Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 16:11

Cadeau !


26. Le temps de l’Ambre


Le temps de l’Ambre est le temps du mimosa, celui que je vois fleurir de ma fenêtre dans le printemps qui presque s’avance.


Le temps de l’Ambre est le temps de mes lilas blancs et mauves dans le devenir du printemps qui ne saurait tarder. Celui que j’attends.


Le temps de l’Ambre est le temps de dire NON à ceux qui ont de l’argent et qui de temps en temps, trop souvent volent notre âme.


Le temps de l’Ambre est le temps de ma vie de grand-mère qui dans un éclat de rire prend par la main mon petit-fils pour l’emmener sur le chemin de mes valeurs de vie. Mes soleils.


Le temps de l’Ambre est le temps de mes livres qui me disent que le monde est possible

si je m’obstine à les ouvrir, à vous les raconter.


Le temps de l’Ambre est celui de mon noyau de nuit et de lumière quand il me dit que mon errance est finie puisque vous êtes là, dans mes pas, puisque je suis là dans les vôtres, puisque nos livres s’échangent , se prêtent, se transmettent.


Par la main, je vous prends, par le regard vous me suivez et dans le temps de l’Ambre vous me lisez.


Le temps de l’Ambre est celui de nos mains tendues éblouies tenant nos livres, ceux qui nous font vivre, continuer, espérer. Nous avons besoin d’espoir et d’utopie.


Le temps de l’Ambre est celui de nos caresses émues par nos livres si singuliers  mais toujours si pluriels dans le temps de nos titres partagés..


Le temps de l’Ambre est notre liberté choisie, notre carcan refusé, nos valeurs gagnées dans l’utopie, cette utopie qui dérangent tellement le consensus.


Le temps de l’Ambre est celui de nos livres chuchotés dans  nos âmes déployées. Ecoutez les sur les étagères, j’entends le bruissement de leurs feuilles. Les entendez-vous ?


Le temps de l’Ambre est le temps de l’espoir qui nous sort du sombre noir quand dans notre coin de vie nous en broyons.


Le temps de l’Ambre est celui de nos esprits qui ensemble résistent à tant d’injustices. Il ne s’agit pas de dire « Il y a pire que moi » alors, je ne demande plus rien.


Le temps de l’Ambre est celui qui ne se mesure pas à l’aune de la détresse des autres mais,  qui cette détresse refuse et lutte contre elle, au jour le jour.


Le temps de l’Ambre est le temps de nos vies associatives, de nos engagements professionnels et quotidien qui disent notre combat dans le pied à pied des chagrins de ce monde.


Le temps de l’Ambre est celui grâce auquel nous occupons le terrain, nous répondons chacun à notre façon à ce qui ne tourne pas rond dans ce monde où trop souvent l’ambre s’absente.


L’ambre est une pierre qui a un pouvoir apaisant. Ma pensée n’est pas encore construite, mais je le sais, comme ça , parce que je vis dans le temps de l’Ambre, je sais  que les livres, que mes livres m’apaisent, surtout dans un jour comme aujourd’hui, quand ils sont à portée de main du mimosa qui fleurit dans mon jardin, dans l’espoir du printemps naissant qui s’avance.


Mais, chut... encore un peu de patience ! En attendant l’éclosion des bourgeons, dans le temps de l’Ambre, lisons au chaud.


Lisons par exemple le petit livre de Marcel Proust « Sur la lecture » ou le livre d’Alberto Manguel Histoire de la lecture ou Marguerite Duras Modérato cantabile, ou Le journal d’Anaïs Nin, ou Les Thibault de Roger Martin du Gard, ou  Jeanne Benameur Laver les Ombres ou Le Journal de Charles Juliet, ou les oeuvres complètes de Schnitzler  ou celles de Zweig, ou des poèmes de Pessoa, ou Comment lisent les enfants du Chaperon rouge ? de Dominique Piveteaud ou Héros de l’enfance, figures de la survie de Rémy Puyuelo, ou Les livres c’est bon pour les bébés de Marie Bonnafé ou Paroles clandestines de Virginie Lydie, ou J’ai eu quinze ans  en Tarn-et-Garonne : 2008-1808  de Jean-Paul Damaggio (La Brochure) ou Mon voisin est sans papier (La Cimade) ou Sales gosses ! Jef Curval-Dominique Delpiroux-Jihoux La création à fleur de peau, (Art, culture, handicap) de Charles Gardou et d’Emmanuelle Saucourt ou Psychanalyse et humanisme d’Henri Sztulman ou Jean-Louis Baudry L’âge de la lecture ou Pourquoi la guerre ? de Freud et Einstein ou Un long chemin vers la liberté de Nelson Mandela ou Les femmes palestiniennes de Noria Boukhobza ou Les femmes dans le combat politique en France ou Le baron perché d’Italo Calvino ou ses Villes invisibles ou En finir avec la guerre contre les pauvres de Paul Muzard, ou Le vocabulaire d’Hannah Arendt d’Anne Amiel ou  Organiser la résistance sociale de Fred Poché ou un N° d’Empan, (Erès) celui que vous voulez, ils sont tous bien,  Le Journal de Katherine Mansfield, ou Fritna de Gisèle Halimi, Comme un violon brûlé de Françoise Renard, (ACERMA) ou L’enfant de la lune de Jean-Claude Arevalo ou Conversations ordinaires de Winnicott, ou La cause des enfants de Françoise Dolto, ou Les milles et une nuits, ou L’étoile d’Erika de Ruth Vander Zee et Roberto Innocenti ou Là où les tigres sont chez eux de Jean-Marie Blas de Roblès ou Les femmes qui lisent sont dangereuses et Celles qui écrivent vivent dangereusement de Laure Adler ou... Vous avez une idée vous ?


Je porte au doigt, vous l’aurez deviné une magnifique bague en ambre, mais je vous le promets, je n’invente rien, la pierre a la forme d’un livre : deux pages  deux nuances différentes séparées par un fil d’argent. Je donne toujours un nom à mes bagues ; celle-là, je la  nomme « Le temps de l’Ambre » ; quand je la regarde, je suis avec vous, heureuse,  dans le temps des livres et de la résistance. Dans le temps de l’Ambre.



Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Ethique du blog
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche