Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 22:10

Je me souviens du temps où j’étais petit garçon. Je me souviens des longs cheveux roux de ma mère, de la douceur de ses caresses, je me souviens de la voix chaude et vibrante de mon père. Je me souviens de mon école et de la petite Nicole, frappée de poliomyélite. Elle était si belle dans sa robe rose, ses cheveux noués dans un ruban de velours, je me souviens de mes camarades, des premiers coups de poings donnés et des premiers reçus, je me souviens de l’épicerie, des carrés de réglisses, des sucettes mentholées et des roudoudoux  juteux. Je me souviens de mes premières vacances au bord de la mère et je me souviens de notre première excursion, de l’odeur confinée du car dans lequel il faisait trop chaud. Je me souviens de ma première rage de dents et de ma première maladie. Je me souviens de promenades dans les landes, des premiers couchers de soleil irisés, d’aubes claires et de crépuscules bleutés. Je me souviens de toi quand tu m’apparus pour la première fois. C’était ton premier bal, c’était ma première valse. Je me souviens de notre première étreinte, de tes seins neigeux et de ton ventre moelleux puis arrondi. Je me souviens de notre première née et des trois autres qui suivirent. Je me souviens de notre maison fleurie et des roses du jardin. Je me souviens de tes soupes chaudes et de tes omelettes sucrées. Je me souviens de ta longue maladie douloureuse puis de ta guérison. Je me souviens de nos parties de campagne. Je me souviens de ma vie de travail, des camarades et du syndicat. Je me souviens des longues heures passées à l’atelier. Je me souviens de nos luttes, de nos grèves, de nos défaites. Je me souviens de la mort de Jojo et de la peine de Lulu. Je me souviens de mon coeur trop souvent endeuillé mais si souvent émerveillé de lune. Je me souviens des deux guerres et des deux paix. Je me souviens de ta tendresse et  de tes cheveux blancs. Je me souviens de nos discordes et de nos retrouvailles. Je me souviens de nos silences et de nos morts passagères, je me souviens de nos regards douloureux, de nos regard chavirés, de nos regards paisibles. Je me souviens d’odeur d’éther, d’odeur de blés séchés, d’odeurs de ragoûts. Je me souviens de teintes sombres et d’étendues immaculées. Je me souviens d’escaliers trop durs à monter, de mes certitudes et de mes renoncements, de mes choix, de mes abandons. Je me souviens de mon premier tablier d’école. J’ai 80 ans. MJC


PS Ce texte est un plagia par anticipation (Passage de la valse des Narcisses. Texte inédit de Marie-José Colet 1982)

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Adelphité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche