Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 18:45

 Amanda Devi est originaire de l’île Maurice

 

Photo : elle a les cheveux longs, un sourire mélancolique. Elle est belle est intelligente.

 

Entretien réalisé par Sami Tchak.

Sami Tchak est né au Congo mais vit en France depuis longtemps. Il est sociologue et romancier. Il a publié 4 essais et 6 romans. (Surfez sur Google).

 

Mi Tchak

 

Fait remarquer à Amandi Davi  que les héroïnes de ses romans :

Rue de la poudrière, Le Voile de Draupadi, L’Arbre fouet etc. expriment un chant de douleur dont les femmes sont les notes.

Comme cette métaphore est belle ! Comme j’aime la littérature quand elle transpose nos chagrins dans du beau.

 

Amandi Davi

 

Trouve aussi cette dernière métaphore très belle mais elle dit aussi que derrière chaque femme « en chagrin » (expression de moi) se trouve aussi une guerrière.

Douleur et résistance est son véritable chant.

 

Sami Tchak

 

Il insiste sur la poésie sensuelle des textes de Amandi Davi.

 

Amandi Davi

 

Elle reconnaît cette urgence de beauté pour porter la détresse : une urgence du ventre dans une gourmandise de la bouche dit-elle. La poésie nous retient dit-elle sur le fil du dire et empêche de basculer dans l’horreur

 

Sami Tchak

 

Il souligne combien la plume d’Amanda Davi trempe  dans l’exclusion, dans les espoirs brisés, dans la folie, dans la résignation des femmes ; il dit aussi d’Amanda Davi qu’elle est tout à la fois douce et révoltée.

 

  Amanda Davi

 

 

Elle dit que son vrai visage c’est la rage à dire de ses livres, elle dit que ses personnages ne sont pas manichéens, qu’ils sont responsables de leur vie et que même si le poids de la société pèse sur leurs épaules elles ne se considèrent pas comme des femmes victimes. Sa douceur, à elle Amanda Davi vient du langage mais elle souhaite que son écriture soit forte, intense, pleine de la blessure de ses héroïnes et de leur course vers le mur de leur vie.

 

Sami Tchak qui émane de sa part indienne.

 

Il fait remarquer les deux lieux d’écriture de Amanda Davi : l’île Maurice et New Delhi, il note un face à face sublime entre elle et ses personnages.

 

Amanda Davi

 

Elle dit sa profonde désorientation dans ces deux lieux qui écrivent sa vie et son être et parle d’une sorte de traversée du miroir. L’univers fictionnel indien l’a aidée à se retrouver.

 

Sami Tchak :

 

Il cite ses œuvres indiennes : Indian Tango et Long désir dans lesquelles elle dit son intime conviction de l’écriture.

 

Amanda Davi

 

Elle dit que son écriture est à la fois épanchement de l’être et matière, elle dit qu’elle peut à la fois brasser les ténèbres et se sentir bien et le mystère de l’écriture c’est en fait le mystère de l’être en proie aux ténèbres.

Elle souligne que tous ses livres traitent  des rapports sexuels entre humains et elle insiste pour dire que chacun est responsable de ses rapports.

Elle dit aussi comment elle s’est toujours sentie divisée entre l’écrivaine et la femme quotidienne. Je connais ce schisme, cette faille qui engloutit mon imaginaire et ma blessure. Comme elle.

 

Comme Amanda  Davi, je connais, l’intime conviction de l’écriture et le mystère de la sublimation par la littérature : quand je lis, quand j’écris.

Amanda Davi, je prendrai le temps de vous lire et « de vous écrire "  MJC

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans femmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche