Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 08:24

Cadeau !


Un livre de Jacques Hassoun


Les Contrebandiers de la mémoire

Editions la Découverte.

Paris 2002. 125 pages


J’ai beaucoup aimé ce livre parce qu’il parle en termes simples de la transmission. La transmission, c’est un thème de printemps, c’est dire le fil des générations qui ne jamais ne se rompt quelque soit l’histoire, les plains et les déliés, les blancs, les manques, les chagrins, les silences. Notre histoire est écrite dans l’éternité du temps et rien jamais ne pourra l’effacer L’humanitude c’est une histoire de transmission et la transmission c’est une histoire d’humanitude. Prenez le dans le sens que vous vous voulez mais n’hésitez pas à lire le livre de Jacques Hassoun.


Bien sûr, comme toujours,  je vous citerai comme le fait l’auteur dès le début de son livre, Freud, le Père pour les passionnés de psychanalyse. Mais peut-on parler de transmission sans poser la psychanalyse, sans poser Freud , sans poser son  court texte « Résistances à la psychanalyse » qui révèle à quel point il est difficile pour chacun d’entre nous d’intégrer du « nouveau ». La transmission signe ce nouveau là qui vient du passé pour s’écrire dans notre présent, voire même pour le structurer. Notre histoire passée structure notre histoire présente et c’est déjà le premier enjeu de toute transmission mais cette structuration est terriblement complexe car il nous renvoie  à cette interrogation : qui suis-je ? », « d’où je viens ? », « où je vais ? ». L’humain a besoin de directions pour exister. La transmission est sans aucun doute la boussole de l’être. Et c’est pour cela que lorsqu’il y a traumatisme au niveau de cette transmission, l’homme, l’enfant déboussolé peut devenir fou ou plus simplement perdre ses repères d’existence


 Cela  me fait penser à la lecture. L’être déboussolé ne peut s’orienter dans l’espace du langage, perdre ses lettres ou s’en gaver. (voir mon article De mémoire :(illettrisme et psychose) dans Empan N°72


Apprendre à lire, c’est transmettre la boussole des mots dans la boussole du temps de l’Histoire et de l’histoire.


La transmission première est l’histoire du nom écrit dans sa propre histoire, elle même logée dans l’Histoire de tous, et si la transmission fait trou pour cause de génocide ou d’exils douloureux (traumatismes extrêmes) ou pour cause d’avatars familiaux,  l’être humain tourne comme un satellite mal arrimé à sa base existentielle. Et c’est cela, ce risque là qui fait de la transmission une nécessité absolue. Le fil de la transmission nous rattache à notre famille d’abord, aux autres ensuite. C’est ce qui sans doute nécessite pour beaucoup la recherche de leur arbre généalogique : un désir d’exister dans le fil de sa famille et des autres.


Mais ce qui complique les choses c’est que la transmission n’est jamais pure vérité, qui d’ailleurs n’existe pas.   par les orages des guerres, des suicides, des secrets familiaux. Alors notre boussole emporte nos incertitudes et dans une aiguille incertaine nous oriente. Voilà ce que nous raconte avec talent Jacques Hassoun, géographe de forêts, archéologue de notre passé, inventeur de notre présent. La transmission  pour l’auteur c’est aussi du présent écrit, modifié, engendré par le passé, par ses racines, par ses arbres centenaires. L’enfant reçoit tout cela en partage, engrange son histoire pour devenir un homme qui à nouveau transmettra à ses enfants dans une dialectique plus vieille que l’humanité. Elle se loge dans des branches noueuses du langage et des évènements, des actes et des paroles de tous, dans des branches où parfois l’écorce se craquelle, usée par le temps, dans des branches cassées


Mais qu’est-ce à dire de la contrebande de la mémoire dans tout cela. ?


La contrebande c’est tout ce que nous portons en nous à notre insu,  de notre passé, tout ce que nous avons emporté de notre famille pour  le cacher, dans notre coffre-fort existentiel. C’est grâce à cette mémoire silencieuse, à cette mémoire de nos mots, de notre langue ou de nos langues multiples pour certains autres, c’est grâce à cette vérité distordue mais existante dans les bas-fonds de nous –même, dans notre cave ou dans notre grenier, dans notre inconscient ou dans nos sublimations que nous pouvons transmettre ce que nous sommes aux confins de l’humanitude.


L’histoire dans la transmission est une histoire fabuleuse de contrebande et je m’interroge : n’est-ce pas pour moi ce qui est en jeu dans la création de mon blog  « Les inventeurs de lectures ». ? Transmettre ma langue, ma mémoire, mon désir et recevoir par les échanges possibles , par vos réponses et commentaires, vos trésors, les bijoux, (ceux que vous voudrez bien m’offrir) de votre coffre-fort.


Mettons en commun, les richesses de nos transmissions, les joyaux de nos coffres,  partageons nos lectures retrouvées par nos mémoires étonnées pour enfin transmettre à nos enfants un monde qui tourne rond, un monde libre, un monde libéré d’un passé ignoré par une histoire mutilée qui nous écrase du poids de son vide. Ensemble dans la contrebandes de nous-même, construisons nos noms, habitons les comme l’écrirait Marc-Alain Ouaknin et devenons par nos transmissions partagées « Des bâtisseurs de noms retrouvés » ( Voir  Clara de La Femme en retard). Que de travail n’est-ce pas ? Mais y parvenir est possible grâce à nos lectures à tous que dans le fil des jours nous inventons du lieu de notre désir de recommencement heureux. Tenons la promesse de notre naissance comme dirait Hannah Arendt


Enfin, pour finir j’aime cette injonction de Robert Hassoun qui nous souffle d’être toujours plus et encore plus, encore et encore contrebandiers de notre mémoire, j’ajouterai contrebandiers de notre existence, contrebandiers du symbolique, contrebandiers du langage et enfin et surtout contrebandiers de nos livres. Inventons durabilité et transmission.


A demain,

 

Marie-José Colet



Sigmund Freud « Résistances à la psychanalyse », La revue juive, 1e année N°2, Paris, librairie Gallimard, 15 mars 1925

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Mon noyau de nuit et de lumière
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche