Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 17:15

Puis, Clara avait  écouté, à nouveau,  la cassette de Flora, celle où elle lisait Buber. Flora disait la force des générations et de la communauté qui faisait l’antériorité du destin du juif. Elle lisait, insistant sur cette force d’intériorité de la communauté dans laquelle venait s’inscrire chaque destin individuel juif. A l’écouter, Clara mesurait l’horreur des camps qui avait détruit cette communauté et qui l’avait ainsi privée de toute antériorité, du lieu de son inscription initiale et qui de ce fait l’ont pulvérisée en atomes indistincts. Flora ne pouvait être que définitivement anti institutionnelle - des institutions d’une communauté qui n’était pas sienne. -Anti institutionnelle- sa faiblesse et sa richesse. Anti institutionnelle, quelque chose que Flora avait transmis à Clara. Du mal-être dans les groupes. Un impossible nombril existentiel parce que le cordon n’était rattaché à nulle part. Hitler leur avait volé leur inscription, leur antériorité et à Clara, plus qu’à Flora encore. Flora avait connu une enfance juive, Clara, elle, en restait béante. Clara lisait pour combler cette béance culturelle. Elle lisait du japonais et du juif, du français et de l’anglais, du russe et de l’américain, de l’espagnol et du chilien, de l’africain parfois aussi. Clara lisait de l’universel. L’universel était son antériorité.

 

L’orage grondait. Il pleuvait. La lumière était douce. Elisabeth allait mieux.

 

Clara reprenait les réflexions de Flora sur BUBER.

 

Flora insistait sur l’élan créateur juif et sur la joie juive qui reposait sur la recherche de l’unité à partir de la division du moi. Clara avait alors pensé que Freud était bien juif et qu’alors son engagement dans la psychanalyse, était sa façon à elle d’être juive. Mais pourquoi Flora, étais-elle si hostile à la psychanalyse, s’interrogeait Clara ? Quel était son temps existentiel ?  Puis Clara avait écouté la suite. C’était réellement impressionnant. Flora leur parlait à elles, Sylvie Clara. C’était leur héritage spirituel : « la joie juive » et l’idée de Dieu ; entre chaque passage Flora disait : « STOP ! » Cela scandait les jours de sa lecture. 

 

Soudain Clara se sentit « femme d’un certain âge », elle devenait triste, triste. Les larmes coulèrent sur ses joues que Flora avait tant embrassées.


Passage de La femme en retard Marie-José Colet Editions La Brochure. 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans La Shoah
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche