Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 21:24

Cent mots pour les bébés d’aujourd’hui  (1)

(Réunis par patrick Ben Soussan)

Erès 2009. 361 pages)

 

Tomber

(Ode pour les mères empêchées)

Texte de Sarah Rayr- Salomonowicz

 

Je lis. Je relis ce texte de toute beauté qui dit de la naissance le trou originel, qui dit la mère empêchée dans son amour par une antériorité trop douloureuse, qui dit la mère qui ne peut accueillir son enfant dans ce lien d’amour si précieux à l’enfant pour grandir comme pour être, qui dit le malentendu qui s’instaure entre le bébé et sa maman douloureuse qui ne peut s’appuyer sur son enfant pour retrouver la vie qu’une souffrance lui a volée, qui dit l’enfant qui ne parvient pas à faire sourire sa mère, qui dit son impossible mouvement vers elle, empêché qu’il est de l’empêchement de sa mère, qui dit sa férocité à exister malgré…

 

Mais soudain l’espoir.

La maman du lieu de son malheur sait dire à l’enfant : « tourne-toi ailleurs, que vers moi la mère douleur, et aime ailleurs, vit leur passion de toi, vit ta passion d’eux car vivre c’est aimer, donner et recevoir. Moi, la maman empêchée, je ne le peux, alourdie par mes peines, mais les autres le peuvent. Invente ton sillon dans le leur.

 

L’espoir continue parce que l’enfant grandit et qu’il sait du plus profond son être que ni sa mère ni lui ne sont coupables de tant de chagrin, parce qu’il sait du plus profond de son être que ni sa mère ni lui ne sont coupables du malentendu, parce qu’il sait du plus profond de son être que ni si sa mère ni lui ne sont coupables de la disparition de l’être si cher, parce qu’il est convaincu du plus profond de son être que sa mère et lui ont tissé avec amour du presque possible autour de ce trou si originel

 

Un texte qui dit le désespoir de tomber un jour par naissance, un jour par mort mais entre l’une et l’autre, entre la chute de l’enfant et celle de la mère, entre l’enfant et les autres, s’est joué au-delà de l’empêchement de l’humain  du peut-être lien, du peut-être amour. Entre ce peut-être du lien et de l’amour s’invente obstinément le possible de l’humain et de sa parole.

 

Ce texte, je l’ai lu du lieu de ma mère empêchée, je l’ai lue du lieu de mon enfance meurtrie, je l’ai lu du possible retrouvé avec les autres, avec tant d’autres vers qui ma mère à su me pousser.

 

 

A ma mère, à eux ces autres si précieux je dis merci.

 

 

A Sarah Rayr-Salomonowicz, je dis merci pour son texte si beau, si intense, pour ces souvenirs auxquels elle a su redonner sens, du  même coup redonnant sens aux miens dans l’amour retrouvé pour ma mère empêchée. MJC

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Force et vulnérabilité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche