Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 08:21

Dans le silence qui s’avance, je chercherai. ce qui de la lecture fait lien et démocratie, je chercherai dans mes livres et dans ceux de tous une transmission possible de ce monde difficile, de ce monde toujours en guerre. Des guerres, je ne sais que faire. De mes livres, je sais leurs possibles pensées, de mon coeur caressé par les rimes du savoir, je sais le possible de ma vie. Depuis toujours, j’ai lu, depuis toujours j’ai fait ce que j’ai pu.

 Comme une fourmi myope, je creuse les tunnels de mes lectures et j’invente, comme ça, au jour le jour le partage des miennes et des vôtres.

Dans le silence qui s’avance, j’égrène ma solitude mais je vous sais tous là mes amis, cherchant avec moi ce qui de ce monde est possible. Inventons nos possibles avec les titres de nos livres, tournons ensemble les pages, et dans un même élan travaillons. Ensemble, nous vaincrons la pensée commune quand elle se fait méchante et raciste, sectaire et violente.

Empruntons nos chemins de courage et résistons à l’absurde de la pensée dominante ; par nos livres faisons la reculer.

Dans le silence qui s’avance, je chercherai comment lutter contre ce qui fait tant souffrir les personnes en situation d’illettrisme, qui les excluent de la société mais surtout d’eux-mêmes et de leur dignité. Je chercherai avec mes livres, avec les vôtres, j’écrirai sur mes cahiers à lignes, je saisirai notre savoir commun sur mon ordinateur, j’écrirai dans mon blog sans relâche, j’irais à des conférences à Toulouse et ailleurs, j’arpenterai à grand pas le savoir

Travailler sans relâche sera mon devoir de femme comme il l’a toujours été.

 

Dans le silence qui s’avance, je serai femme parmi toutes les femmes. Nos droits je défendrai, nos droits, j’écrirai, nos droits je rappellerai, nos droits je clamerai. J’écouterai comme je dirai nos paroles de femmes, complices, amies, chercheuses. Le savoir a besoin de femmes. 

Femmes quand elle aiment,

femmes quant elles travaillent,

femmes quand elles lisent,

femmes quand elles interrogent,

femmes quand elles nourrissent,

femmes quand elles pleurent.

 Les larmes des femmes sont l’espoir de la  tendresse

Dans le silence qui s’avance, épuisée de moi-même, je fermerai mes livres et je mourrai. Je rejoindrais celles que j’aimais tant, ma soeur, mon amie, qui m’ont quittée, laissant mon carnet d’adresses définitivement esseulé.

Deux adresses comme ça

Deux adresses perdues dans ma mémoire

Deux adresses sur un grimoire

Deux adresses sans espoir

Deux adresses pour un soir

Deux adresses pour ce soir

Deux adresses ni blanche ni noire

Deux adresses inutiles

Deux adresses parmi mille

Deux adresses, des larmes sur mes cils

Deux adresses dans le temps qui file

Deux adresses sur mon île

Deux adresses sur un fil

Deux adresses sur le Nil

Deux adresses de silence

Deux adresses d’absence

Deux adresses qui me lancent

Deux adresses qui balancent

Deux adresses immenses

Deux adresses carences

Deux adresses qui dansent

Rime rompue.

Quand cette rime s’est rompue

grâce  aux miens et à mes proches amis

grâce à mes livres j’ai survécu.

Les livres inventent le temps

Celui de l’éternité qui abritent nos disparus.

Proust parlent de littérature et de cimetière

Jeanne Benameur dit que savoir lire

permet de lire sur les tombes.

Lire c’est vivre et mourir.

Lire c’est inventer des soleils dans sa nuit

Lire c’est essuyer ses larmes

parce qu’un autre à vous se confie

parce qu’un autre vous console

parce qu’un autre par ses mots

invente notre intelligence

Lire c’est continuer d’aimer

de la terre se parer.

des astres s’entourer

Lire c’est frôler sa solitude

sans jamais l’atteindre

c’est laisser bousculer

son existence par un autre.

Lire c’est faire jaillir de soi

une lumière brisée

une lumière irisée

qui de l’âme trace l’arc-en-ciel

faisant tinter le cristal des mots

Dans le silence qui s’avance

dans une lente mouvance

le temps venu de m’en aller

je me reposerai de mes livres

de mes pages et de mon tunnel

et enfin je reposerai dans mon silence.

Marie-José Colet

Le 7 avril 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Mon noyau de nuit et de lumière
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche