Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 19:13

Sous la direction de

Pierre Tap et Maria de Lourdes Vasconcelos

Précarité

Et vulnérabilité

Psychologique

Comparaisons

franco-portugaises

Erès 2004

 

Première partie,

Histoire, contexte et notions

 

Chapitre 1

Conduites et stratégies personnelles

Face aux changements socio-économiques

Pierre Tap et Maria de Lourdes Vasconcelos

 

La question posée dans ce chapitre est de savoir comment le sujet vit une situation de précarité. Certes nous disent-ils d’emblée l’individu est un être social mais il est aussi un être de conduites individuelles et subjectives. C’est ce rapport entre social et subjectif face à la précarité qui est posé.

Le postulat refusé est celui selon lequel une précarité économique entraînerait automatiquement des troubles psychologiques.

 

Le livre est constitué de deux parties :

 

-    une partie théorique

une enquête

 

Propos sur la personne en situation difficile :

 

Cette partie pose le difficile paradoxe que constitue le destin des hommes et de leurs institutions chargé du meilleur et du pire, d’amour mais aussi de haine, de sublimation mais aussi de destruction faisant de chaque être humain un être de vulnérabilité, de passage, entre durabilité et éphémère. Le but de l’ouvrage sera d’étudier les conséquences de la précarité sur les conduites individuelles. Une telle démarche suppose de donner sens aux évènements de vie de chacun, du potentiel d’échange entre tous et institutions : ce qui se donne, ce qui se reçoit dans la quête d’une identité personnelle de continuité et de cohérence, dans la quête d’une reconnaissance sociale avec un sentiment d’appartenance à un groupe et de possibles identifications positives à autrui.

 

L’accès à l’identité passerait disent les auteurs par la notion de pouvoir et empowerment, notion définit selon deux modalités : interne et externe.

 

Pouvoir et empowerment  (accès au pouvoir) dans la vie quotidienne.

 

L’empowerment est soit une façon de donner du pouvoir soit une façon de le conquérir par le conflit dans une tension de réalisation de soi par l’actualisation d’un projet.

L’empowerment a été surtout étudié dans les situations de travail mais les auteurs élargissent cette notion avec les notions suivantes :

 

La capacité et l’incapacité juridiques

Les processus psychologiques

Le déplacement du pouvoir 

 

Ces points sont analysés dans les situations de travail.

 

Les stratégies de personnalisation :

 

Les auteurs définissent la personnalisation comme un processus qui visent à la fois à la construction de la personnalité dans une dimension de permanence mais à la fois dans une possible remise en question.

 

Les stratégies identitaires selon les auteurs sont à la fois présentes  et actuelles mais aussi passées avec l’indice d’une demande de reconnaissance.


Les auteurs distinguent quatre groupes de stratégies identitaires :


1Identisation

L’individu va se construire son identité dans une stratégie d’un passé à défendre, d’une permanence à maintenir : maintenir et défendre la continuité de son être dans l’affirmation et la valorisation d’être soi-même mais aussi dans une aspiration à des changements personnels c’est à dire dans la mise en place de ce que les auteurs nomment « identisation ».

L’identisation est définie comme la gestion du difficile paradoxe si humain d’être dans la continuité de soi-même (identité) et le constat de la nécessité de se transformer.


2) Les stratégies d’intégration et de positionnement sociaux consistent à trouver ou à inventer une solution pour résoudre une crise ou un conflit c’est à dire pouvoir être semblable à l’entourage mais pouvoir parfois s’opposer, affronter le conflit pour rester soi en tant que personne ((référence à Wallon)


3) Les stratégies de coping

contrôler la situation présente et son stress, faire face à partir du passé et de l’auto-évaluation mais surtout à partir du sens donné par le sujet à la situation à vivre.


4)Les stratégies de projet

qui permettent au sujet d’anticiper les difficultés et de les résoudre et cela repose sur le désir de réorganiser, de transformer une situation identitaire


L’inter structuration des personnes et des institutions


L’exemple pris est la formation continue des adultes.


La relance

Une formation advient souvent pour relancer une crise identitaire qui fait trace de rupture. La formation vient là pour sortir d’une crise aliénante pour le sujet.


La transition et la mutation

Entrer en formation est souvent une forme de transition entre une période de permanence identitaire et sa remise en question, entre ce que la personne est et ce qu’elle veut devenir


Le contrôle

S’organiser suppose le contrôle de la situation, articulation du passé et du présent, le contrôle de ses émotions, de ses anxiétés, de ses idées, de ses actes, de ses paroles.


Stratégies personnelles en situation conflictuelle


stratégie d’ancrage et de persévérance dans son être

stratégie de mobilisation  dans l’obsession du but à atteindre

stratégie de transition : attente d’une réalisation incertaine (Pénélope)

stratégie d’errance ou de nomade (Ulysse) : Indécision intérieure, ballottage dans les évènements de la vie.


Conclusion :

Les auteurs notent combien la précarité socio-économique associée ou non au chômage, repose la question des sources de valorisation ou de dévalorisation personnelle et surtout articule la crise identitaire avec ces différents processus pour la vivre et la résoudre.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche