Michelle Perrot, Garance Upham et pour la synthèse de la journée : Françoise Madray-Lesigne et puis enfin Patrick Gohet, ancien directeur général de l‘UNAPEI


Vont aussi intervenir du lieu de leur différence et de leur citoyenneté chèrement gagnée : Eugénie, Delphine, Marine, Danièle, Karine, Liliane, Dinah, Brigitte, Roxane, Hélène.


I. « Femmes pour le dire » :


Ce qu’elles disent toutes, handicapées ou non : l’égalité à inventer dans le fil des jours et des handicaps, ce qu’elles disent c’est leur vécu, le désir de partager leurs souffrances mais aussi leurs victoires sur la douleur ou la maladie, ce qu’elles disent c’est leurs  recherches et leurs engagements citoyens, leur souvenir d’humiliations aussi, c’est leur désir de progresser dans cette invalidité qu’est être femme, trop souvent définie comme un « homme manqué » (combien j’ai aimé les dires de la si intelligente Michelle Perrot qui toujours du lieu de l’histoire raconte les femmes), elles disent leur sexualité et leur désir de mère si tabou dans la société, elles disent leur relation au travail, elles disent leurs  luttes par le savoir et par leur engagement quotidien d’assumer et de faire reconnaître leur différence, inventant l’égalité si nécessaire pour se vivre femme et humaine,

Elles disent l’aménagement de leur vie dans le progrès de la technique et par le soutien de leurs proches. Elles disent la solidarité entre recherches scientifiques et affection, amitiés, sororité de leur environnement. Elles disent la citoyenneté à conquérir par les lois et par les regards. Elles disent enfin et surtout le possible d’être femme aimée, aimante, cherchante, tâtonnante, fragile, vulnérable mais si triomphante de leur identité forgée par la parole de tous quand le symbolique crée l’égalité dans ses intervalles de différences !


Bravo à ce dire qui triomphe de tant de lieux de communs, de tant de maladresses du cœur ; parfois de tant d’insensibilité et de regards qui poignardent l’être peut-être malade mais si vivant de féminitude, de chair et de  mots.


Des femmes pour dire NON ! à ceux qui les stigmatisent, des femmes pour dire OUI au possible d’être femmes différentes les unes des autres, mais portant leurs paroles qui inventent leurs actions de citoyennes, avec courage, avec détermination. Ensemble et solidaires.



II. « Femmes pour agir »


Elles agissent pour inventer leur vie devant elles : elles lisent et commentent les lois, elles vont travailler, elles enfantent, elles imposent le respect et luttent dans le fil de leurs actes, au jour le jour, pour changer l’image du handicap, qu’elles soient chercheuses ou porteuses de handicap, elles interpellent les pouvoirs publics et les représentants d’une société souvent trop défaillante à les entendre et à les reconnaître égales de tous et citoyennes, elles posent la réalité difficile du handicap et cherchent des solutions politiques, car le handicap c’est bien plus une histoire politique qu’une histoire de compassion qui diminue l’autre. Elles luttent par leurs mots vigilants pour défendre leur insertion, certes dans l’emploi mais aussi dans la cité et dans le culturel. Elles luttent certes pour l’accessibilité de leur corps mais aussi de leur âme et de leur intelligence, de leurs mots enfin.


Je finirai en transmettant  les idées de Maudy Piot qui dit parfaitement le Dire et l’Agir de ces femmes au travail de leur différence, de leur égalité et de leur citoyenneté et comment ne pas penser à Hannah Arendt, Françoise Collin et tant d’autres encore  dont nous dans le présent de notre détermination à nous inventer femmes...


Certes les lois et les décrets sont importants mais ils ne doivent pas faire perdre de vue l’essentiel : ce qui est premier c’est que les personnes porteuses de handicap sont avant tout des citoyens à part entière, des hommes ou des femmes dont l’égalité doit être reconnue malgré la différence et dont la parole doit être entendue. Ce sont des hommes et des femmes de « dire et d’agir. ». Mais « « dire et agir » c’est particulièrement difficile pour les femmes. C’est une histoire de siècles, de préjugés et d’enfermement à  remonter, alors quittons-nous si voulez bien sur l’immense travail de l’association


« Femmes pour le dire, femmes pour agir. ».





Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans femmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche