Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 17:43


Cadeau !


32.Feuillages et interlignes


Ligne après ligne, oser obstinément l'interligne



SOUVENIR DETERMINANT :


Cela se passait en 1954, à l'école communale des filles à Cormeilles en Parisis. J'étais en C.P et ma maîtresse, Mademoiselle Munch était très gentille. C'était sa dernière année d'enseignement. Je me souviens de sa main droite, toujours couverte par un gant de laine beige coupé de façon rectiligne au niveau des articulations : seul, le pouce dépassait. C'est ainsi que, fascinée par ce pouce mais surtout par l'absence des doigts de ma maîtresse, j'appris à écrire et à lire.


FEUILLAGE :


Lire emporte mon désir d'écrire ; je m'invente, je m'évente, je glisse, je me déglisse, j'avale mon réglisse, je me troue, je me détroue, je me trouve, me perds et me retrouve. Je détale, j’étale et ramasse mes pétales,  je mets tout dans mon cartable, écriture, lecture, réalités d'encre et de craie. J'écoute la maîtresse qui dit : "Ouvrez vos livres de lecture ! Je m'applique et je lis. Des mots, des phrases, des syllabes, des sons, des consonnes, des voyelles. Je m'applique encore. Je tourne une page et dans le feuillage j'entends rire.


INTERLIGNE


Si j'allais sur une lettre déserte quels livres emporterai-je ?


        Une île en forme de lettre

        une lettre en forme d'île

        un fleuve d'encre

        océan blanc et mots mouettes

        la muerte est si muette

        des milliers de lettres

        m'impriment en miettes.


Quelle est donc cette frayeur qui jamais ne me quitte, cette peur, qui, à toute heure, heurte l'interligne du temps ? Interligne, lieu blanc de l'identité en fuite, sillon bleu creusé dans le silex de l'enfance et dans son silence. Osons cet interligne là, n'hésitons pas à lire et à écrire le nom advenu.


FEUILLAGE:


Quand il s'agit d'écrire ou de lire !


Je lis dans le mouvement et dans le rire, dans le souffle et l'étrangeté. Dans la liberté. Je souligne, j'aligne. Point à la ligne.


Je commente, je joue, je crée. Je... Rupture.


INTERLIGNE :


Pardès, paradis du sens multiple et du commentaire. Lire, invitation à parler et non à se taire, invitation à la modification. Lutter contre le totalitarisme du langage, l'impérialisme du sens.



FEUILLAGE:


Seul espoir des lettres : la lecture-fissure.

Loger la fiction dans la faille identitaire ou le contraire.


 INTERLIGNE :


Apprendre à lire, accès au paradis du sens et au code de son plaisir mais aussi à l'enfer de la différence. En 1739, RETIF DE LA BRETONNE découvre la solitude que d'être enfant. Il a six ans. La page est trop longue pour être citée, mais "cher et honnête lecteur", je t'invite à t'y rendre. Tu liras la confession de l'enfant dans ses démêlés avec les mots "NOSTER" et "TUUM". Les jambes et les bâtons s'emmêlent, les mots résistent, le maître gronde, l'enfant pleure. Etonnante actualité.


 FEUILLAGE


Commence un long voyage entre identité et humanité, singulier et pluriel, sens et silence, entre enfer et PARDES, désespoir et espoir.


INTERLIGNE :


Au fil de l'eau, au fil des pages, d'écueils en écueil j'apprends à lire et à cueillir  la lettre éclose. Je l'emporte dans ma terre qui ne cesse de se taire. Du silence qui m'aspire surgit une mémoire trouée par des siècles d'humanité : dans le bruissement des feuillages, j'entends un bégaiement millénaire, qui dans le noir et le blanc d'une langue  à deux lettres"ç,a", Lire écrire, dompter le mur des mots, les murs gris du silence. Lire; écrire, dompter le tumulte des mots ; volets, volets ouverts. Consonnes et voyelles. J'ai une lettre de trop. Celle qui me manque.


A demain,



Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Mon noyau de nuit et de lumière
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche