Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 10:31

Cadeau  !


Ma vacance 


J'aime cette idée d'effacer chaque jour le texte du jour précédent. Je vois là un symbole du temps qui passe et qui de notre vie chaque jour efface notre souffle de vie précédent. Sur le cours de notre vie on ne peut revenir. Tout au plus on peut se souvenir. Je m'interroge, n'est ce pas dans ce tragique là de l'inéluctable du temps que s'inscrivent nos livres que l'on peut fermer et ouvrir à nouveau comme si là, dans ce mouvement de ce va-et-vient d'ouverture et de fermeture du livre se jouait un temps moins cruel que le temps qui passe?
Mes ateliers de lecture commencent toujours par une séquence que j'ai nommée Cadeau, une séquence où chacun, s'il le désire, présente au groupe un texte, un livre, un poème, une revue. Dans cette séquence se noue de l'identitaire et du citoyen. De l'identitaire parce que je choisis un livre du lieu de mon identité (j'y reviendrais souvent) mais aussi du citoyen car le groupe joue dans l'atelier le rôle de cité (j'y reviendrais également). Cette séquence a toujours beaucoup de succès et moi je l'aime car elle crée d'emblée du convivial, condition essentielle des ateliers de lecture. Du convivial et du lien. Animer des ateliers de lectures c'est savoir créer du lien à partir des livres et même avec ceux qui ne savent pas lire mais à qui il n'est pas question de confisquer leur statut de lecteur. Ils écoutent, ils présentent des images ou des photos. Ils existent lecteur potentiel, ils existent lecteur vacant et moi, je sais que mon rôle est de les aider à occuper leur poste de lecteur malgré la vacance qu'il présente.
Finalement animer des ateliers de lecture c'est à chaque fois rencontrer les uns et les autres à partir des livres pour donner vie à tous ces postes plus ou moins vacants selon les circonstances quelque soit notre rapport à la lecture.
Mon rapport à la lecture ? Ma vacance ? Ce sera mon cadeau de ce jour, comme une confidence. Merci de la recueillir dans le creux de vos mains, dans le battement de votre coeur, dans votre regard indulgent. Car écrire c'est s'exposer à la lecture de l'autre. Cela je le sais depuis longtemps mais c'est ce risque là que j'aime. Ecrire, lire sont des aventures immobiles si belles, si humaines se jouant du temps qui passe. Et je reviens en boucle sur mes premières phrases de ce jour et donc...
La lecture, mon engagement, ma boussole, mon guide, mon cheminement, ma route, ma direction, mon ciel, mon miel, mes jours, mes toujours, ma nuit, mon firmament, ma terrasse, mon toit, mes lunes, mes dunes, mes doutes, ma faille, mon manque, ma marque, mon départ, ma solitude, mon temps, mon abandon, mon espoir, mes bleus, mon gris, ma foi, mon « comme moi, » « mon comme toi », ma colère, ta révolte, je tonne, je donne, je continue, ma grange, mes langes, mon ange, mes réponses, mes rencontres, ma gentillesse, ma marge, ma couverture, ma protection, ma construction, mon identification, mon identité, ma citoyenneté, ma fortification, mon invention, ma création, ma récréation, mon carnet, mon cahier, mon clavier, ma confidente, mon miroir, mon or, jamais ma mort, ma page trop sage, mon âge, mon rivage, ma spirale, ma feuille, mon deuil, mon gouffre, ma plaine si pleine, mon silence, mon regard ma conversation, ma répétition, ma dormition, ma séparation, ma souffrance, mon articulation, ma mémorisation, ma réparation, ma ville, mon île, ma catastrophe, mon apostrophe, mon ordinaire, mon imaginaire, mon extraordinaire, ma terre, mon commentaire, ma mère, mon ère, mes pères, ma mémoire, l’Histoire, mon histoire, mon je, mon suspens, ma pause, mon absence, mon navire, mon repos, mon dodo, mon doudou, mes ateliers, ma recherche, mon théâtre, mes tragédies, mon dit, mon lit, ma scène, l’autre, mon autre, mes autres, mon lien, mes biens, ma victoire, mon espoir, mon application, ma duplication, mon risque, mes coussins, mes efforts, mon attente, mon enfance, ma latence, mon évanescence, ma permanence, mon errance, ma phosphorescence, ma persévérance, mon insistance, mon oubli, mon éblouissement, ma force, mon enthousiasme, ma ferveur, ma fenêtre, mon chant, mon blanc, mon dedans, ma musique, ma majuscule, mes minuscules, mon souffle, ma rature, mon écriture, mon écran, ma culture, mes larmes, mon rire, mes dires, mon arme, mon air, ma splendeur, mon heure, mon arbre, ma parole, mon balbutiement, ma verve, mon rêve, mon Eve, ma sève, mon verbe, ma rime, mon lien, mon partage, mon écoute, mon coquelicot, mon intérieur, mon antérieur, mon oblique, ma demeure, mon abri, ma maison, mon seuil, mes deuils, mes écueils, mon recueil, mon rocher, mon désert, mon vertige, mes vestiges, mon alphabet, mon relatif, mon absolu, mon mieux, mon soir, mon tilleul, ma fierté, ma priorité, ma date, ma naissance, mon immense, ma renaissance, ma profondeur, ma couleur, ma chaleur, ma santé, mon paysage, mon âge, mon voyage, mon ventre, mon antre, mon attente, ma chambre, mon creuset, mon érosion, mon évasion,ma balade, mon souffle, mon choix, mon plaisir, mon enchantement, mes lettres, mon être, ma dette, ma culpabilité, mon mensonge, mon secret. Mon secret, dans le temps du lire jamais dit, mon nom quand il dit non, dans l’inépuisable.

J’inventerai la fiction de toutes mes fictions qui me créent loin des secrets.

J’existe à partir des livres, je suis née pour les connaître et les nommer « Liberté »

A demain,

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-José Colet - dans Mon noyau de nuit et de lumière
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Inventeurs de lectures
  • Inventeurs de lectures
  • : recherches sur la lecture, les ateliers de lectures et partage de livres
  • Contact

Mes publications

telechargement.jpg


 



Recherche