Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 18:40

Cultures sud

L’engagement au féminin (3)

Notre librairie.

Revue des littératures d’Afrique, des Caraïbes et de l’océan indien.

N°172 Janvier mars 2009

 

L’exil au féminin

Entretien avec Gisèle Pineau

 

Photo de Gisèle Pineau :

Il apparaît qu’elle est guadeloupéenne. Cheveux mi-longs en abandon sur les épaules, regard en amandes, longue bouche mutine. Née à Paris en 1956. Allez vite lui rendre visite sur Wikipédia. Elle est belle et intelligente.

 

Elle a grandi dans un monde raciste. Elle l’a connu la solitude de la différence mais écrire l’a consolée, lui a redonnée l’espoir et la force de survivre.

 

La rédaction l’interroge tout d’abord sur son livre co-signé avec Marie Abraham Femmes des Antilles, Traces et voix (Paris Stock 1998) publié 150 ans après l’abolition de l’esclavage. C’est un livre d’histoire et de récits de femmes lui fait remarquer la rédaction. Pourquoi cette mise en regard ?

 

Gisèle pineau répond que pour la plupart d’entre elles viennent de l’esclavage. Elle a interviewé des centaines de femmes créoles et simultanément elle a lu des livres d’histoire puis Marie-Abraham a replacé les femmes dans l’histoire : Savane africaine, enfer de l’habitation, captiveries, marronnages, article du Code noir. Bref Marie Abraham plante le décor nous dit-elle ; Quant à elle, elle explore les souffrances de chacune, leurs souffrances mais aussi leur combat et leur résistance.

 

La rédaction lui demande : les rapports de violences Hommes/Femmes,

Elle répond que son engagement s’inscrit dans cette dénonciation là et aussi du sort des enfants tellement en souffrance. Une abomination.

 

La rédaction l’interroge sur ses lieux d’écriture : Guadeloupe et Paris

Elle répond peu importe le lieu et cite Maryse Condé, Suzanne Dracieus, Marie Cécile Agnant. Elle se définit dans sa permanence de femme quel que soit son lieu d’écriture, sous les Tropiques ou à Paris.

 

Ses thèmes essentiels : la filiation brisée, culture, migration, racisme.

Son objectif est de décrire l’exil de ces femmes. Il y a là un tel silence à lever…

 

Ses premiers romans ont été édités en 1990, Un papillon dans la cité, la grande drive des esprits, l’exil selon Julia, l’espérance Macadam.

 

Quel programme ! Quel retard ai-je là ? Mais dans le retard de lire se loge le désir de la lecture quand elle se fait connaissances des cultures alors quel bonheur que ce retard là…

 

Je lis, tu lis, il ou elle lit, nous lisons, vous lisez, ils ou elles lisent Gisèle Pineau ! MJC

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans femmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche