Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 21:39

Nous regardons ensemble la carte de l’atelier. L’atelier est un temps mais il est aussi un espace. Maintenant on résume, maintenant on va faire un voyage autour d’un mot ; ça ils aiment. Je prends un mot, je le choisis ce mot qui reflète l’instant présent du groupe, je l’écris au tableau et on associe librement autour. On écrit plein d’autres mots autour de ce noyau, de cette graine. On fait germer. On parle, souvent on rit car c’est ludique de chercher tous ensemble.  On écrit des phrases et c’est gagné. On a un texte commun ! On est ensemble, on a gagné sur le terrifiant « je ne sais pas » ...terrifiant et mortifère d’immobilité. Le risque des mots écrits c’est leur immobilité quand le sens est épinglé comme un papillon de collectionneur. Il ne faut pas collectionner les mots. En atelier, on les lit, on les nomme mais nous les mettons en mouvement avec d’autres. C’est cela on lit comme on marche, on écrit comme on nage. le risque c’est de se rencontrer soi, tout seul mais se rencontrer avec d’autres c’est créateur. Nous nous impulsons mutuellement. En principe, parce que certains lundi matin, c’est dur. Je rencontre des regards vides, des corps pesants. Absence. Alors, je ris et je demande à chacun, ce qu’il a fait ce dimanche, hier. Et puis, je rappelle que nous sommes lundi et qu’il nous faut « travailler ». La notion de travail est très importante. Travailler les lettres, travailler les phrases. Lire est un travail. Ecrire aussi. Quand je sens trop de lourdeur, je dis « Allez ! on va faire une dictée. » Ils aiment tous les dictées. Au début, je ne comprenais pas pourquoi. Moi, je n’aimais pas trop ; cela m’évoquait des situations scolaires infantiles et infantilisantes. Mais ils m’ont entraînée dans leur passion. La dictée c’est comme un col à franchir. Il y a de l’effort à fournir mais le paysage est si beau ! Quand on corrige, les difficultés sont vaincues. J’explique le pourquoi de l’orthographe, je donne des explications sur les accords, j’associe sur des idées qui me viennent comme ça. En fait quand je corrige les dictées, je leur parle beaucoup, avec conviction, presque avec passion car je découvre en même temps qu’eux le paysage complexe de la langue française. Je parle, je communique, ils me posent des questions et nous y mettons tous notre âme à comprendre, à faire comprendre et c’est ce qu’ils aiment dans les dictées je crois. Nous cherchons, nous recherchons.

 

Ce qui me paraît important dans les ateliers de lecture, dans leur rythme soutenu c’est le refus de leur passivité devant les mots. Lire, parler, écrire, recommencer  c’est sans cesse être actif. Ne plus subir le terrible poids  d’une langue qu’on ne comprend pas ou qu’on ne parvient pas à saisir, à écrire, à lire.

 

Quand on ne sait pas lire, on va doucement, on traîne des lettres, c’est terriblement pesant à vivre. Moi-même, j’ai du mal à écouter « mal lire. » J’ai parfois tendance à passer au stagiaire suivant trop vite. C’est eux qui m’ont appris à ralentir moi aussi, à attendre. J’ai remarqué qu’ils ont entre eux un grand respect pour ceux « qui ne savent pas ». Un respect et une grande patience. Ils ont tendance à se corriger mutuellement avec une grande gentillesse. Pas toujours bien sûr. Parfois naissent des conflits difficiles à gérer. Mais ces conflits ne viennent généralement pas des différences de « niveaux ». Ils viennent d’ailleurs. Un mot trop vite dit, un chahut mal supporté, des différences d’âge et donc de comportements mal tolérées. Les groupes sont hétérogènes tant du niveau des âges que de la pluralité des cultures. Cela me rend difficile le choix des textes et il m’est difficile aussi de soutenir l’attention de tous sur un même texte. Parfois, j’en suis fatiguée, irritable et presque découragée. Le ton de ma voix monte, mon intolérance aussi. Je trouve alors mon métier très dur. Mais un regard dans le mien, une jolie question posée, une dictée racontée et je repars. Nous repartons.

 

Extrait de Madame, je veux apprendre à lire ! Marie-josé Colet Erès 2008

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche