Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 11:20

Cadeau !


Non-lecteurs


Dans un ateliers de lecture il n’y a pas seulement des lecteurs. Il peut y avoir des personnes qui ne savent pas lire, des personnes qui ne connaissent pas la langue mais aussi des personnes qui n’aiment pas lire, des personnes mal à l’aise dans la lecture, des personnes qui s’expriment mieux à travers, la peinture, le cinéma, la musique, les activités manuelles, la photo.. Je veux dire par là que lire n’est pas « le fin du fin » pour exprimer son être au monde.


Ce qui me paraît important d’ écrire c’est qu’un échange soit possible à partir des textes de certains que d’autres écoutent et auxquels ils peuvent répondre si tel est leur désir. Par ailleurs on peut apporter des livres de photos, des livres d’arts, des magazines sportifs, des livres de cuisines, des livres fleuris qui disent les jardins, des livres qui disent nos passions ou nos indignations. Il y autant de livres que de passions, de rires, de chagrins, mais je le répète on peut ne pas aimer les livres et venir là parce que le thème de l’atelier intéresse si toutefois l’atelier a un thème. Il peut être simplement un temps de rencontre..


Un atelier de lectures est un espace/temps de convivialité, un espace/temps ou des hommes et des femmes viennent se rencontrer pour se parler à partir de la médiation des livres de certains.


Médiation : mot essentiel que j’aime ; j’aime encore plus « médiation par les livres ». Nous nous exprimons à partir des autres que sont les auteurs des livres et nous introduisons ainsi une distance, un tiers à nos propos. Et c’est le pouvoir apaisant des ateliers, j’en suis convaincue. Les ateliers pacifient. J’ai animé beaucoup d’ateliers et j’ai toujours été impressionnée par le calme qui s’en dégageait. Presque toujours bien sûr. J’ai connu bien sûr des ateliers mouvementés mais j’ai remarqué que cela venait souvent du fait que je n’avais pas suffisamment été exigeante sur la référence aux livres. La difficulté des ateliers est la fuite dans le débat d’idées classique . Non, un atelier de lecture ne doit pas être un débat sans support. L’animatrice ou l’animateur doivent toujours rappeler le livre : « Vous dîtes cela en rapport avec quelle passage du livre ? avec quelle photo ? » ou « qu’est-ce qui dans le livre vous fait penser à ça ? »


On peut aussi parfois ramener le calme en disant : « bon, maintenant on va lire un peu ». Je n’oublierai jamais un atelier de lectures avec un public en difficultés,  un jour de Ramadan. Je n’ai pas su ramener à temps aux livres et ça s’est terminé aux urgences avec une table cassée. Le soir, je me suis couchée et je me suis reprochée d’avoir « lâché « l’exigence de lectures.


Pourquoi, la lecture, les livres apaisent-ils ? Ils apaisent parce qu’ils sont lieux où se déploient nos affects, nos pensées, nos interrogations et dans le temps de l’instant notre être tout entier. Ainsi nous pouvons nous en saisir, l’offrir à d’autres mais dans un autre temps retravaillé, par un autre qui crée une mise à distance. La rencontre n’est plus de soi avec l’autre mais de l’auteur avec l’autre. C’est comme une sorte de communication triangulaire : moi, le groupe, l’auteur ou moi, l’autre, l’auteur, ou moi, le livre, le groupe, ou moi, le livre de l’autre, groupe

 

J’ai toujours pensé que les triangles étaient plus faciles à vivre que les lignes droites.


C’est sur cette phrase pleine de sagesse, ma sagesse que je m’arrêterai.


A demain,

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Mon noyau de nuit et de lumière
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche