Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 00:17

Lecture croisée

Votre voisin n’a pas de papiers

Paroles d’étrangers

La fabrique éditions

Cimade

J’ai eu quinze ans

En Tarn-et-Garonne

2008-1808

Petites histoires pour 15-115 ans

Jean-Paul Damaggio

Editions La Brochure

Le temps glisse limpide, remontant le cours des années de 2008 à  1808. Dans son exploration singulière suivons Jean-Paul qui épingle les mots de ses témoins comme autant de papillons en plein vols  de leur 15 ans tour à tour énigmatique, poétique, humoristique, politique toujours vivants entre journalisme et exploitation agricole, entre collège et maison des ancêtres.

J’ai beaucoup aimé ce livre qui raconte la vie quand elle prend racine dans un département verdoyant, révolutionnaire, libre de ses luttes clamées par des hommes et des femmes riches d’eux-mêmes.

                  « Demain, il fera peuple

                  Demain, il fera jour

                  Demain , il fera liberté

                  Demain, il fera poésie.

                  Demain, il fera chance »

Epelant leurs demains à tous, Jean-Paul explore le passé de chacun à travers le département. Son livre est habité de visages humbles, de mots discrets mais lumineux  prononcés par des jeunes et moins jeunes, travailleurs ou non, hommes ou femmes du temps présent mais aussi plus lointain. Nos ancêtres parlent à moins que ce ne soit nos enfants ou nos compagnons de route. Ils sont tous là, l’ébéniste, le manifestant, l’énigmatique, l’oublié, l’anonyme et d’autres encore qui revivent  sous le clavier érudit de Jean-Paul Damaggio. Ils ont eu quinze ans  et nous les racontent dans les contours des pages et de leurs phrases souvent surprenantes, si pleine de sève. Tous disent l’espoir de la vie qui se dit, quand ceux qu’on nomme « les petits » parlent dans le temps de leur souffle heureux. Comme il doit être bon d’être né quelque part sous un ciel qui appartient à ceux qui labourent une terre juste en dessous, depuis toujours, à ceux qui poussent la porte de l’usine, à ceux qui accomplissent leurs tâches quotidiennes dans le droit fil de leur histoire non brisée et de leurs convictions humanistes.

 

Je lis ce livre et « il fait sourire .»

 J’aime ce Tarn-et- Garonne là si généreux, si vivant, si poétique, si plein d’humanité. Chemin lisant, tournant les pages moi, la sans racines, je m’interroge : et si j’étais de ce Tarn-et- Garonne là ? Si ces ancêtres étaient les miens ? Si mes quinze ans se projetaient dans les leurs ? Oui, « demain sera mon arbre »

Dans l’impossible transition, « demain sera pleurs et exil »

J’ai lu douloureusement ce très beau livre de la Cimade. Mon voisin est sans papiers . Ils ne s’appellent plus comme dans le livre de Jean-Paul Damaggio, Emilie, Adrien ou Victoire. Ils s’appellent Malika, Brahim ou Djamila. Ils sont Chiliens, Kabyles ou Somaliens. Ils sont tous sans papiers et sans travail, ils errent de préfecture en préfecture, le regard épuisé d’attentes et de tristesse attendant le droit d’être dignes et de travailler, le droit pour les femmes de ne plus subir un trop plein de violences de l’Histoire ou de leurs compagnons.

En lisant le livre de Jean-Paul Damaggio mon coeur battait d’espoir en l’humanité. En lisant le livre de la Cimade mon coeur n’était que chagrin et oppression pour ces êtres sans défenses contre le harcèlement des lois, contre l’inhumain. Ils n’ont jamais le bon papier, la bonne justification, le bon salaire, la bonne adresse. Ils n’ont plus le droit ni au travail ni aux loisirs. Les hommes du livre de Jean-Paul ont des racines, ceux de la Cimade ont perdu les leurs, ont perdu leur ciel, ont perdu les liens avec leurs êtres chers. La mère va mourir, le père est loin mais ils ne peuvent les rejoindre. Autant de séparations terribles dans lesquelles se jouent à l’infini la séparation, le deuil, la pauvreté. Le temps les pulvérisent, les lois les anéantissent.2008-2003-1998-l’après-guerre. Je réinvente leur chemin jalonné de lois et de décrets, ils avancent « la valise au-dessus de la tête. « Demain, il fera expulsion » « demain, il fera regard indifférent au scandale de l’injustice. »

Alors, je convoque mes amis Tarn-et-Garonnais, je les glisse sur chacune des touches de mon clavier.

Alors, « demain sera un monde plus juste », un monde victorieux ou ceux qui ont un ciel partageront le leur avec ceux qui n’en ont plus pour cause de guerres et de persécutions et

« Demain,  sera humain. »

Lire, sans plus attendre ces deux livres complémentaires et combattre pour un monde plus humain.

Marie-José Colet

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Mon noyau de nuit et de lumière
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche