Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 22:20

Femmes sous emprise

Marie-France Hirigoyen

Les ressorts de la violence dans le couple

Oh ! éditions 2005

Un livre fort  qui dit les coups et les blessures de l’âme et du corps. Quand la violence se fait cyclique, quand la violence perverse détruit l’autre insidieusement ou non dans le fil du temps, quand elle s’infiltre par le déni, quand elle brise l’autre, si souvent la femme,  par l’emprise, par une maltraitance subtile ou terrible et ce dans tous les milieux sociaux, quand elle isole, quand elle agresse, quand elle dévalorise, quand elle trace l’intolérable. Quand fragilisée par une histoire infantile douloureuse, la femme devient la proie de son partenaire pervers, Docteur Hyde et Jekyll. Impossible départ de la femme traumatisée, séduite, toujours prête à pardonner, toujours prête à oublier les traumatismes, toujours dans la peur de l’abandon.

La violence des femmes sur les hommes mais le plus souvent des hommes sur les femmes. Une histoire horrifique de domination et de pouvoir sur l’autre –jusqu’à la mort - . Terrible défense de l’oppresseur, du dominateur : le déni. « Je n’ai rien fait, je ne sais pas de quoi tu parles. Te dire pardon de quoi ? » Et ça recommence dans le cycle blanc des jours sombres et pesants. Abus sexuels. Abus du corps. Abus de l’âme encore plus pervers car « sans preuve ». Seule la douleur de la femme humiliée sera sa preuve. Pervers, borderlines, déresponsabilisation, échec vécu comme atteinte personnelle. Faire payer son échec à l’autre jusqu’aux larmes, jusqu’à la détresse, jusqu’à la folie. Quand la fusion se fait blessure, quand l’amour se fait possession, quand l’union se fait destruction. Se taire et pleurer. Hurler.

« Inaccessibles à la culpabilité, ils n’éprouvent aucun remords, et ne se remettent pas en cause ». Tandis que la partenaire interroge sa pauvre culpabilité en miettes aspirée par le gouffre de sa solitude. Et si c’était moi la mauvaise, la persécutrice, la collante ? Si c’était moi qui provoquait rage et colère, irritabilité et haine ? L’autre explose, l’autre agresse, l’autre dénie. La partenaire se recroqueville dans sa solitude et se tait. Elle a peur en silence et ne peut le dire. Elle culpabilise sous l’emprise  d’une emprise mortifère.

Aider les femmes à se repérer là-dedans, les sortir de leur solitude, les écouter, parler avec elle de leurs angoisses et de leur douleur, les inciter à parler. Parler c’est déjà agir dit une affiche bleue dans les salles d’attente de médecins. Parole. Acte. Réponse judiciaire. Importance de la prévention.

Marie-France Hirigoyen tire le signal d’alarme d’un train plein de femmes en souffrances. Rompre l’engrenage de la violence dans le couple.

Ce livre intelligent et poignant est à lire particulièrement par les médecins et travailleurs dans le social. Déchirant

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Empan
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche